Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...
Planète Révélations
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Planète Révélations


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:44

Bonsoir mes frères & sœurs :♡:
Je revêtis pour cette foisçsi une tenue jaune par solidarité pour mes sœurs abeilles I love you Vous n'êtes pas sans savoir que l'abeilles est menacée d’extinction à cause des pesticides..surtout les pesticides de type néonicotinoïde qui les désorientent et rendent stériles."Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Smilabeille. C'est un fléau planétaire, pratiquement aucun lieu n'y échappent, car les pesticides sont massivement utilisé...Comble de l'ironie, les abeilles trouvent désormais leur salut dans les grandes villes, là où le tau de pesticide est moindre...On peut même observer l'apparition de ruches sur des toits d'immeubles..Ce qui est grave c'est que notre destin est intimement lier à celui de l'abeille, il faut être conscient de ça..Si elles venaient à disparaître, nous la suivrions endéans les 3 ans.."Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 1abeille. Je vais vous détaillé tout ça avec l'aide d'articles, sinon vous pouvez aussi consulter le sujet créé par Orné --> (ICI). Bonne lecture study
Akasha "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Muse2



"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Axu7w56v

Bach Kim Nguyen, chercheur spécialisé dans la mortalité des abeilles.

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés". Ce serait Einstein qui aurait dit cette phrase. La survie de l'homme est-elle vraiment liée à ce petit insecte? Oui, et pourtant ce n'est pas du miel dont nous avons tant besoin: les abeilles sont des insectes pollinisateurs, et la pollinisation est nécessaire à 70% de la production agricole dans le monde, 84% en Europe. On note que les cultures qui dépendent le plus de la pollinisation sont aussi celles dont la valeur économique est la plus importante, comme les fruits, les légumes et les fèves. On chiffre la valeur économique de la pollinisation à 153 milliards d'euros par an. À l'heure actuelle, nous importons 20% de notre consommation de fruits et légumes en Europe. Sans les abeilles, nous devrions en importer 40%! Or, les États-Unis et l'Europe voient leurs abeilles disparaître. Pourquoi, comment? LaLibre.be a posé ces questions à Bach Kim Nguyen, chercheur spécialisé dans la mortalité des abeilles dans l’unité d’Entomologie de Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège).




Observe-t-on également des colonies qui disparaissent ici en Europe de la même façon qu'aux États-Unis?



Le "Colony Collapse Disorder" ou syndrome d'effondrement des colonies, est surtout présent aux États-Unis. Il se manifeste par des ruches vides de leurs occupantes. Pourtant, on y trouve du couvain (la progéniture desabeilles) et des provisions. Les maladies opportunistes ne s'y déclarent qu'après un délai. Ce que l'on observe ici en Belgique est différent: c'est essentiellement une augmentation de la mortalité des colonies d'abeilles. On a entendu les premières plaintes à ce sujet en 1999. Un monitoring a été organisé à Gembloux Agro-Bio Tech à partir de 2004. À cette époque, on comptait 17% de pertes par année; aujourd'hui, nous en sommes à 29%. Elle a quasi doublé dans les huit dernières années!


Cette mortalité a-t-elle lieu dans des régions ou à des époques particulières?



Plus de 90% de ces pertes ont lieu au cours de l'hiver mais on n'a pas pu établir de différence selon les régions de Belgique.


Quelles causes voyez-vous?



Cette mortalité est un phénomène multifactoriel.
Le varroa est souvent le premier responsable pointé du doigt par les scientifiques. Cet acarien est à l'œuvre depuis 1984 en Belgique. On a pu utiliser au départ des traitements efficaces puis, peu à peu, une résistance à ces produits s'est développée.

On a aussi remarqué que l'abeille souffre de carence alimentaire. Elle manque de deux acides aminés sur les dix qui lui sont nécessaires: c'est là un problème de biodiversité, de manque de zones naturelles variées et appropriées.

Les pesticides sont également au banc des accusés: ils feraient perdre le sens de l'orientation aux abeilles qui, incapables de rentrer au bercail, mourraient d'épuisement. Par contre, nul n'a (encore) pu prouver scientifiquement le lien entre les pesticides et la mortalité des colonies: durant les tests à cet effet, les abeilles ont été exposées à des doses de produit beaucoup plus grandes que ce qu'elles pourraient rencontrer autour de leur ruche. On ne peut donc pas se baser sur ces résultats pour déterminer la responsabilité des pesticides. Ils ne sont pas à négliger pour autant: nous avons mené une étude en 2009 qui a montré la présence de 18 pesticides différents dans certaines ruches!

Enfin, certaines colonies sont infestées de virus: elles en ont jusqu'à cinq ou six en même temps! De plus, le varroa est connu pour transmettre ces virus.


Comment toutes ces causes se combinent-elles pour provoquer ce taux élevé de mortalité?



Ce sujet est à l'étude pour le moment. On voit par exemple que lorsque la nosémose (maladie due à un champignon parasite) se combine avec un néonicotinoïde (une variété d'insecticides), sa mortalité s'en trouve augmentée. Un rapport récent de l’EFSA (European Food Safety Autority) a d’ailleurs souligné des manquements dans l'évaluation de ces pesticides et les risques élevés qu’ils sont susceptibles de faire courir aux abeilles.


Quelle approche adopter pour résoudre ce problème de mortalité?



C'est une démarche concertée qu'il nous faut, qui implique tous les acteurs et qui prenne en compte tous ces facteurs de mortalité. Finalement, les apiculteurs restent assez démunis: ils devraient être mieux soutenus et informés pour faire face à cette évolution.

Sur le même sujet :
-Ses abeilles disparaissent
-Des abeilles sur les toits
-

Je vous proposes aussi se PDF intéressant qui ne laisse planer aucun doute quand à la cause qui sont donc ces fameux pesticides Dont certains avaient tenter de faire croire à d'autres causes...: http://www.loveenki.com/enki/wp-content/uploads/2012/04/LES-ABEILLES-DESORIENT%C3%89ES-PAR-UNE-FAIBLE-DOSE-DE-PESTICIDE.pdf Un pdf de trois page rédiger par ’INRA -ACTA - ITSAP - Institut de l’abeille - CNRS...C'est dire du sérieux des recherches.

Ensuite j'enchaîne avec un autre article qui traite des nouvelles mesure aux Etats-Unis, le pays est durement touché depuis des décennies, et est le 1er à avoir constater le fléau.


Etats-Unis : premières mesures contre les pesticides tueurs d’abeilles

Neuf mois après le lancement, par décret présidentiel, d’une « stratégie fédérale pour la santé des abeilles et des autres pollinisateurs », les Etats-Unis prennent leurs premières mesures de restrictions des insecticides dits « néonicotinoïdes ».


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Qxjo



Dans une lettre adressée début avril aux firmes agrochimiques, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) américaine prévient qu’elle ne délivrera plus d’autorisation de mise sur le marché de nouveaux produits contenant des molécules de la famille visée (imidaclopride, thiaméthoxame, etc.). Celles-ci sont suspectées d’être les éléments déterminants du déclin des abeilles domestiques et des insectes pollinisateurs et, vraisemblablement, d’une variété d’autres organismes (oiseaux, organismes aquatiques…).



Ce moratoire sur les nouveaux usages de ces substances s’applique au niveau fédéral, mais il fait suite à plusieurs initiatives locales, en particulier dans les Etats de l’Oregon et de Californie, visant à restreindre l’usage de ces substances controversées, notamment sur les terrains publics.


« Il ne fait aucun doute que ces produits toxiques tuent nos pollinisateurs, a déclaré Lori Ann Burd, directrice pour la santé environnementale du Centre pour la diversité biologique, dans un communiqué. Nous louons l’EPA de l’avoir reconnu et d’avoir pris cette décision, même s’il faut aller plus loin. »




Laxisme



Régulièrement accusée par les apiculteurs et les organisations non gouvernementales de laxisme en matière d’évaluation des risques des pesticides, l’EPA a été la cible de plusieurs poursuites en justice.


En particulier, selon un rapport publié en mars 2013 par l’ONG Natural Resources Defense Council (NRDC)N, l’EPA a utilisé, de nombreuses années durant, une procédure d’autorisation temporaire pour donner un agrément de facto permanent à une grande part des pesticides actuellement sur le marché américain. Dans de nombreux cas – en particulier celui de plusieurs néonicotinoïdes –, les études d’évaluation du risque environnemental et sanitaire n’ont pas été menées par l’agence.



Dans sa lettre, l’EPA précise ainsi qu’elle attend des firmes agrochimiques des données sur les effets de leurs produits sur les pollinisateurs. A partir de ces données, l’agence ajoute qu’elle conduira – mais plus vingt ans après leur mise sur le marché – une évaluation du risque présenté par ces substances avant de forger son opinion à leur sujet.


Moratoire en Europe



De l’autre côté de l’Atlantique, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a mené en 2013 une telle évaluation, qui a conduit à la mise en place d’un moratoire partiel de deux ans sur les principaux néonicotinoïdes, touchant le territoire des Vingt-Huit. En France, l’un des premiers pays à avoir restreint leur usage, un amendement au projet de loi sur la biodiversité, visant à les interdire définitivement du territoire national, a été adopté le 19 mars.

La décision américaine, très en retrait par rapport à celle de la Commission européenne, est confortée par une étude publiée dans la dernière édition de la revue Environmental Science & Technology. Conduits par Margaret Douglas et John Tooker (université de Pennsylvanie, Etats-Unis), ces travaux permettent de retracer l’intensité de l’utilisation des néonicotinoïdes depuis leur introduction, en 1993. De telles statistiques n’avaient jamais été tenues par les autorités américaines, et les chercheurs ont dû solliciter d’autres sources – des bases de données publiques croisées avec des informations issues de l’industrie – pour établir l’histoire de l’usage de ces molécules aux Etats-Unis.


https://www.zupimages.net/up/15/15/9r2a.jpg


La courbe montre une utilisation d’abord très marginale, puis une forte croissance dès l’année 2003, c’est-à-dire précisément un an avant que les apiculteurs américains ne rapportent des mortalités anormales dans leurs cheptels.


« Les régulateurs, les semenciers, les agriculteurs et le public pèsent les coûts et les bénéfices de l’utilisation des néonicotinoïdes, a déclaré Mme Douglas. Mais ce débat se tient en l’absence de l’information de base, à savoir quand, où et comment ces molécules sont utilisées… Notre travail permet d’être informés sur ces éléments fondamentaux relatifs à l’usage des néonicotinoïdes. »



Source : Le Monde

Pour terminer, je vous proposes se site super bien foutu, qui tiens à jour les informations sur le fléau qui frappe nos braves abeilles : CDurable Info


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 153992-banque-du-miel-investir-dans-une-ruche-pour-sauver-les-abeilles--600x315-1
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:46

Suisse : Pesticides tueurs d’abeilles dans les plantes ornementales

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Banniere_abeillesbourdon

Près de 80% des plantes à fleurs testées dans toute l’Europe sont contaminées par des pesticides toxiques pour les abeilles. En Suisse, il s’agit même de 100 % de ces plantes.Et plus de la moitié des pesticides analysés dans les échantillons suisses ne sont pas autorisés pour les plantes ornementales.



Les échantillons analysés en Suisse proviennent de Jumbo, Migros, Coop, Obi, Bauhaus et Hauenstein. Les pesticides constituent avec les parasites et les monocultures à grande échelle les principales causes du recul des pollinisateurs.

Le rapport Greenpeace “Toxic Eden” (en anglais) a analysé la teneur en pesticides de 35 sortes de plantes attirantes pour les abeilles (violettes, lavande, primevères etc.) provenant de centres horticoles, de marchés du bricolage et de supermarchés de dix pays européens. Seuls 2 échantillons sur 86 étaient exempts de produits chimiques, le reste en contenait un véritable cocktail.

14% des échantillons de plantes analysés contenaient des pesticides qui ne sont pas autorisés en Europe. Et 60% des plantes analysées dans toute l’Europe contenaient des tueurs d’abeilles du groupe controversé des néonicotinoïdes (imidaclopride, thiamethoxame et clothianidine). Ces pesticides ont été partiellement interdits dans l’Union européenne (UE) et en Suisse; ils sont considérés à risque inacceptable pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. Leur utilisation en serre reste toutefois autorisée.

Dix échantillons prélevés en Suisse ont aussi été testés: des narcisses, des crocus et des campanules de Jumbo, Migros, Coop, Obi, Bauhaus et Hauenstein. Chaque échantillon suisse contenait des résidus de 2 à 15 pesticides différents. Tous les échantillons contenaient des pesticides toxiques pour les abeilles, quatre d’entre eux des résidus d’imidaclopride qui est partiellement interdit en Suisse. Les fleurs provenant d’Obi et de Jumbo contenaient les valeurs les plus élevées en imidaclopride.

“Les amateurs de jardinage deviennent des complices involontaires même s’ils ne veulent pas utiliser de pesticides,” prévient Marianne Künzle, spécialiste de l’agriculture chez Greenpeace Suisse. “Il est absurde d’interdire des pesticides dans l’agriculture pour des plantes attractives pour les abeilles et de les retrouver dans sa propre plate-bande de fleurs.” L’utilisation de néonicotinoïdes sur des fleurs cultivées en serre, mais plantées ensuite dans le jardin ou sur le balcon ne va pas dans le sens de l’interdiction légale. Cette interdiction partielle doit donc être élargie de manière urgente. 19 des 32 pesticides retrouvés dans les plantes achetées en Suisse ne sont pas autorisés pour la culture de plantes ornementales; 4 d’entre eux sont même complètement interdits.

Marianne Künzle donne un conseil aux amateurs de plantes: “Si vous voulez protéger les abeilles, approvisionnez-vous dans les jardineries bio ou achetez des plantes bio dans les supermarchés ou les centres horticoles”. Il est indispensable de protéger les plantes de façon écologique, non seulement dans l’agriculture, mais aussi dans la culture des plantes de jardin et ornementales. Et il faut combler les lacunes dans l’interdiction partielle de manière urgente. “Il faut interdire sans exception tous les pesticides tueurs d’abeilles et entamer une réduction généralisée de l’utilisation des pesticides,” conclut Marianne Künzle.

Source : Greenpeace


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 40zi
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:47

Connaissez-vous vraiment les abeilles ?

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Abeilles

La disparition des abeilles et des autres insectes pollinisateurs aurait un impact catastrophique sur l'agriculture mondiale : il diminuerait la production agricole et ...



"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Hqdefault
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:48

Le Sulfoxaflor, pesticide extrêmement dangereux pour les abeilles et interdit aux Etats-Unis, autorisé en Europe juste par ce que c’est le FN qui a proposé l’interdiction!

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Abeilles-mortes_8

Nombre de personnes peuvent reprocher ce qu’elles veulent au Front National, utiliser n’importe quel qualificatif, sortir n’importe quel argument, mais rejeter une proposition importante simplement par ce qu’elle vient de ce parti, c’est d’une débilité profonde limite criminelle! Car nous parlons ici de Sulfoxaflor, un pesticide tellement dangereux que même les États-Unis l’ont interdit alors que généralement ils ne sont que très peu regardant quand il y a du profit à la clé. Et non seulement l’Union Européenne l’a autorisé, mais elle refuse son interdiction simplement par ce que cette proposition vient du Front National. La question se pose alors, faut-il refuser toutes les propositions même les plus censées simplement par ce qu’elles sont émises d’un parti contesté? Et les abeilles dans tout cela?

Demandé par une élue FN, le rejet d’un pesticide dangereux pour les abeilles a été refusé par le abeilles-mortes_8Parlement européen. Les deux principaux groupes politiques travaillent à des lignes de conduite destinées éviter que leurs élus ne votent des amendements FN.

C’est une histoire assez classique dans les institutions européennes. La Commission européenne a autorisé, en juillet dernier, la commercialisation d’un insecticide, dangereux pour les abeilles – encore un. Interdit aux Etats-Unis, le Sulfoxaflor produit par Dow Agrosciences est désormais autorisé en UE, où les normes sont d’ordinaire plus draconiennes.

L’histoire aurait dû susciter le barnum habituel : communiqués indignés des Verts, suivis par la gauche, puis de la droite qui soutient que le pesticide est inoffensif avant que la Commission ne mette tout le monde d’accord en suspendant l’autorisation pour lancer une nouvelle étude.

Mais rien ne s’est passé comme prévu. Aussi dangereux soit-il pour les abeilles, le sulfoxaflor n’a pas –encore- déchaîné les passions. Mardi 13 octobre, la remise en question de son autorisation n’a même pas été votée par la commission Environnement du Parlement européen, d’ordinaire à la pointe sur ces sujets.

La raison en est simple : la question est apparue sous forme d’une objection déposée par une députée européenne Front national. Sylvie Goddyn, élue du Nord-Pas-de-Calais, a vu sa proposition rejetée par 31 voix contre, 18 pour et 6 abstentions.

« Sur le fond, nous déposerons prochainement un autre amendement au sujet du sulfoxaflor. Mais il faut être cohérent politiquement ! Nous ne pouvons pas soutenir des gens qui veulent détruire l’Europe. Tous les membres S&D de la commission environnement ont voté contre », explique Guillaume Balas, eurodéputé socialiste et membre de la commission Environnement.


Du groupe politique aux amendements



L’épisode du sulfoxaflor n’est pas terminé. Il a en revanche suscité un débat politique de fond au Parlement européen.

Faut-il, ou non, suivre le FN lorsqu’on est d’accord avec les propositions qu’il soutient ? Travailler sur un compromis commun avec son groupe, Europe des Nations et des Libertés, voter des amendements qu’ils proposent ? Au Parlement européen, les avis divergent et les élus louvoient. « Dans tous les cas, c’est compliqué à gérer », reconnaît une source au Parlement européen.

Article en intégralité sur Euractiv


Pour faire interdire ce pesticide, l’association Pollinis tente les gros moyens:



Dans un communiqué POLLINIS explique, que les lobbies agrochimistes ont réussi à autoriser un pesticide. Alors que la Commission européenne s’apprêtait, après des mobilisations des citoyens, de la communauté scientifique, des apiculteurs et des associations environnementales, à interdire trois pesticides néonicotinoïdes mortels pour les abeilles, l’industrie agrochimique sort une nouvelle substance : le Sulfoxaflor.

Suite à cette décision POLLINIS (association qui milite contre le système agricole intensif) veut faire pression sur le Parlement Européen, afin de porter cette affaire devant la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) pour violation du règlement CE n°1107/2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et la protection des abeilles et pollinisateurs, et faire annuler l’autorisation de ce nouveau pesticides.

Les règlements européens prévoient que, avant toute mise sur le marché d’un pesticide, l’industrie qui le produit doit fournir des preuves scientifiques de son innocuité sur les abeilles, preuves que DowAgro Science, la firme agrochimique qui produit le Sulfoxaflor, a été incapable de fournir. D’ailleurs, l’autorité sanitaire européenne, l'EFSA reconnaît qu’il existe un « risque élevé pour les abeilles » à autoriser ce produit en Europe. Malgré les mises en garde de l’EFSA et malgré la règlementation européenne, sur la protection des pollinisateurs et l’obligation de tests-abeilles, les institutions européennes ont autorisé l’utilisation du Sulfoxaflor en Europe. Les institutions européenne ont donné à l’agrochimiste DowAgro Science un délai de deux ans pour fournir des données sur l’effet du pesticide sur les abeilles. Durant ces deux années le Sulfoxaflor pourra être utilisé sur les cultures en Europe.
Pour aider à contrecarrer cette décision Pollinis invite à leur requête auprès du Parlement européen en cliquant ici.

Source:Bio-marche.info
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:48

Les députés ont voté l’interdiction des néonicotinoïdes…..en 2018

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Myosotis-abeille-fleur-pollinisation-pollen-00-ban

Cela aura été l’un des débats les plus intenses et les plus polémiques du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages , examiné du 15 au 17 mars à l’Assemblée nationale en deuxième lecture. Au terme de deux heures de discussion, les députés ont finalement adopté, par 30 voix contre 28, l’article 51 sur les néonicotinoïdes, une famille de pesticides reconnus nocifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l’environnement et la santé.


Lire aussi la synthèse : Le préjudice écologique et les néonicotinoïdes, enjeux de la loi sur la biodiversité

Le texte interdit l’utilisation de ces molécules à partir du 1er septembre 2018 sur l’ensemble des cultures, « y compris les semences traitées avec ces produits ».


Il prévoit également qu’un arrêté ministériel définisse, après avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), des « solutions de substitution » à ces substances.

La version de l’article est issue d’un amendement du président de la commission du développement durable de l’Assemblée, Jean-Paul Chanteguet (PS). « Le législateur doit prendre ses responsabilités en interdisant l’utilisation de ces molécules, tout en permettant à la profession agricole de s’adapter », plaide le parlementaire dans son exposé des motifs. Face à la position de plusieurs députés centristes et de droite, préoccupés par les conséquences pour les agriculteurs, et de la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, Barbara Pompili, qui a plaidé pour « des solutions responsables, qui puissent s’appliquer », le député a fait le choix d’un compromis. La version précédente du texte, adoptée en commission le 9 mars
, prévoyait en effet une entrée en vigueur plus rapide de l’interdiction, à partir du 1er janvier 2017.

« On renverse la mécanique : l’interdiction des néonicotinoïdes devient la règle et leur utilisation l’exception, contrairement à aujourd’hui », se félicite la députée (PS) Delphine Batho, qui regrette toutefois le report à 2018. Surtout, la mesure doit encore être confirmée en deuxième lecture au Sénat, normalement avant l’été.


Rude bataille



L’affaire était loin d’être gagnée à l’Assemblée, tant la bataille s’est avérée rude entre les parlementaires et au sein du gouvernement. Si la plupart des députés ont reconnu, lors du débat, les effets toxiques des néonicotinoïdes, ils ont déposé pas moins de 45 amendements et sous-amendements en une semaine en faveur de la suppression pure et simple de l’article 51 quaterdecies, de sa modification ou d’un retour à la version votée par le Sénat en première lecture en janvier, ne prévoyant qu’un simple encadrement de l’usage des insecticides.

Surtout, le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, avait adressé une lettre aux députés lundi 14 mars – une procédure très inhabituelle – pour les inciter à refuser une interdiction « brutale » des néonicotinoïdes. Dans la missive, que Le Monde s’est procurée et qui a créé la polémique, le ministre évoquait des risques de « distorsions entre les agriculteurs français et le reste des agriculteurs européens », et des solutions de remplacement « qui ne présentent aucune garantie supplémentaire pour les pollinisateurs, bien au contraire ».

Lire notre information : Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

« Je passe pour quelqu’un qui ne s’occuperait pas de pollinisateurs, qui serait aux mains des lobbys, c’est faux !, se défend-il dans un entretien au Monde.

Suite sur Le Monde

Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:49

Néocotinoïdes tueurs d’abeilles : Une loi sans courage

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 3148901_3_1b7d_les-abeilles-connaissent-depuis-plusieurs_b252179c958ef4e97e6ef7be146777db

Dans le cadre de la loi de biodiversité les députés ont voté enfin l’interdiction des néonicotinoïdes. ce produit neurotoxique tueur d’abeilles. Cocorico ! Sauf qu’il y a des couacs : entre les délais d’applications et les dérogations, ce n’est plus vraiment une interdiction et que d’ici 2020, des centaines de milliers de colonies d’abeilles auront encore le temps de disparaître. Les ONG environnementales ne sont pas vraiment satisfaites..

C’est une loi sans courage qui ménage la chèvre et le chou. Ce système de lobbying est une plaie !!

Ce qu’en dit Le Monde/Planète :


Entre état d’urgence et loi travail, la biodiversité a finalement réussi à se frayer un chemin au Parlement. Quarante ans après la loi de 1976 sur la protection de la nature, l’Assemblée nationale a définitivement adopté, mercredi 20 juillet dans la soirée, le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » . Avec un signal fort : l’interdiction des insecticides « tueurs d’abeilles ». Toute la gauche a voté pour, alors que Les Républicains et l’UDI ont voté contre.


La gestation de la loi aura été laborieuse : le texte, annoncé par François Hollande voilà presque quatre ans, a connu pas moins de quatre lectures et de multiples tribulations au cours des deux années de navette entre députés et sénateurs, sur le mode trois pas en avant, deux pas en arrière, un pas de côté. Avec cette loi, « la France se dote de principes renforcés, d’outils nouveaux, de mesures fortes pour favoriser une nouvelle harmonie entre l’homme et la nature », se félicite la secrétaire d’Etat à la biodiversité, Barbara Pompili. L’enjeu était d’autant plus crucial que la France, grâce à ses territoires d’outre-mer et l’importance de son espace maritime, abrite des écosystèmes tout aussi riches que menacés.

Le résultat est pourtant en demi-teinte. Tout au long de son examen, ce projet de loi a en effet été soumis aux lobbys des chasseurs, des agriculteurs et des industriels de l’agrochimie, de l’huile de palme ou de la pêche en eaux profondes. Les débats ont aussi été brouillés par les dissensions gouvernementales qui ont notamment opposé les ministres de l’environnement et de l’agriculture. Au final, cet arsenal de mesures destinées à lutter contre le déclin de la biodiversité et la destruction des milieux naturels se trouve quelque peu émoussé.

SUITE :
http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/07/20/loi-sur-la-biodiversite-la-france-bannit-les-pesticides-tueurs-d-abeilles_4972460_1652692.html#Zj1Dit5tqJmF8TEW.99
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:50

Les nouveaux tueurs d’abeilles

Comment les lobbies agro-chimiques comptent remplacer les néonicotinoïdes

Les agro-chimistes disposent déjà de pesticides conçus pour pouvoir remplacer les néonicotinoïdes qui seront définitivement interdits en France en 2020. Le mode d’action de ces molécules et leurs impacts sur les abeilles sont dramatiquement identiques.

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Bouton-p%C3%A9tition-128x87

De « nouveaux tueurs d’abeilles » bientôt sur le marché

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" F95c729f05ecec2ace0bead478a61de9

Alors que les pesticides néonicotinoïdes sont en passe d’être interdits en France en 2020 et que le moratoire partiel européen est en train d’être réévalué à Bruxelles, l’industrie agrochimique prépare la relève. Dans les mois à venir, au moins deux nouvelles substances vont être présentées aux autorités sanitaires pour approbation : le triflumezopurim et le dicloromezotiaz. Ces molécules encore méconnues ont un mode d’action proche des néonicotinoïdes : elles attaquent la même zone du système nerveux des insectes mais, au lieu de l’exciter, elles l’inhibent pour provoquer la paralysie et la mort. Leur forte toxicité sur les abeilles a déjà été soulignée par les scientifiques (1).

En attendant, de nouveaux pesticides tueurs d’abeilles ont déjà été autorisés. C’est le cas du sulfoxaflor et du FlupyradiFurone . Ces deux molécules ont discrètement obtenu le feu vert de Bruxelles respectivement en juillet et en novembre 2015. Les produits commercialisés qui en contiennent pourront donc arriver sur le marché dès que les pays de l’Union les auront autorisés. (L’Union européenne autorise les substances actives, mais ce sont les États qui valident la commercialisation des produits finis, c’est-à-dire la substance active avec les ingrédients ajoutés (co-formulants)). Le lancement du sulfoxaflor est prévu en Chine en 2016 sous le nom commercial Typhoonee, et [url= Le lancement du sulfoxaflor est pr%C3%A9vu en Chine]au Canada[/url] en traitement de semence sous le nom Rascendo


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Comparaison-formules-sulfo-neonics
Une ressemblance moléculaire troublante entre le sulfoxaflore, le flupyradifurone et les néonicotinoïdes « reconnus »


Des néonicotinoïdes qui ne disent pas leur nom

La formule chimique du sulfoxaflor et du flupyradifurone est semblable à celle des néonicotinoïdes, leur mode d’action est d’ailleurs exactement le même : ils attaquent le système nerveux des insectes en excitant de manière continue leurs récepteurs nicotiniques, entraînant la paralysie et la mort. Tout comme les néonicotinoïdes, ils peuvent être utilisés en traitement préventif, sous forme d’enrobage de semences (les graines sont enduites du produit). La substance active se retrouve donc systématiquement dans l’environnement, et ce même si aucune attaque de ravageurs ne devait se produire au cours de la croissance de la plante. Comme les néonicotinoïdes enfin, ces pesticides sont systémiques : ils sont transportés par la sève de la plante au fur et à mesure de sa croissance, jusque dans le pollen et dans le nectar des fleurs. En d’autres termes, ils seront tout aussi dangereux pour les pollinisateurs que les néonicotinoïdes. Malgré ces caractéristiques en tous points semblables aux néonicotinoïdes, le sulfoxaflor et le flupyradifurone ont été classés dans deux autres familles d’insecticides différentes (un choix controversé).

Le sulfoxaflor autorisé sans aucune étude d’impact sur les abeilles

En juillet 2015 l’EFSA, l’autorité sanitaire européenne, décide d’autoriser la commercialisation du sulfoxaflor alors que son fabricant Dow AgroSciences n’a présenté aucune étude d’impact fiable de son effets sur les abeilles. La Commission a même décidé de laisser deux longues années à l’agro-chimiste (2) pour prouver son innocuité sur ces insectes, alors que dans son avis sur la molécule, l’EFSA a reconnu que le Sulfoxaflor présentait un « risque élevé pour les abeilles« . Aux États-Unis, la molécule a d’ailleurs été interdite en septembre 2015, après que des apiculteurs et des ONG ont porté plainte, soulignant l’absence d’étude d’impact sur les abeilles. En mai 2016, l’autorisation a été renouvelée sur un nombre limité de cultures et à certaines périodes (les pulvérisations ne sont autorisées qu’après la floraison des cultures attractives pour les pollinisateurs).

Le flupyradifurone toxique et très persistant

Comme la plupart des insecticides, les molécules du flupyradifurone sont dégradées dans le sol et restent présentes dans l’environnement, tout comme leurs résidus (les métabolites). La demie-vie du flupyradifurone (le temps nécessaire pour que la quantité de pesticide dans les sols soit divisée par deux) est de 330 jours… On le retrouve dans les eaux de surface, les nappes phréatiques (et donc l’eau potable). La toxicité de la molécule est de surcroît avérée pour des espèces invertébrées du sol, la faune aquatique et marine, les oiseaux, les petits mammifères, et est potentiellement toxique pour les arthropodes des feuillages.

La spirale infernale des pesticides

Toutes ces nouvelles substances actives (flupyradifurone, sulfoxaflor, triflumezopurim et le dicloromezotiaz) ont été conçues pour pallier aux résistances que les insectes ont développées face aux néonicotinoïdes. En effet, les agro-chimistes mettent au point continuellement des molécules toxiques pour remplacer celles qui sont devenues obsolètes. (Cependant, une étude identifie déjà un cas de résistance au sulfoxaflor, avant même son autorisation de sortie sur le marché européen (3)). Or, ces résistances apparaissent de plus en plus fréquemment du fait de l’utilisation toujours accrue des pesticides.

A cause de ce phénomène de résistance, l’agriculture prônée par les industriels de la chimie s’enfonce dans une inexorable impasse technique, dangereuse écologiquement et extrêmement coûteuse (colossales subventions publiques à l’agriculture industrielle, programmes de dépollution…).

Quant aux plans de réduction des pesticides mis en place par les gouvernements, ils se sont tous soldés par un échec : en France par exemple, en dépit d’Ecophyto 1, la consommation de pesticide a encore augmenté de 9,4% entre 2013 et 2014.

En cautionnant le remplacement des produits phytopharmaceutiques interdits ou obsolètes par d’autres molécules nocives, les représentants politiques font barrage aux alternatives agro-écologiques qu’ils prônent bien souvent eux-mêmes. Pourtant, la viabilité de ces pratiques, qui se développent malgré tout en Europe, est démontrée scientifiquement et permettraient de sortir enfin de cette spirale toxique des pesticides.

Des insectes de plus en plus résistants

• En cinquante ans, avec l’apparition des premiers pesticides de synthèse, plus de 550 espèces de ravageurs sont résistants à un ou plusieurs insecticides, dont une quarantaine aux néonicotinoïdes. Resistant Pest Management : Arthropod Database. Whalon ME., et al. (2012).

• Il y a plus de quinze ans déjà, une étude sur les doryphores, ravageurs de la pomme de terre, révélait une multiplication par 100 de leur résistance aux néonicotinoïdes en 10 ans. Inheritance and synergism of resistance to imidacloprid in the Colorado potato beetle {Coleoptera: Chrysomelidae} Zhao J., et al. (2000).


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Bouton-p%C3%A9tition-128x87


POLLINIS contre le Sulfoxaflor

OCTOBRE 2015 : POLLINIS
lance la campagne #StopSulfoNow à la suite de l’autorisation de mise sur le marché, en juillet 2015, du sulfoxaflor par la Commission européenne. Cette dernière a donné 2 ans à Dow AgroSciences pour prouver que son produit n’est pas toxique pour les abeilles. L’association alerte sur l’absence d’études prouvant l’innocuité du produit sur les abeilles avant l’autorisation, et ce malgré la mise en garde de l’Autorité sanitaire européenne (EFSA) qui souligne un « risque élevé pour les abeilles ». POLLINIS demande à ses sympathisants de faire pression sur le Parlement européen afin qu’il porte l’affaire devant la Cour de justice européenne. Près de 144 000 personnes signent la pétition.

JUILLET 2016 : Alors que la loi Biodiversité est votée en France, interdisant les néonicotinoïdes en 2020, POLLINIS tire le signal d’alarme : la loi permet le remplacement de ces molécules par d’autres, tout aussi nocives, et notamment le flupyradifurone et le sulfoxaflor, récemment autorisées par Bruxelles. L’association lance donc une nouvelle campagne, « Néonics cachés : NON aux nouveaux #TueursdAbeilles » pour mobiliser les citoyens et interpeller les chefs d’État et de gouvernement de l’Union Européenne.

Sources :

(1) Sur la toxicité du triflumezopyrim pour les abeilles, voir notamment la base de données sur les pesticides de l’IUPAC (International Union of Pure and Applied Chemestry)
Et pour en savoir plus sur les pesticides mésoionics : Jeanmart, 2015 : triflumezopyrim et Dicloromezotiaz.

(2) Le fabricants doit présenter ces informations concernant l’impact sur les abeilles à la Commission, aux États membres et à l’Autorité au plus tard le 18 août 2017 :
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32015R1295&from=EN

(3) Des cas de résistance par altération du site d’action a déjà été relevé : Cutler P., Slater R., Edmunds A.J.F., Maienfisch P., Hall R.G., Earley F.G.P., Pittern T., Pal S., Paul V.L. , Goodchild J., Blacker M., Hagmann L. and Crossthwaite A.J. ; Investigating the mode of action of sulfoxaflor: a fourthgeneration neonicotinoid ; Syngenta, 2012.
NON aux nouveaux tueurs d’abeilles !

L’industrie agrochimique obtient toujours plus d’autorisations de nouveaux pesticides tueurs d’abeilles pour remplacer les néonicotinoïdes. Exigeons de nos dirigeants le refus de ces substances tueuses d’abeilles sur nos cultures !
Je signe la pétition >>>

Bulletin de liaison #2 / Printemps 2016

Tout connaître de nos activités,
projets et campagnes en cours
en un clic !
Lire le bulletin >>>
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:51

The Good of the Hive : 50 000 abeilles peintes pour sauver les butineuses !

La survie des abeilles est une priorité absolue. Pour une question de principe moral, c’est certain, mais aussi et surtout parce que leur disparition mettrait l’humanité en péril. Cet insecte est en effet un chaînon incontournable et irremplaçable de notre biodiversité et l’essentiel de notre alimentation repose sur lui. Mais comment alerter le monde sur cet enjeu crucial ? Comment attirer l’attention sur les dangers qui menacent les abeilles ? Un artiste a eu une idée…

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" ?format=1000w

Cet artiste, c’est le New-Yorkais Matt Willey. Grand spécialiste de la peinture murale, il exprime son talent depuis 24 ans sur les façades de sa ville.

Mais, au delà de sa discipline, Matt Willey est aussi un citoyen engagé. Comme en atteste The Good of the Hive(en français, le bien de la ruche), son magnifique projet artistique en faveur de la défense des abeilles.



"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-9


L’objectif est à la fois simple et pharaonique : peindre 50 000 abeilles sur 50 murs à travers le monde ! Un chiffre impressionnant qui ne doit rien au hasard : 50 000, c’est le nombre d’abeilles moyens d’une ruche en bonne santé.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-8


Le résultat devrait être magnifique et surprenant mais, surtout, devrait enfin alerter le monde sur l’effrayant effondrement de la population d’abeilles. Ces petites bêtes subissant les assauts répétés des pesticides, du changement climatique et autres parasites…


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-7


Matt Wiley s’est déjà mis au travail en Caroline du Nord. Il s’est attaqué à l’immense bâtiment d’American Tobacco. Le résultat ? Splendide !


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-5


Vous voulez en voir davantage ? Regardez :


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-6

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-4

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-3


Ce n’est pas la première fois que le street art sert de support à la cause des abeilles (Rappelez-vous de Louis Masaï). Mais ce type d’initiatives peut-il réellement avoir un effet positif sur la survie des abeilles ? Oui, si elles sont suivies d’une réelle prise de conscience, d’actions concrètes et collectives !


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-2


Car, dans le domaine, chacun peut agir. Il suffit pour cela de soutenir les projets innovants entrepris en faveur des abeilles.

Un exemple ? la ruche connectée. Mise au point par Label Abeille, cette invention permet aux apiculteurs de suivre en temps réel tout ce qui se passe dans leurs ruches, et ce, où qu’elles se trouvent. Un vol, un épandage de pesticides, une baisse brutale de la population… l’apiculteur est aussitôt averti et peut intervenir avant qu’il ne soit trop tard. Ca n’a l’air de rien, mais cela provoque une baisse directe de 40% de la mortalité des abeilles connectées !


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Label-abeille-matt-willey-peintures-murales-1


Seulement voilà, pour qu’un tel produit se généralise, il faut que tout le monde se mobilise. Et ça, c’est tout à fait possible ! Label Abeille invite chacun d’entre nous à apporter sa petite pierre à l’édifice. 1 euro versé, c’est 10 abeilles parrainées, suivies et protégées ! Ça c’est du concret !

Le défi vous motive, alors n’hésitez plus parrainez des abeilles !

Vous êtes une entreprise ? Le parrainage de ruches connectées en ferme apicole est fait pour vous !

Source : Positivr
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:52

Déclin des abeilles : une étude de l’INRA confirme la responsabilité des pesticides

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 18678-147323554-370x0-2

L’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) vient d’annoncer que l’exposition des abeilles mâles à un pesticide, le fipronil, un néonicotinoïde, affecte indirectement la capacité de reproduction des reines.

La mortalité dramatique des abeilles que nous observons depuis plusieurs années, bien que contestée par les lobbies de l’agrochimie, est sans aucun doute liée à l’utilisation massive des pesticides de synthèse systémiques (captés par les racines et circulant dans la sève), notamment ceux appartenant à la famille des néonicotinoïdes. Les abeilles butineuses en puisant dans les fleurs gorgées de ces poisons finissent par mourir.

Mais qu’en est-il des abeilles mâles ? Les pesticides dont la plupart sont considérés comme des perturbateurs endocriniens chez l’homme provocant, entre autres effets secondaires, des troubles de la fertilité et de la fécondité, auraient-ils aussi un effet sur les mâles qui jouent bien évidemment un rôle fondamental dans la reproduction des colonies ?
La réponse est oui, viennent de déclarer les chercheurs de l’INRA dans un communiqué publié le 6 septembre 2016. Selon eux, » l’exposition des abeilles mâles à un pesticide néonicotinoïde, le fipronil, affecte la concentration, le taux de survie et le métabolisme de leurs spermatozoïdes « .

Autre résultat original, précise l’INRA : » de jeunes reines vierges inséminées avec le sperme de ces mâles présentent une diminution de 30% du nombre de spermatozoïdes viables qu’elles stockent pour féconder leurs oeufs. Ces troubles de la reproduction pourraient être une des causes du déclin des colonies, largement observé dans le monde ces dernières décennies « .

La fertilité des mâles altérée

Pour parvenir à ces constatations les chercheurs de l’Inra se sont intéressés à la qualité des semences mâles. Ils ont élevé des mâles (faux-bourdons) en conditions semi-contrôlées, de la naissance jusqu’à la maturité sexuelle. Ils ont exposé quotidiennement une partie de ces mâles au fipronil via un sirop contaminé à une faible concentration environnementale, de 0,1 µg/L (0,1 ppb). Comme en conditions naturelles, ces mâles ont été nourris jusqu’à leur maturité par une alimentation récoltée par les butineuses. Ils ont ensuite réalisé prélèvements et analyses. Et les résultats montrent que » le fipronil altère la fertilité en affectant la concentration, le taux de survie et le métabolisme des spermatozoïdes dans les semences des mâles sexuellement matures « . Le fipronil est un insecticide, acaricide, termicide utilisé notamment pour le traitement des semences sous le nom de Régent commercialisé par le groupe BASF.

Beaucoup moins de spermatozoïdes viables dans la spermathèque des reines
Les chercheurs de l’Inra ont ensuite voulu savoir quelles conséquences pouvait avoir une baisse de fertilité des mâles sur le potentiel reproducteur de la reine, élément clé pour la colonie.

En effet, la reine, en s’accouplant au début de sa vie avec de nombreux mâles, doit constituer un stock de spermatozoïdes dans sa spermathèque, à partir duquel elle devra produire l’ensemble des ouvrières de sa colonie et en assurer ainsi la pérennité.

Pour cela, ils ont inséminé artificiellement de jeunes reines vierges et ont observé, après deux semaines d’élevage en laboratoire, la qualité de remplissage de la spermathèque. Les résultats révèlent que ces jeunes reines non exposées, mais ayant été inséminées par des semences provenant des mâles exposés, présentent une diminution de 30% du nombre de spermatozoïdes viables stockés dans leur spermathèque pour fertiliser les oeufs.
Ainsi l’exposition des mâles au fipronil conduit à une altération des mécanismes de sélection des meilleures semences retenues par les reines. Et pour les chercheurs de l’INRA, » les préjudices d’une telle atteinte du potentiel reproducteur pourraient être un facteur explicatif de la défaillance des reines observée dans les exploitations apicoles qui se traduit par des pertes prématurées des reines et/ou par des effets sur la production des ouvrières, perturbant le bon développement des colonies « .

Ces travaux montrent donc sans équivoque que des altérations induites par les pesticides chez des mâles exposés peuvent avoir des répercussions néfastes à l’échelle d’une colonie entière.
Il ne reste plus qu’à espérer que nos responsables politiques, français et européens, lisent ce rapport de l’INRA publié dans la revue Scientific Reports, comprennent la gravité de la situation, et prennent enfin la décision d’interdire définitivement, et sans délai, les pesticides de synthèse néonicotinoïdes. Car outre les effets toxiques de ces produits chimiques pour notre santé, la disparition des abeilles pollinisatrices serait une catastrophe majeure pour l’humanité.

Source : http://librexpression.org/?p=15119


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Street-art-abeilles-800x
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 1 Nov 2016 - 19:53

Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Capture-2016-10-28-%C3%A0-15.17.03-928x445

The United States Fish and Wildlife Service a récemment officiellement classé les abeilles comme espèce en voie de disparition, renforçant ainsi la menace qui plane sur tout le cycle...

The United States Fish and Wildlife Service (USFWS) est un organisme fédéral des États-Unis dépendant du Département de l’Intérieur, et qui s’occupe de la gestion et la préservation de la faune. Le 30 septembre dernier, cet organisme a classé officiellement les abeilles comme une espèce en voie de disparition. Si les abeilles venaient à disparaître, les conséquences seraient terribles, jusqu’à menacer grandement la survie de l’humanité. Le service a ainsi estimé que 7 espèces d’abeilles à face jaune originaires d’Hawaï devaient être protégées en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition.

En effet, les abeilles sont des insectes pollinisateurs, ce qui signifie qu’elles permettent à 80% des espèces végétales sur terre de se reproduire. En France par exemple, « les bourdons (qui font partie d’une sous-espèce d’abeilles) lâchés dans les serres permettent aux agriculteurs cultivant tomates et melons d’assurer leur production » explique Benoît Gilles, entomologiste, au magazine Atlantico. Par effet boule de neige, une disparition des espèces végétales aurait des conséquences sur l’alimentation des animaux, et donc des humains.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Capture-2016-10-28-%C3%A0-15.17.22


Si l’utilisation globale et massive d’insecticides est souvent pointée du doigt comme cause principale de cette hécatombe chez les abeilles, elle n’est pas seule et les causes sont bien plus nombreuses que cela. On peut notamment évoquer la déforestation, la pollution de l’air, la réduction de la ressource alimentaire (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, les infections parasitaires, la compétition avec des espèces invasives, le changement climatique ou encore le développement des réseaux 4G, poursuit Benoît Gilles.

En France, « les mortalités d’abeilles se sont largement aggravées depuis une vingtaine d’années. On est passé d’un taux de mortalité qui était de l’ordre de 5% par an à 30% en moyenne. L’enjeu de l’apiculture, des abeilles, dépasse le petit monde des apiculteurs et concerne toute la société » déclare Henri Clément secrétaire général de l’union nationale des apiculteurs de France, cité par RTL

Source : https://www.gpo.gov/fdsys/pkg/FR-2016-09-30/pdf/2016-23112.pdf

Vu sur SciencePost.fr
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeJeu 3 Nov 2016 - 1:59

Top 10 : comment lutter contre la disparition des abeilles

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 11722802



"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Topelement
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 18 Avr 2017 - 23:44

Bataille à l’Assemblée pour faire interdire les pesticides tueurs d’abeilles

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Arton9284-77698

Le projet de loi sur la biodiversité est discuté à l’Assemblée nationale. Un enjeu crucial en est d’y faire accepter l’interdiction des pesticides néo-nicotinoïdes. Des écologistes et des députés en ont expliqué le motif, mardi 15 mars, dont Cécile Duflot et Delphine Batho au micro de Reporterre.


- Esplanade des Invalides (Paris), reportage


Un doux soleil, un petit groupe qui bavarde bruyamment et des paniers de fruits. Sur la pelouse des Invalides, le rassemblement a des airs de pique-nique printanier. Pourtant, la vingtaine de personnes présentes ce mardi 15 mars sont venues pour un sujet bien plus sérieux qu’un déjeuner sur l’herbe : soutenir l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles, les néonicotinoïdes.
À l’occasion de l’examen en seconde lecture du projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité », les députés devraient se prononcer dans ces prochains jours pour ou contre la fin de ces insecticides. Pour pousser les députés à protéger les pollinisateurs, militants associatifs, apiculteurs et parlementaires joignent leurs forces.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 20160315_103246
Hier, sur l’esplanade des Invalides, à Paris, avec Cécile Duflot, Alain Bougrain-Dubourg et François de Rugy


Gilles Lagneau, président de l’Union nationale des apiculteurs français (Unaf), est venu depuis sa ferme bretonne pour défendre son métier. Comme il l’explique, les apiculteurs sont en première ligne, et constatent depuis près de vingt ans les ravages de ces pesticides.
- Écouter Gilles Lagneau :Voi la source pour le Podcast

Gilles Lagneau est président de l’Union nationale des apiculteurs français.
« On recense aujourd’hui plus de 1.100 études à charge contre les néonicotinoïdes, donc il faut arrêter de tergiverser, insiste l’apiculteur. Ces pesticides tuent les abeilles, et il faut les proscrire. » Pourtant, depuis un an, la proposition d’interdiction peine à s’imposer dans les rangs des parlementaires. D’abord instauré « par surprise » en mars 2015 par la députée Delphine Batho, l’amendement s’est vu profondément reformulé et vidé de son contenu lors de son passage au Sénat, en janvier. Des députés, écologistes mais aussi socialistes, vont donc tenter de réintroduire un texte interdisant l’usage de ces substances dès le 1er janvier 2017. Pour Cécile Duflot, cette mesure est « une évidence ».
- Écoutez Cécile Duflot :Voi la source pour le Podcast

Cécile Duflot est députée écologiste.
La partie est hélas loin d’être gagnée. Pour Jean-Paul Chanteguet, président PS de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, les raisons de ce blocage sont à chercher du côté des grands groupes : « Nous subissons les uns et les autres un certain nombre de pressions, de la part des lobbys agro-industriels mais aussi de l’exécutif. » Dans une lettre datée du 11 mars, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, exhorte les parlementaires à refuser « une interdiction brutale » : « C’est la transition vers une transformation des systèmes de culture dans leur ensemble qui nous permettra de réduire l’usage aujourd’hui nécessaire de certains produits. » Un discours qui tient de la « schizophrénie », d’après Noël Mamère : « L’exécutif ne peut pas se transformer en relais des lobbys, et nous ne laisserons pas les grands groupes “carteliser” l’agriculture mondiale et porter atteinte à la biodiversité. » Pour Delphine Batho, « l’intérêt général doit primer, les lobbys ne doivent pas faire la loi en France. »
- Écoutez Delphine Batho : Voi la source pour le Podcast

Delphine Batho est députée écologiste.
Du côté des opposants à cette interdiction, on évoque la possible chute de la production agricole et la transition nécessaire mais progressive vers des systèmes plus durables. Mais, depuis des années, agriculteurs, apiculteurs et citoyens montrent que l’on peut faire autrement, sans pesticide. C’est ce qu’explique aussi Anaïs Fourest, porte-parole de Greenpeace en charge des questions agricoles.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 20160315_102831
Pour Anaïs Fourest, de Greenpeace, « l’abandon des néo-nicotinoïdes ne fait pas baisser les rendements »


- Écoutez Anaïs Fourest : Voir la source pour écouter le podcast

Anaïs Fourest est porte-parole de Greenpeace en charge des questions agricoles.
Un pot de miel à la main, Jean-Paul Chanteguet s’apprête à retourner dans son bureau voisin, à l’Assemblée nationale. « Je ne sais pas si nous gagnerons ce combat, mais vous pouvez compter sur notre détermination. » À ce jour, une centaine de parlementaires se sont engagés pour une interdiction des néonicotinoïdes.

Lire aussi : Mortalité des abeilles : on connait maintenant le coupable

Source :
Lorène Lavocat pour Reporterre
Photos : © Lorène Lavocat/Reporterre


Documents disponibles

- Delphine Batho est députée écologiste.
- Gilles Lagneau est président de l’Union nationale des apiculteurs français.
- Anaïs Fourest est porte-parole de Greenpeace en charge des questions agricoles.
- Cécile Duflot est députée écologiste.
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeDim 14 Mai 2017 - 2:52

C'est une véritable hécatombe, constatée par les apiculteurs albanais et rapportée par l'excellent « Courrier des Balkans ».

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 640_000_m897e
Les abeilles albanaises décimées © AFP / Patrick Seeger / dpa / AFP

En un an, entre 2015 et 2016, sur les 360 000 ruches du pays, plus de 142 000 n'auraient pas survécu à l'hiver 2016 ! C'est du jamais vu ! Et c'est d'autant plus dramatique que des milliers de familles albanaises vivent traditionnellement du miel qui est réputé comme l'un des meilleurs au monde (avec le miel Yéménite). Évidemment, tout le monde cherche à comprendre. C'est vrai que l'hiver a été rude, c'est vrai aussi qu'une plaie de tiques touche le pays et a pu s'attaquer aux abeilles, d'autant que les apiculteurs Albanais n'ont pas les moyens de traiter avec des produits modernes et qui coûtent cher. Mais ça ne suffit pas !

Il y a en fait une autre raison pour une telle mortalité : la culture du cannabis ! En quelques années, l'Albanie est devenue – et de lieu – le premier producteur Européen de cannabis en pleine terre, laissant loin derrière la Bulgarie, le Kosovo ou la Serbie. On parle de centaines d'hectares cultivés !

Pour vous donner une idée, en 2016, la police Albanaise aidée par la police Italienne a détruit 2 millions et demi de plants de cannabis ! Or pour produire autant, les Albanais utilisent des tonnes de pesticides souvent interdits qui ont donc raison des abeilles.

D'où l'hécatombe. Et ce n'est pas près de s'arrêter. D'abord parce que les principaux importateurs de cannabis albanais – l'Italie, la France et l'Allemagne – n'ont pas légiféré sérieusement sur le sujet et donc laissent donc la voie libre aux mafias. Or les Albanais, la mafia, ils connaissent. Ensuite parce que c'est pratique l'Albanie : il y a juste l'Adriatique à traverser pour livrer en Italie. C'est moins compliqué que de l'importer du Maroc. Enfin, parce que les paysans Albanais ont dû savoir faire.

Car l'Albanie produisait déjà du cannabis à l'époque communiste, sous Enver Hoxha. Le pays était un des plus isolé au monde mais exportait du cannabis légalement, notamment vers la Suisse et son industrie pharmaceutique.

Donc en résumé, les abeilles et les apiculteurs Albanais sont victimes de l'explosion de la culture du cannabis et l'utilisation massives de pesticides, mais aussi de la mafia locale et de l'hypocrisie des pays consommateurs, donc le notre est le n°1 en Europe...

Source : France inter
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 27 Juin 2017 - 2:31

Néonicotinoïdes: Premier couac au gouvernement entre Nicolas Hulot et Stéphane Travert sur l'interdiction des pesticides "tueurs d'abeilles"

Un document ministériel révélé par RMC sème la zizanie entre Nicolas Hulot et Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture.

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2F70a552c3cc0ab6971372ddde15b50adc%2F205413942%2F2017-06-26

POLITIQUE - Premier vrai couac pour le gouvernement? Dans un document que s'est procuré RMC, on apprend ce lundi 26 juin que le gouvernement envisagerait de revenir sur la loi portant sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Autrement dit, autoriser à nouveau l'utilisation de pesticides "tueurs d'abeilles", qui ont pourtant été interdits dans une loi votée l'an passé.

sur la loi portant sur l'interdiction des néonicotinoïdes. Autrement dit, autoriser à nouveau l'utilisation de pesticides "tueurs d'abeilles", qui ont pourtant été interdits dans une loi votée l'an passé.

Ce sujet a viré au bras de fer entre le ministre de l'Agriculture et Nicolas Hulot, jusqu'à ce que Matignon tranche en faveur de l'écologiste à la mi-journée.

Sur le plateau de BFMTV, Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'alimentation, a justifié cette volonté de revenir sur la loi dans la mesure où ces mesures de prévention "excèdent les normes européennes". Selon lui, l'interdiction des néonicotinoïdes "n'est pas conforme avec le droit européen".

"Il y a d'autres produits, où nous avons des impasses techniques, qui ne connaissent pas de substitution. Nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour permettre leur autorisation afin que nos producteurs puissent continuer à travailler dans de bonnes conditions", a-t-il poursuivi. Doit-on comprendre qu'il s'agit d'un retour en arrière? "Oui, si vous voulez", assume le ministre de l'Agriculture.


"C'est ma proposition", a spécifié le ministre, assurant que l'arbitrage du premier ministre, Edouard Philippe, n'était "pas rendu". Toujours selon Stéphane Travert, cette nouvelle mesure devrait être "discutée" prochainement avec le ministre de la transition écologique et solidaire. Ce que ce dernier dément catégoriquement, affirmant que le débat est clos au sein du gouvernement.

En fin de matinée, l'écologiste a fait savoir qu'il ne ferait "aucune concession" sur cette question. "Nous ne reviendrons pas sur ces acquis. Je veux être le garant de ce qu'ont fait mes prédécesseurs", a-t-il déclaré.

Quelques minutes plus tard, Matignon envoyait un communiqué pour affirmer que le gouvernement n'avait pas l'intention de revenir sur la loi existante.

"Dans le cadre des discussions sur le sujet de loi "Droit à l'erreur", le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016. Cet arbitrage a été pris à l'occasion d'une réunion tenue à Matignon le 21 juin", indique le communiqué




Nicolas Hulot: "les arbitrages ont été rendus"

Interrogé par RMC, Nicolas Hulot a fermement démenti, expliquant que le texte révélé par la radio n'était "plus d'actualité". "Les interdictions de néonicotinoides et épandage aérien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens", a-t-il ensuite précisé sur Twitter. Pourtant, dans une interview enregistrée la veille, Nicolas Hulot affirmait que le débat n'était pas encore tranché.


Dans une tribune publiée dans Le Monde en mars 2016, Nicolas Hulot plaidait pour une interdiction pure et simple de ces produits. "Mesdames et messieurs les parlementaires, ces produits sont toxiques. Pouvons-nous faire fi de toutes les alertes que les scientifiques mettent à notre disposition pour éclairer nos choix ? Pouvons-nous repousser indéfiniment les décisions à prendre ? En détruisant la biodiversité, notre propre sort est en jeu. Interdisons les pesticides néonicotinoïdes", écrivait-il.

Dans une vidéo publiée par sa fondation en 2015, Nicolas Hulot disait "halte au massacre des abeilles".


Difficile donc d'imaginer que le ministre de la transition écologique et solidaire puisse valider les orientations de son collègue de l'Agriculture. D'autant qu'Emmanuel Macron lui même s'était engagé pendant la campagne ne pas revenir sur cette interdiction


"Irresponsable"

Pas étonnant donc que l'éventualité d'un retour en arrière fasse bondir de nombreuses personnalités politiques. Dans une série de tweets, l'ex-candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon s'est dit "stupéfait d'apprendre sur RMC ce matin que le gouvernement pourrait revenir sur l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles", qualifiant par la suite cette proposition d'"irresponsable".


Soutien d'Emmanuel Macron, l'ancienne ministre de l'Écologie Corinne Lepage a pour sa part attaqué les justification formulées par Stéphane Travert. "Dire que la loi française sur les néocotinoides est contraire au droit communautaire est un mensonge. Nous avons le droit de mieux protéger", a-t-elle fait valoir sur Twitter.

D'autres représentants de l'écologie politique se sont également indignés, à l'image d'Emmanuelle Cosse ou encore David Cormand.







"C'est un projet d'ordonnance contre les abeilles, contre la santé", a critiqué Delphine Batho sur RMC. "C'est un coup de force des lobbies comme si Syngenta et Bayer tenaient la plume. C'est inacceptable", a dénoncé l'ancienne ministre de l'Ecologie.

Députée à l'origine de l'interdiction des néonicotinoïdes, Delphine Batho a rappelé que la loi "a été arrachée par la société civile, contre l'avis du gouvernement". "C'est complètement inenvisageable" de revenir sur ce texte, a-t-elle ajouté. "On a des informations sur les conséquences pour la santé humaine de ces produits chimiques qui sont gravissimes", a-t-elle insisté.

Et les écolos et responsables de gauche ne sont pas les seuls à regretter cette proposition. Guillaume Peltier, porte-parole des Républicains, a également pris position contre l'éventualité d'un retour en arrière, tout comme le numéro 2 du Front national, Florian Philippot.




Source : HuffingtonPost.fr


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMar 27 Juin 2017 - 11:19

Jamais le ministre n'aurait du hésiter, cela a choqué pas mal de monde
Il a été clairement sous l'influence d'un lobby
Hulot n' a pas cédé cheers

Ensuite les abeilles ne peuvent pas disparaître de la surface de la terre, il en restera toujours une poignée
Ensuite la disparition/diminution des abeille entraînera une pénurie de fruits
Le probleme s'est que ces pesticides se retrouvent dans la nourriture, et en particulier dans les cereal non bio du petit déjeuner

"Les céréales du petit-déjeuner sont bourrées de pesticides"
http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/34633/cereales-du-petit-dejeuner-bourres-de-pesticides


"Parmi les échantillons analysés, la totalité des produits non bio contiennent des résidus de pesticides : on retrouve pas moins de 141 résidus dont 21 sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. La concentration moyenne de résidus dépasse jusqu’à 354 fois la Concentration Maximale Admissible (CMA) tolérée dans l’eau de boissons pour l’ensemble des pesticides"


Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 9 Avr 2018 - 2:25

22 fleurs mellifères à planter dans son jardin pour sauver les abeilles

Si les abeilles disparaissaient de la surface du globe, l’être humain n’aurait plus que quatre années à vivre, dit-on. Aujourd’hui, nous y sommes, les abeilles sont véritablement en danger. L’une des principales causes ? L’usage outrancier des pesticides. Alors, pour sauver ce qui le reste encore, pensez aux abeilles avec ces plantations.

Vous avez un jardin, une terrasse ou un balcon ? Avec l’arrivée du printemps, pourquoi ne pas casser les règles du jardin décoratif à la française et joindre l’utile à l’agréable ? Les abeilles ont plus que jamais besoin de nous. Si elles venaient à disparaître, c’est tout l’écosystème de la planète qui serait profondément bouleversé. De vraies menaces pèsent désormais sur elles : les pesticides, la disparition des fleurs et des plantes à butiner sont autant de pressions qui rendent si fragiles ces pollinisateurs indispensables à la vie.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-24

Et si vous changiez la donne en plantant des fleurs et des plantes mellifères ? Un geste tout simple, mais qui peut faire une sacrée différence dans la vie de ces infatigables ouvrières.

Précision qui a son importance : faites pousser vos fleurs avec vos propres graines ou privilégiez l’achat de fleurs bio. Le but est d’éviter d’exposer les abeilles aux pesticides. De plus, toutes les fleurs et les plantes ne se valent pas sur le plant nutritif.

Voici donc quelques idées de plantations qui feront leur bonheur :

La lavande

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-1

Le thym

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-2

La coriandre

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-3

La jacinthe

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-4-e1522497202717

Le perce-neige

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-10

Le coquelicot

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-18

La bourrache

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-5

Le fenouil

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-7

La sauge

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-6

Le crocus

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-8-e1522497960816

Le renoncule des champs

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-9

Le géranium

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-11

La marguerite

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-16

Le bleuet

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-13

Le calendule – souci

Le dahlia

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-15

L’aster

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-12

Le myosotis

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-17

Le zinnia

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-22

Le cosmos

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-19-e1522499771292

Le tournesol

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-20

L’heliotrope

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Sauver-abeilles-jardin-fleurs-plantes-melliferes-21

Les abeilles et leurs amis volants vous remercient !

Lire aussi : 10 gestes simples pour lutter contre la disparition des abeilles


Source : Positivr
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 16 Avr 2018 - 3:26

Ce pollinisateur synthétique pourrait aider à reconstituer la population d’abeilles

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Pollinisateur

Partout dans le monde, les populations d’abeilles mellifères sont en déclin. C’est une mauvaise nouvelle pour toutes les espèces, car le travail de l’insecte bourdonnant est vital pour l’écosystème. Heureusement, Michael Candy de Brisbane, en Australie, a mis au point une solution potentielle.

Pour aider à augmenter la population décroissante d’abeilles, Candy a mis au point le pollinisateur synthétique. Comme le rapporte DeZeen, le projet conceptuel est un système de fleurs robotiques qui sont conçues pour être plus sûres pour les abeilles que les vraies fleurs

Citation :
“Les abeilles sont un élément vital de notre écosystème, je pense que tout le monde doit prendre le temps et apprendre à connaître ces travailleurs acharnés qui maintiennent nos plantes et nos cultures pollinisées”, a déclaré M. Candy. “Il est de notoriété publique que la population d’abeilles souffre dans le monde entier à cause des pesticides, du changement climatique et des acariens Varroa ; pour ces problèmes, nous pouvons trouver des solutions.”


Les fleurs synthétiques sont conçues pour être installées à côté de plantes réelles. Chacune est équipée de pollen, de nectar, d’un étamine synthétique et de pétales imprimés en 3D à base de colza. L’idée est de faire croire aux abeilles qu’elles pollinisent de vraies plantes.

Candy a continué :

Citation :
“Il a fallu plusieurs années pour convaincre les abeilles d’atterrir sur les pollinisateurs synthétiques. La couleur et la forme de l’unité sont importantes pour l’attraction car les abeilles ont une variété de façons d’identifier les fleurs.”

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Michael-Candy-Synthetic-Pollenizer

Comment ça marche

Les fleurs artificielles sont reliées à un réseau complexe de moteurs et de tubes. Ces derniers poussent une solution de nectar synthétique à la surface des fleurs qui attirent les abeilles mellifères.

Un piège à pollen (un dispositif qui s’installe au-dessus de l’entrée de la ruche et recueille les restes de pastilles de pollen des pattes arrière des abeilles) est utilisé pour recueillir le pollen. Le pollen est ensuite introduit dans un étamine synthétique avant d’être transporté à travers les moteurs qui régulent la quantité libérée par la fleur. Au fur et à mesure que le pollen est libéré, les abeilles le ramassent comme elles le feraient normalement.

Citation :
“Les abeilles sont de loin les pollinisateurs les plus efficaces dans l’agriculture industrielle et elles souffrent d’une variété de problèmes environnementaux”, a déclaré M. Candy. “Peut-être que dans un avenir où les cultures de conception ne sont plus en mesure de produire du pollen tout en le recevant encore ; alors le pollinisateur synthétique pourrait réhabiliter le cycle reproductif de ces cultures génétiquement modifiées.”

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Michael-Candy-Synthetic-Pollenizer-3

Comment aider les abeilles mellifères

L’abeille domestique est menacée par des virus virulents et des insecticides toxiques. Presque toutes les colonies du monde se sont éteintes. Sans apiculteurs pour s’occuper d’elles, les abeilles domestiques pourraient disparaître dans les prochaines années. Si cela se produit, la section des fruits et légumes dans les supermarchés aura l’air sombre. C’est pourquoi chacun d’entre nous, en tant que consommateur, doit faire sa part pour protéger les insectes.

4 façons d’aider les abeilles mellifères :

1. Devenir apiculteur
L’apiculture est un passe-temps amusant et enrichissant qui aide les abeilles et l’environnement.
2. Protéger les essaims
L’essaimage est un processus naturel pour les abeilles mellifères ; il permet d’augmenter leur nombre. Si vous voyez un essaim, contactez une autorité locale ou la police, qui contactera un apiculteur et remédiera à la situation.
3. Acheter du miel local
Soutenez les apiculteurs locaux et profitez du miel cru local.
4. Encouragez votre ville à utiliser des plantes adaptées aux abeilles dans les espaces publics.
Les autorités locales gèrent de nombreux jardins publics. Encouragez-les à planter des fleurs qui attirent les abeilles et à utiliser des engrais organiques et des herbicides naturels.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Bee

Sources : The Mind Unleashed /DeZeen/Anguillesousroche
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeMer 2 Mai 2018 - 3:32

L’UE adopte l’interdiction des pesticides controversés qui nuisent aux abeilles
"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Eupesticide

L’histoire a été écrite. Vendredi, l’Union européenne a voté l’interdiction de pulvériser sur les champs les pesticides les plus utilisés dans le monde. D’ici la fin de 2018, les néonicotinoïdes ne seront tolérés que dans des serres fermées.


En février, les évaluateurs scientifiques de l’Union européenne (Efsa) ont publié un rapport concluant que les pesticides contaminent le sol et l’eau et par conséquent, se dirigent vers les fleurs sauvages et les cultures successives. Pour cette raison, ils représentent un “risque élevé” tant pour les abeilles mellifères que pour les abeilles sauvages.


Vytenis Andriukaitis, commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, a déclaré : “La Commission avait proposé ces mesures il y a plusieurs mois, sur la base de l’avis scientifique de l’Efsa. La santé des abeilles reste pour moi d’une importance capitale puisqu’elle concerne la biodiversité, la production alimentaire et l’environnement.”


The Guardian rapporte que l’interdiction des trois principaux néonicotinoïdes (également appelés “néonics”) bénéficie d’un large soutien du public. Près de 5 millions de personnes ont signé la pétition du groupe de campagne Avaaz pour interdire la pulvérisation des pesticides toxiques.


Citation :
“L’interdiction de ces pesticides toxiques est une lueur d’espoir pour les abeilles”, a déclaré Antonia Staats à Avaaz. “Enfin, nos gouvernements sont à l’écoute de leurs citoyens, des preuves scientifiques et des agriculteurs qui savent que les abeilles ne peuvent pas vivre avec ces produits chimiques et que nous ne pouvons pas vivre sans abeilles.”


Les fabricants de pesticides et une poignée de groupes agricoles affirment que l’UE est “trop prudente”. Selon eux, l’interdiction pourrait entraîner une baisse des rendements des cultures. Guy Smith, vice-président du Syndicat national des cultivateurs, a déclaré : “Les problèmes de parasites auxquels les néonicotinoïdes ont aidé les agriculteurs à s’attaquer n’ont pas disparu. Il y a un risque réel que ces restrictions ne fassent rien de mesurable pour améliorer la santé des abeilles, tout en compromettant l’efficacité de la protection des cultures.”

Malgré une opposition véhémente, les membres ont quand même voté en faveur de l’interdiction, parce que les néonicotinoïdes sont bien établis pour causer un large éventail de dommages aux abeilles. Sans abeilles, l’espoir de nourrir la population mondiale croissante est perdu.

Source : TruthTheory/Anguillesousroche
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeJeu 17 Mai 2018 - 7:47

En Ariège, un cocktail de substances chimiques tue 2 millions d’abeilles

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 1036325391

La disparition des abeilles suit son cours tragique. Après 3.000 ruches décimées à cause de substances chimiques en Dordogne, un apiculteur bio de l’Ariège vient également de subir les conséquences de ces produits. En cause notamment, le fongicide Voxan, utilisé par un agriculteur voisin pour traiter son champ. Deux millions d’abeilles tuées.

Les abeilles sont plus menacées que jamais par les substances chimiques. On apprenait en début de semaine, sur Franceinfo, qu'il y aurait plus de 3.000 ruches dévastées en Dordogne liées à cause de pesticides néonicotinoïdes. Cette fois, ce sont les 24 ruches d'un apiculteur bio basé en Ariège, faisant partie du groupe Natur Miel, qui ont été décimées accidentellement par le fongicide Voxan. En effet, comme nous le raconte Nicolas Puech, l'apiculteur touché, «nos abeilles étaient au bord d'un champ de blé où le propriétaire a pulvérisé un fongicide du nom de Voxan, qui n'est pas nocif en lui-même pour l'abeille. En outre, le fongicide mélangé à d'autres substances a créé un cocktail mortel pour les abeilles. Près de deux millions d'abeilles ont été tuées.

Citation :
"On pense qu'avec toutes les molécules présentes dans le champ avec le Voxan, cela a créé un cocktail qui premièrement attire les abeilles, plus que les fleurs aujourd'hui et dans un deuxième temps désoriente les abeilles et les empêchent de revenir à la ruche."

En 72 heures, l'apiculteur a constaté une baisse de 80% du nombre de ses abeilles. Une situation dramatique pour Nicolas Puech. "Nous avions mis en place ce rucher de 24 ruches à la demande de l'agriculteur pour la pollinisation. Aujourd'hui, les 24 ruches sont appelées à disparaître durant l'année." Malgré une "perte sèche d'environ 27.000 euros", une cagnotte de soutien a d'ailleurs été lancée, Nicolas Puech ne souhaite pas accabler l'agriculteur qui a utilisé le fongicide pour traiter son champ.

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 1036325495

Citation :
"Nous ne souhaitons pas que l'agriculteur soit embêté, ni même créer de polémique autour de ces produits, ce que l'on veut c'est une prise de conscience générale au niveau des agriculteurs. Ils traitent leurs champs, on le comprend tout à fait, car ils en ont vraiment besoin, mais il faudrait qu'ils préviennent les apiculteurs pour que nous puissions déplacer nos ruches."

Et d'ajouter,

Citation :
"On ne demande pas que les agriculteurs changent quoi que ce soit dans leurs méthodes de travail. Je pense que ce sont les laboratoires et Mosanto qui doivent, eux, réfléchir en amont. Les agriculteurs n'appliquent, malheureusement, que ce qu'on leur propose."


L'apiculteur espère surtout "un peu plus de transparence sur les traitements des parcelles et surtout ‘une meilleure communication entre agriculteurs et apiculteurs afin que l'on puisse, en cas de traitement, enlever nos ruches pour ne pas qu'elles s'empoisonnent.'

L'État pourrait-il prendre des mesures afin d'interdire ces fongicides ou pesticides et empêcher, de fait, cette disparition programmée des abeilles? Rien n'est moins sûr comme l'explique l'apiculteur. ‘Au niveau national malheureusement on n'attend pas grand-chose, nous ne sommes pas des militants, nous souhaitons simplement témoigner. En revanche, c'est au niveau européen où les choses doivent être pensées.' Reste qu'il est encore très compliqué de démontrer un lien de causalité entre certains produits et leurs répercussions sur les abeilles, regrette Nicolas Puech.

Citation :
‘Aujourd'hui, il n'y a aucune étude sérieuse qui a montré que le Voxan ou un pesticide en particulier est nocif pour l'abeille, sinon il ne serait pas mis sur le marché. Le problème est multifactoriel, parce que l'on trouve plusieurs molécules qui sont réunies dans les champs et c'est cet ensemble de molécules qui crée un danger pour nos abeilles.'

Pourtant, l'impact sur l'écosystème serait ‘énorme' comme le décrit l'apiculteur. ‘Les abeilles sont pollinisatrices c'est-à-dire pas d'abeilles, pas de fleurs, pas de fruits et l'agriculture serait plus compliquée.' En outre, les solutions proposées par les laboratoires sont loin d'être satisfaisantes, car elles ne répondent pas à la véritable problématique, à savoir protéger les abeilles:

Citation :
‘Des laboratoires travaillent sur des projets type drones pour la pollinisation, ou des ruches à base de faux bourdons pour polliniser. La solution ne se trouve pas là, il faut aujourd'hui sauver l'abeille.'

Et de conclure,

Citation :
La catastrophe est énorme pour la nature, parce que ce sont tous les insectes, on pense à l'abeille solitaire, le criquet, le ver de terre, ou encore tous les insectes qui doivent vivre dans les champs, qui sont amenés à disparaître. À long terme, c'est certain, il y aura des conséquences.'

>>>Source<<<
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeJeu 27 Sep 2018 - 3:35

Le glyphosate de Monsanto est lié au déclin mondial des abeilles mellifères domestiques

Le glyphosate, le désherbant le plus répandu dans le monde, suscite depuis plusieurs décennies de vives inquiétudes quant aux risques qu’il présente pour la santé humaine, les animaux et l’environnement. Plus tôt ce mois-ci, un tribunal américain a accordé 289 millions de dollars à un jardinier qui affirmait que les désherbants à base de glyphosate de Monsanto, y compris le Roundup, utilisés par l’unité de Bayer AG, lui avaient donné un cancer en phase terminale.

Aujourd’hui, un nouveau rapport du PNAS affirme que le glyphosate pourrait indirectement tuer les abeilles mellifères dans le monde entier, une menace qui pourrait également laisser une marque importante sur l’économie mondiale.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Glyphosate-abeilles-1

Une toute nouvelle recherche de l’Université du Texas à Austin montre que les abeilles exposées au glyphosate, l’ingrédient actif du Roundup, perdent des bactéries cruciales dans leurs intestins et sont plus vulnérables aux infections et aux décès par des bactéries nocives.

Le rapport intitulé “Le glyphosate perturbe le microbiote intestinal des abeilles mellifères” a été publié dans les Actes de la National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) le 24 septembre. Il fournit suffisamment de preuves que le glyphosate pourrait être considéré comme le facteur contribuant au déclin rapide des abeilles mellifères dans le monde, aussi connu sous le nom de syndrome d’effondrement des colonies (CCD), un phénomène qui se produit lorsque la majorité des abeilles ouvrières disparaît dans une colonie et laisse la reine seule dans sa ruche.

Citation :
“Nous avons besoin de meilleures lignes directrices pour l’utilisation du glyphosate, surtout en ce qui concerne l’exposition des abeilles, parce qu’à l’heure actuelle, les lignes directrices supposent que les abeilles ne sont pas endommagées par l’herbicide, a déclaré Erick Motta, l’étudiant diplômé qui a dirigé la recherche, avec le professeur Nancy Moran.

“Notre étude montre que ce n’est pas vrai.”

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Glyphosate-abeilles-2

UT News

de l’Université du Texas à Austin dit que le glyphosate interfère avec une enzyme importante trouvée dans les plantes et les micro-organismes, mais pas chez les animaux, elle a longtemps été réputée non toxique pour les animaux, notamment les humains et les abeilles. Cependant, la dernière étude révèle qu’en modifiant le microbiome intestinal de l’abeille – l’écosystème des bactéries vivant dans le tube digestif de l’abeille, y compris celles qui la protègent des bactéries nocives – le glyphosate compromet sa capacité à combattre l’infection.

Dans le cadre de cette étude, les scientifiques ont exposé les abeilles au glyphosate à des concentrations normales observées dans les fermes. Les chercheurs ont peint le dos des abeilles avec des points de couleur pour pouvoir les suivre et les récupérer par la suite. Trois jours plus tard, ils ont constaté que les abeilles exposées au glyphosate souffraient d’une perte importante de bactéries dans leurs intestins et étaient plus vulnérables aux infections et à la mort par des bactéries nocives.

Citation :
“Des études chez l’homme, les abeilles et d’autres animaux ont montré que le microbiome intestinal est une communauté stable qui résiste à l’infection par des espèces opportunistes”, explique M. Moran. “Si vous perturbez la stabilité de la communauté, vous êtes plus vulnérable à cette invasion d’agents pathogènes.”

Ces derniers temps, les apiculteurs américains ont signalé une perte massive d’abeilles ou CCD. Des millions d’abeilles ont mystérieusement disparu, ce qui réduit le nombre de pollinisateurs dans les exploitations agricoles. Les fonctionnaires ont été déconcertés et les médias ont beaucoup parlé de l’effondrement de la population d’abeilles. Ce phénomène s’explique notamment par l’exposition aux pesticides ou aux antibiotiques, la perte d’habitat et les infections bactériennes. La dernière étude ajoute maintenant les herbicides à la liste des facteurs contributifs possibles.

Citation :
“Ce n’est pas la seule chose qui cause la mort de toutes ces abeilles, mais c’est certainement quelque chose qui devrait inquiéter les gens car le glyphosate est utilisé partout,” dit Motta.

Et cela, selon les chercheurs, est la preuve que le glyphosate pourrait contribuer à l’effondrement des abeilles mellifères dans le monde entier.

L’abeille domestique occidentale, la première espèce pollinisatrice au monde, est fortement sollicitée pour ses services aux producteurs de fruits, de noix et de légumes.

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" UT News

Parmi les fruits à coque, ce sont les producteurs d’amandes qui ont le plus besoin de la pollinisation de l’abeille. La pollinisation des abeilles représente 15 milliards de dollars pour l’industrie agricole américaine.

Tout changement brusque dans les populations mondiales d’abeilles pourrait affecter les industries bovine et laitière. Les abeilles pollinisent le trèfle, le foin et d’autres cultures fourragères. La diminution de la population d’abeilles entraîne une augmentation du coût des matières premières. Cela entraîne une inflation des prix du bœuf et du lait au supermarché et, en fin de compte, nuit au consommateur américain. Cela pourrait alors entraîner une augmentation des importations de produits en provenance de pays étrangers où les populations d’abeilles sont en bonne santé, ce qui aggraverait encore le déficit commercial. Ajoutez à cela la guerre commerciale actuelle et ce problème particulier du “cygne noir” – ou plutôt de l'”abeille noire” – n’est peut-être que le point de bascule qui obligera finalement l’économie américaine à rattraper le reste du monde.

Source: Zero Hedge, le 25 septembre 2018Traduction Nouvelordremondial.cc

Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 4 Fév 2019 - 20:39

Avant toutes choses et pou rappel :
- Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

Un très bon article de la part de Mediapart, très complet et professionnel.

Alors on peut lutter assez facilement et efficacement contre Monsatan repris par Bayer comme on l'avait pressenti et parler ici même il y a de ça environs deux ans. Par le boycott de leur produits puants !

Pour plus de facilité pour le boycott, cuisinez vous même des produits de bases et non transformé, des produits frais et bio. Issus du commerce de proximité et en circuit court.

Quelques uns de nos sujets pour vous aidez :
- Comment bien se nourrir : la diététique pour une alimentation équilibrée et salutaire
- Informations primordial pour la santé
- Sujet unique : Recettes Vegan pour tous !
- Alternative de société et conscience pour Gaya.



Monsanto : les produits à boycotter

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 10502-produits_dangereux

De nombreux articles de consommation courante contiennent des produits issus de cultures OGM. Des plantations dont les semences sont pour beaucoup brevetées par Monsanto, géant américain de l'industrie biochimique. L'ONG Greenpeace a établi la liste des marques susceptibles de commercialiser ces produits OGM.

L'étiquetage des produits alimentaires conventionnels concernant la présence ou non d'OGM est quasi inexistant. Pour pallier ce manque, l'organisation Greenpeace a soumis les industriels de l'agroalimentaire à un questionnaire portant sur leur utilisation de plantes génétiquement modifiées. Les éléments recueillis ont permis à l'ONG de classer ces marques selon un code couleur. Vert pour celles qui garantissent ne pas utiliser d'OGM. Orange pour celles qui disent avoir entamé une démarche pour exclure les organismes génétiquement modifiés de leurs préparations. Et rouge pour les fabricants ayant refusé de répondre ou ne pouvant pas assurer que leurs produits soient exempts d'éléments transgéniques. Voici quelques-unes des marques susceptibles de recourir à la filière OGM.

Boissons

Les boissons de la marque Coca-Cola: Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…
Les jus de fruits Capri-Sun et Topricana.
Les boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes ou les boissons énergisantes Gatorade.
Les thés Lipton et les cafés Maxwell.
Le lait Gloria de la firme Nestlé

Produits sucrés

Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone.
Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm.
Les produits Brossard ou Savane.
Les bonbons Carambar, Krema et La Vosgienne.
Les chewing-gums Hollywood ou Malabar.
Les barres de chocolat Bounty.
Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s.
Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Frosties ou encore All Bran.
Les yaourts Yoplait.

Produits salés

Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.
Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.
Les spécialités fromagères Philadelphia.
Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.
Les pains Jacquet.
Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.
Les préparations mexicaines Old El Paso.
Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.
Les produits Uncle Ben’s.

Hygiène et entretien

Les couches pour bébé Pampers.
Les protections féminines de la marque Always.
Les gels douches, shampoings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona ou Timotei.
Les dentifrices Signal.
Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun.
Les désodorisants Febreze.


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" 10502-6311fdaca6b423740e79e2c62d104b6a

>>Source<<
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

OSIRIS

Masculin Capricorne Chien
Messages : 4854
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 49

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeDim 10 Fév 2019 - 16:13


Dirty Douzen de Risk-Monger - 12 pesticides hautement toxiques approuvés pour une utilisation en agriculture biologique

Il est généralement admis que les agriculteurs biologiques n'utilisent pas de pesticides et que les aliments biologiques sont donc plus sûrs à consommer que les fruits et les légumes cultivés de manière conventionnelle. Selon un sondage effectué au Royaume-Uni, 95% des consommateurs ont acheté des aliments biologiques pour éviter de consommer des pesticides. Cette croyance ne pouvait être plus éloignée de la vérité. L’industrie biologique américaine a approuvé l’utilisation de plus de 3 000 pesticides toxiques en agriculture biologique, dont beaucoup sont des neurotoxines ou dont le profil toxique nécessite l’appellation «Danger».

Si un agriculteur a un problème de parasites, de champignons ou de mauvaises herbes, il doit le résoudre avec un agent toxique ou en subir les conséquences. Les pesticides certifiés pour une utilisation par les agriculteurs biologiques, comme les conventionnels, sont conçus pour tuer (avec toutes les conséquences environnementales sur la santé que cela implique) - s'ils ne le faisaient pas, ils ne seraient évidemment pas utilisés.

La condition pour les pesticides biologiques est qu'ils doivent provenir d'une source naturelle, mais cela ne signifie pas que les produits chimiques naturels sont moins mortels (Ebola est naturel). La seule différence entre les pesticides biologiques et ceux utilisés dans l'agriculture conventionnelle est que les toxines organiques font rarement l'objet de tests de sécurité pour la santé et l'environnement et qu'il n'y a pas de tests de niveaux de résidus toxiques sur les produits biologiques . Nous savons donc beaucoup de choses sur les niveaux de risque associés à la consommation d’aliments cultivés de manière conventionnelle (et le risque est minime), mais presque rien sur les risques liés aux aliments issus de l’agriculture biologique.

Trois grands mensonges

Le fait que les agriculteurs biologiques utilisent des pesticides ne devrait pas être un gros problème. Une année de consommation de résidus de pesticides synthétiques bien testés s'est avérée beaucoup plus sûre que de boire une tasse de café . Si nous décidons de commencer à tester des pesticides biologiques approuvés, nous obtiendrons probablement des résultats similaires. Le problème est que le lobby de l'industrie biologique ment sur la sécurité des produits de la ferme conventionnelle jour après jour. Il semble que tous ceux qui travaillent dans l'industrie biologique se soient habitués à mentir aux autres tout le temps (rappelez-vous cette jolie famille suédoise qui a été séparée de la nourriture conventionnelle pendant une semaine. Ils mangeaient encore des pesticides, juste des pesticides approuvés biologiques mais La chaîne de supermarchés Co-Op en Suède a menti! ... comme l'ont fait tous les lobbyistes de l'industrie biologique et les gourous des médias sociaux qui ont diffusé cette vidéo de fiction.

Les lobbyistes de l'alimentation biologique commettent trois grands mensonges à chaque instant de la journée qui indiquent soit une stupidité totale assommée par un cerveau, soit un manque total d'intégrité (… probablement les deux).


1. Ces aliments biologiques coûtent plus cher parce que les agriculteurs n'utilisent pas de pesticides. Mentir sur l'utilisation généralisée de pesticides sur les aliments biologiques est une chose, mais le faire pour pouvoir payer plus cher aux consommateurs que vous venez d'effrayer est un charlatanisme digne d'emprisonnement.

2. Ces aliments biologiques sont plus sûrs que les aliments conventionnels car ils n'utilisent pas de pesticides. En fait, ce n’est pas seulement un mensonge flagrant, c’est une mise en danger imprudente. Nous avons des volumes de données sur les pesticides de synthèse et des tests réguliers de ces résidus sur les aliments. Nous n'avons absolument rien en ce qui concerne la sécurité des pesticides utilisés dans les produits biologiques. Pire, les consommateurs ont été amenés à croire qu’ils n’avaient qu’à rincer les produits de l’agriculture conventionnelle - qu’il n’y avait pas de résidus toxiques sur les produits biologiques. Tous les produits doivent être correctement rincés, non pas pour éliminer les oligo-éléments des résidus de pesticides, mais pour empêcher la propagation d'agents pathogènes tels que E. coli (qui est beaucoup plus répandu dans les produits de culture biologique ).

3. Cette agriculture biologique est plus sûre pour l'environnement, car ils n'utilisent pas de pesticides. Bon nombre des pesticides approuvés pour l'agriculture biologique dans la liste des risques énumérés ci-dessous par Risk-Monger se sont révélés extrêmement toxiques pour les abeilles et les autres espèces sauvages - bien plus que les néonicotinoïdes bien testés pour lesquels l'industrie biologique a déployé tant d'efforts doute sur. Le fait que quelque chose soit naturel dans son origine ne veut pas dire qu’il n’a aucun effet sur l’environnement (pensez à un déversement de pétrole!)

Quand une industrie est entièrement bâtie sur un mensonge, il est temps que les régulateurs arrêtent de regarder. Le groupe de pression de l'industrie biologique a indiqué son manque de légitimité et d'intégrité et devrait faire face au purgatoire politique qu'il a invoqué. Selon moi, tant que l'industrie des produits biologiques ne pourra pas garantir la sécurité de ses pesticides, ils devraient être retirés du marché.

Ainsi, alors que les lobbyistes du secteur des produits biologiques continuent de pousser le grand mensonge et d’élargir leur marché par le biais de campagnes de peur (au fond, je suis sûr qu’ils doivent être moralement épuisés d’avoir emporté un si lourd jaune d’hypocrisie), j’ai décidé de me concentrer groupe de pesticides toxiques homologués pour l'agriculture biologique. Ce ne sont en aucun cas les plus toxiques, mais plutôt ceux que j'ai vus de nombreuses fois. Tous les pesticides ci-dessous sont exponentiellement plus toxiques et cancérogènes que le glyphosate.

Méthodologie

J'utilise la mesure de la DL50 pour la toxicité à dose létale. La US EPA définit la DL50 comme une mesure standard de la toxicité aiguë exprimée en milligrammes (mg) de pesticide par kilogramme (kg) de poids corporel. Comme l'explique l'EPA, une DL50 représente la dose individuelle nécessaire pour tuer 50% d'une population d'animaux d'essai (par exemple, rats, poissons, souris, blattes). Dans ce cas, j'utilise les données de rats exposés par voie orale (généralement via une exposition liquide). Les valeurs de DL50 sont des mesures standard permettant de comparer les toxicités relatives des pesticides. Plus la dose de DL50 est faible, plus le pesticide est toxique, plus la dose est élevée, moins elle est toxique.

Pour référence, je vais utiliser du glyphosate (l'ingrédient actif de Roundup) que crient les activistes anti-pesticides, anti-OGM financés par le lobby de l'industrie biologique, sont probablement cancérigènes, la cause de l'autisme, de l'obésité ou de toute autre cause pouvant nous effrayer de. La DL50 du glyphosate est de 5600 mg / kg, ce qui signifie qu'il est légèrement toxique. À titre de référence, l’OMS (qui a récemment publié cette célèbre monographie sur le glyphosate) considère que toute mesure au-dessus de 2 000 mg / kg est légèrement toxique - son niveau le plus bas de toxicité mesurée. En comparaison, le bicarbonate de soude présent dans la plupart des biscuits (DL50: 4220 mg / kg) et l’acétaminophène pris quotidiennement par de nombreux individus (DL50: 1944 mg / kg) sont plus toxiques que le glyphosate. Voir un beau tableau de toxicité de référence .

Tous les pesticides approuvés pour une utilisation en agriculture biologique dans la liste Risk-Monger Dirty Dozen ci-dessous ont une valeur de toxicité de la DL50 bien inférieure à celle du glyphosate (ce qui signifie qu'ils sont plus toxiques).

La douzaine sale de Risk-Monger


"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Dirty-dozen

1 - Bore (DL50: 560 mg / kg)

Le bore est utilisé par les agriculteurs biologiques comme engrais. L'ingestion prolongée ou répétée de résidus de bore peut affecter le cerveau, le foie et le coeur. Une intoxication chronique (par ingestion, absorption par la peau ou par des cavités corporelles ou des muqueuses) peut provoquer anorexie, perte de poids, vomissements, diarrhée légère, éruption cutanée, alopécie, convulsions (ou autres troubles du système nerveux) et anémie. Je n'arrive jamais à comprendre comment les lobbyistes du secteur biologique critiquent l'utilisation d'engrais synthétiques lorsqu'ils promeuvent du fumier de bore ou de vache.

2 - Acide acétique (DL50 3310 mg / kg)

L’ évaluation des risques de l’acide acétique réalisée par l’EFSA en 2013 a révélé de nombreuses lacunes dans les données et la nécessité de disposer d’informations complémentaires, de la même manière que les néonicotinoïdes, mais elle n’interdit pas l’utilisation de l’acide acétique en agriculture biologique car, à un niveau plus dilué, ce produit chimique est connu sous le nom de vinaigre… et les humains le mangent.

L'acide acétique à une concentration égale ou supérieure à 90% utilisé en agriculture biologique est classé «1A» aux États-Unis pour la corrosion cutanée, et doit comporter la mention de danger H314 «Provoque des brûlures de la peau et des lésions oculaires graves». Des études ont mis en évidence un risque élevé à long terme pour les mammifères, un risque élevé pour les abeilles domestiques et les arthropodes non ciblés. Des activistes favorables à l’agriculture biologique proposent souvent un cocktail d’acide acétique, de sel et de savon en tant que solution herbicide alternative au glyphosate. Voir une analyse de la toxicité de ce mélange pour l'homme et l'environnement par rapport au glyphosate.

3 - Sulfate de cuivre (DL50: 300 mg / kg)

Le sulfate de cuivre est utilisé comme fongicide par les agriculteurs biologiques dans plus de 100 applications en dépit de sa toxicité beaucoup plus élevée par rapport aux solutions de synthèse. Voir une comparaison entre l'utilisation organique du sulfate de cuivre et le mancozèbe beaucoup moins toxique (DL50 allant de 4 500 à 1 200 mg / kg), son équivalent synthétique, utilisé par les agriculteurs conventionnels.

Il est largement reconnu que le sulfate de cuivre est une substance désagréable pour l'homme, les animaux et l'environnement. Voici quelques citations d'un document de recherche en faveur de l'agriculture biologique produit par l'Université Cornell.


«Le sulfate de cuivre est très toxique pour les poissons. Même aux taux d'application recommandés, ce produit peut être toxique pour la truite et d'autres poissons, en particulier dans les eaux douces ou acides. … Une intoxication au sulfate de cuivre peut entraîner des lésions au cerveau, au foie, aux reins, à l'estomac et à la muqueuse intestinale. Le sulfate de cuivre peut être corrosif pour la peau et les yeux. … Les pulvérisateurs de vignobles ont souffert d'une maladie du foie après 3 à 15 ans d'exposition à une solution de sulfate de cuivre dans une bouillie bordelaise. ”

Ce produit chimique toxique est approuvé pour l'agriculture biologique dans le monde entier.

La citation suivante répertorie la «fatigue hypocrite» que doivent ressentir les lobbyistes de l'industrie des aliments biologiques pour continuer à promouvoir l'utilisation du sulfate de cuivre dans les produits biologiques:


Les pulvérisateurs de vigne ont souffert d’une maladie du foie. Il est corrosif pour la peau et les yeux et est absorbé par la peau. Il provoque des problèmes de reproduction chez les oiseaux, les hamsters et les rats. Il a été démontré qu’il induisait une maladie cardiaque chez les enfants de hamsters gravides qui y ont été exposés. Il a provoqué des tumeurs endocrines chez les poulets. Le sulfate de cuivre et les fongicides similaires ont été toxiques pour les moutons et les poulets dans les exploitations aux doses d'application normales. … Ils sont très toxiques pour les poissons et les invertébrés aquatiques, tels que les crabes, les crevettes et les huîtres. Il existe des cas où la plupart des animaux vivant dans le sol, y compris les grands vers de terre, ont été éliminés grâce à l'utilisation intensive de fongicides contenant du cuivre dans les vergers. Il est fortement bioaccumulé et très persistant. Une fois qu'un sol est contaminé par le cuivre, il n'y a pas de moyen pratique pour l'enlever. ”

La Commission européenne suggère de " minimiser " l'utilisation du cuivre en tant que pesticide organique. … Devrait être minimisé? La Commission ne pourrait-elle pas au moins dire: "Pretty please"? On ne peut s'empêcher de remarquer l'hypocrisie désinvolte des régulateurs européens, obligés par des activistes de l'environnement à s'attaquer sévèrement aux pesticides synthétiques moins toxiques et bien testés, et à regarder de l'autre côté des preuves évidentes de l'un des plus pires, le plus toxique ) pesticides connus de l'homme. Il y a de sérieux stupides qui se passent ici !!!

4 - Pyrethrine (DL50 comprise entre 200 mg / kg et 2600 mg / kg)

La pyréthrine (sous différentes formes et nomenclatures) provient à l'origine de produits chimiques extraits de fleurs, mais à présent, ses propriétés toxiques ont été identifiées et fabriquées par synthèse (bien que les applications biologiques aient toujours été autorisées). C’est une bonne chose que les pyréthrines soient fabriquées de manière synthétique étant donné l’impact environnemental de centaines de milliers de tonnes de fleurs produites uniquement pour la production de pesticides biologiques.

Plutôt que d'appeler ces produits chimiques hautement toxiques: «pesticides», de nombreux lobbyistes de l'industrie des produits biologiques ont choisi de faire référence aux pyréthrines avec le terme plus bénin: savon insecticide. Je suis désolée, mais les pyréthrines, qui sont peut-être d’origine naturelle, sont des neurotoxines . Si je commençais à prendre une douche avec des neurotoxines, je voudrais que les autorités me le fassent savoir, et je ne les appellerais pas «savon»! Qui essaient-ils de tromper?

Quelques citations effrayantes encore une fois tirées de cette étude de Cornell sur l' agriculture biologique :


«Le pyrèthre est hautement toxique pour les abeilles. La dose létale moyenne (DL50) pour les abeilles a été mesurée à 0,022 microgramme par abeille (Casida & Quistad, 1995). Les impacts directs sur les abeilles et les guêpes utiles risquent d'être mortels… Cox (2002) cite plusieurs études indiquant la possibilité d'un lien entre les pyréthrines et le cancer, dont une étude montrant une multiplication par 3,7 de la leucémie chez les agriculteurs qui avaient manipulé des pyréthrines ceux qui n'avaient pas. En 1999, un mémo de l'EPA estimait que les pyréthrines étaient «susceptibles d'être cancérogènes pour l'homme par voie orale».

Il convient de noter que lorsque le groupe de travail sur l'évaluation du risque d'abeille de l'EFSA, qui fait pression et qui est influencé par des activistes, a refusé l'accès aux néonicotinoïdes aux agriculteurs, l'alternative à laquelle les agriculteurs devaient se tourner pour protéger leur colza était beaucoup moins classe efficace et hautement toxique pour les abeilles de pyréthrines. Je ne trouve pas les mots pour exprimer l'absurdité de tout cela!

5 - Peroxyde d'hydrogène

La mesure de la toxicité du HD50 dépend du degré de concentration, mais le peroxyde d'hydrogène est utilisé par les agriculteurs biologiques comme désinfectant général pour tuer les micro-organismes au contact (plus les concentrations sont élevées, mieux c'est).

Il est souvent utilisé pour lutter contre les agents pathogènes bactériens et fongiques. Une fois de plus, l’étude de Cornell , qui concerne les produits biologiques, met en garde: «Les semences traitées exposées peuvent être dangereuses pour les oiseaux et d’autres animaux sauvages. Il est également hautement toxique pour les abeilles et autres insectes utiles exposés au contact direct; il ne doit pas être appliqué ni laissé dériver sur les cultures en fleurs ou les mauvaises herbes lorsque les abeilles butinent activement. De même, il ne devrait pas être appliqué ni autorisé à dériver sur les cultures où les bienfaiteurs font partie d'une stratégie de lutte antiparasitaire intégrée. »Les lobbyistes de l'industrie biologique et les ONG qui défendent les droits des consommateurs soutiennent de la même manière les néonicotinoïdes. La différence est que l'industrie des pesticides a travaillé dur pour réduire l'exposition due aux applications de pansement ou de dérive de graines au néon, alors que le lobby de l'industrie des produits biologiques ne semble pas s'en moquer.

6 - Soufre de chaux (DL50: 820 mg / kg)

Le soufre de chaux est obtenu en faisant bouillir la chaux et le soufre ensemble. Il est pulvérisé sur les arbres fruitiers pour lutter contre des maladies telles que l'anthracnose du mildiou, l'oïdium et certains insectes, notamment les squames, les thrips et les acariens ériophyides. L' étude Cornell indique: «Le soufre et le calcaire peuvent être mortels s'ils sont inhalés, avalés ou absorbés par la peau. Il est extrêmement caustique et peut causer des lésions oculaires irréversibles et des brûlures de la peau. Si mélangé avec un acide, il peut dégager un gaz extrêmement sulfuré et sulfuré d'hydrogène (Meister & Sine, 2009). ”Il est extrêmement toxique pour les lombrics, qui jouent un rôle important dans l'assainissement et la régénération des sols. Pour les humains, il peut brûler la peau et les yeux. Aux États-Unis, le soufre de chaux s'est vu attribuer la cote DANGER .

7 - Roténone (DL50: 132 mg / kg)

Une petite quantité de roténone va tuer tous les poissons de votre étang. Ce produit chimique extrêmement toxique et hautement toxique est encore disponible pour les agriculteurs biologiques dans des produits combinés à des pyréthrines (également hautement toxiques - voir ci-dessus) dans des produits tels que Red Arrow . Risk-Monger a été choqué d'apprendre non seulement que ce tueur d'abeilles n'était pas interdit, mais que PAN détournait les yeux lorsqu'il était confronté aux conséquences néfastes pour l'environnement et les activités humaines de ce produit chimique (naturel) toxique. Les partisans de l'agriculture biologique aiment prétendre que la roténone a été retirée du marché (également dans des commentaires sur mes blogs), mais ils ne reconnaissent pas qu'elle a récemment été réapprouvée. http://www.thefarmersdaughterusa.com/2013/06/organic-pesticides.html

La consommation d'aliments biologiques contenant des résidus de roténone peut renforcer l'apparition de la maladie de Parkinson . Il est dommage que les aliments biologiques ne soient pas soumis à des tests de recherche de résidus chimiques (naturels) afin que les consommateurs puissent être conscients de leurs risques pour la santé.

8 - Sulfate de nicotine (DL50: 50-60 mg / kg)

La nicotine est naturelle et a donc été approuvée par l'agriculture biologique pour lutter contre les pucerons, les thrips, les acariens et autres insectes. Il est amusant de voir autant de militants en faveur de l'agriculture biologique s'opposer à l'utilisation de néonicotinoïdes en disant que ces pesticides synthétiques utilisaient de la nicotine. Oui… et, tout comme les agriculteurs biologiques. Mais quelle est la toxicité de cette neurotoxine naturelle, certifiée biologique? Très! Aux États-Unis, le sulfate de nicotine comporte un avertissement de danger. C'est une neurotoxine organique qui interfère avec la substance émettrice entre les nerfs et les muscles . Des essais ont montré que le sulfate de nicotine avait provoqué des anomalies dans la progéniture d'animaux de laboratoire et une étude réalisée dans l'État du New Jersey a révélé que l'intoxication au sulfate de nicotine par les jardiniers biologiques pouvait entraîner une augmentation de la pression artérielle, une fréquence cardiaque irrégulière et, dans certains cas, la mort.

Que dit le Pesticide Action Network à propos de ce pesticide organique toxique? PAN reconnaît que ce pesticide est probablement une mauvaise nouvelle, mais dans la plupart des cas, il indique que les données sont insuffisantes et reconnaît qu'il est toujours vendu pour l'agriculture biologique (mea culpa!). Le sulfate de nicotine n'a pas semblé figurer dans la liste des douze saloperies!

Addendum Juillet 2017: Certains organismes de certification en matière de certification biologique, tels que la UK Soil Association, interdisent le sulfate de nicotine dans l'agriculture biologique. Le problème, c’est qu’il ya tellement d’organisations de labels ou de normes biologiques et de groupes de pression vantant différentes choses dans différents pays que le mot «biologique» n’a littéralement aucune signification (voir la discussion dans la section commentaires). Le pesticide est disponible et étiqueté pour l'agriculture biologique. Aussi longtemps que des organisations comme IFOAM ou PAN continueront à faire pression en faveur du principe selon lequel «toutes les toxines naturelles sont bonnes», les agriculteurs biologiques devront accepter cette contradiction déplaisante et cesser de sélectionner les cerises de cette liste.

9 - Azadirachtine (DL50: 3 540 mg / kg)

Également appelé huile de neem, ce pesticide toxique approuvé pour l'agriculture biologique (en particulier pour les pommes) fait honte à tous les pesticides synthétiques dans sa capacité à massacrer les populations d'abeilles butineuses. Risk-Monger a appelé à l' interdiction de ce produit chimique naturel désagréable qui, selon des études européennes, tue 50% des populations d'abeilles lorsqu'il est exposé à une dose correspondant à 50 fois la dose recommandée pour les agriculteurs biologiques. Ma demande va à l'encontre de la campagne du principal lobby des producteurs de produits biologiques, IFOAM, qui demande à l'UE de ne pas imposer à Azidirachtin des exigences de sécurité ou des exigences en matière de données qui limiteraient ce pesticide, car ils prétendent qu'il n'y a pas d'autre solution de remplacement. pomiculteurs biologiques. Hey IFOAM - pourquoi ne pas utiliser des pesticides synthétiques moins toxiques pour protéger les abeilles? Incroyable!

En ce qui concerne les autres risques pour la santé liés à l'azadirachtine en dehors des abeilles:


L'un des pesticides organiques les plus populaires, le neem, est toxique pour les espèces non ciblées, notamment les crustacés et les têtards. Neem a été montré pour causer l'encéphalopathie toxique de la maladie du cerveau chez les enfants. Chez la souris, il provoque des anomalies chromosomiques dans les cellules de la moelle osseuse et endommage l'ADN du sperme. "

J'ai mis au défi les scientifiques partisans du groupe de travail de l'UICN sur les pesticides systémiques, opposés à l'industrie, de réfuter la corrélation entre le déclin des populations d'abeilles et la hausse de l'agriculture biologique (corrélation bien plus précise que celle établie avec les néonicotinoïdes). Ces chercheurs ont refusé d’examiner les données (ils ne trouvaient peut-être pas les fonds de Sugar Daddies , une industrie de l’agriculture biologique ), mais l’azadirachtine est peut-être le meilleur indice que l’agriculture biologique est aussi dangereuse pour la biodiversité, sinon plus, que n'importe quel puits. -pesticide synthétique testé que l’industrie biologique tente d’interdire.

10 - Bromure de méthyle (DL50: 214 mg / kg)

Le bromure de méthyle est un fumigant utilisé par les agriculteurs biologiques pour lutter contre les araignées, les acariens, les champignons, les plantes, les insectes, les nématodes et les rongeurs. Des études chez l'animal montrent que le bromure de méthyle peut affecter le cerveau, les reins, le nez, le cœur, les glandes surrénales, le foie, les testicules et les poumons. Le bromure de méthyle contribue également à la destruction de la couche d'ozone . En raison du risque élevé d'empoisonnement, il est vivement conseillé aux agriculteurs biologiques de faire appel à des pulvérisateurs professionnels pour appliquer du bromure de méthyle.

11 - Préparations maison (DL50: ???)

L'une des choses les plus effrayantes à propos de l'explosion d'agriculteurs biologiques amateurs est la grande disponibilité de recettes permettant à ces agriculteurs amateurs de fabriquer leurs propres pesticides dans les éviers de cuisine . Plus tôt dans ce blog, nous avons fourni un lien vers un site montrant qu'un mélange fait maison de sel, de vinaigre et de savon était plus toxique en tant qu'herbicide que le glyphosate. Mother Earth News propose une large sélection de produits maison contenant des produits chimiques de base qui ne sont pas conçus pour être consommés ou rejetés directement dans l'environnement. La plupart des petits agriculteurs biologiques n’ont pas une connaissance suffisante de la chimie de base pour fabriquer leurs propres pesticides.

Si les activistes des ONG font campagne contre les produits chimiques en raison des risques inconnus des cocktails chimiques, pourquoi tolèrent-ils toutes ces préparations de pesticides organiques déversées sur le sol et sur les aliments non testés?

12 - Huile de citronnelle, huile d'eucalyptus, extrait d'ail

Une étude récente publiée dans l' Oxford Journal of Insect Science a montré que lorsque les abeilles ouvrières ingéraient de l'huile de citronnelle, de l'huile d'eucalyptus, de l'extrait d'ail, de l'huile de neem ou de la roténone, elles entraînaient des taux de mortalité supérieurs de 42% à 60% à celles des travailleurs nourris avec un produit de contrôle non contaminé. régimes.

Bien que Risk-Monger ait par le passé mis en doute la valeur des tests de laboratoire qui nourrissaient tous les contaminants chimiques des abeilles, il convient de rappeler que les agriculteurs se sont vu refuser les avantages en termes de protection des cultures de trois néonicotinoïdes sur la base de données provenant uniquement d'essais de laboratoire. (sanctifié par l'EFSA). Si ces types de tests d'alimentation en laboratoire montrent également que les abeilles ont une mortalité supérieure de 42% à 62% due à une exposition à des pesticides biologiques, alors l'EFSA et la Commission européenne doivent décider si elles veulent interdire tous les pesticides, approuvés pour l'agriculture biologique ou conventionnelle. applications, ou devenez un peu plus raisonnable et cohérent dans la façon dont ils réglementent ce que les agriculteurs peuvent et ne peuvent pas utiliser pour leurs cultures. Ce n’est pas parce que de nombreux militants à haute voix ont de l’argent pour mener des campagnes idiotes que les régulateurs doivent écouter leurs sottises.

Le même, mais différent?

La seule différence entre les pesticides synthétiques conventionnels et les pesticides approuvés par l'agriculture biologique est que, avec les produits phytopharmaceutiques synthétiques, vous obtenez des tonnes de données de sécurité et une surveillance régulière des résidus de pesticides, alors qu'avec les pesticides approuvés en bio, vous payez beaucoup plus cher pour vous sentir bien. de bonnes histoires construites sur des mensonges bien construits selon lesquelles elles sont plus sûres pour la consommation humaine, les abeilles et l'environnement.

Je suis pleinement conscient du fait que les faits importent peu et que vous voulez vous sentir bien avec la nourriture que vous mangez, mais êtes-vous vraiment d'accord pour donner votre argent à ce groupe de menteurs bien financés dans le lobby de l'industrie des produits biologiques?

Avertissement: Bien que ces pesticides approuvés pour l'agriculture biologique soient bien plus toxiques que le glyphosate (ou presque tout autre pesticide conventionnel bien testé), le but de cet exercice est de mettre en évidence la stupidité et le manque d'intégrité des frayeurs qui attaquent les cultures conventionnelles. matériels de protection afin de tenter de gagner des parts de marché pour les aliments biologiques. Le risque de tout pesticide bien testé est si faible comparé à d’autres expositions toxiques naturelles, ce qui rend tout militant anti-terroriste ridicule et sans fondement.

La tasse de café que vous avez bue en lisant ce blog contient plus de toxines que toute une année de résidus de pesticides conventionnels sur les fruits et les légumes que vous consommez (et probablement aussi avec la consommation de pesticides biologiques, mais j'ai bien peur que nous ne le fassions pas ». Je ne sais pas car il n’existe aucune pression d’ONG comme PAN pour les tester). Mon intention n'était pas de rendre les gens plus effrayés, mais de réaliser à quel point nous sommes devenus crédules pour des individus aussi mal intentionnés, payés par le lobby de l'industrie des aliments biologiques.


https://risk-monger.com/2016/04/13/the-risk-mongers-dirty-dozen-12-highly-toxic-pesticides-approved-for-use-in-organic-farming/

Des pesticides organiques substitués aux néonicotinoïdes «dangereux» sont beaucoup plus toxiques pour les abeilles

https://geneticliteracyproject.org/2015/06/18/organic-pesticides-used-as-replacement-for-dangerous-neonicotinoids-found-far-more-toxic-to-bees/
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6339
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 11 Fév 2019 - 1:34

Et alors ?

Ton article le dit, ça parle des lobbyistes, car eux aussi ce sont emparé du bio.

Rien avoir avec les petits producteurs qui dont du vrai bio. Faire du bio ce n'est jamais que cultiver comme on le faisait avant guerre ou avant l’avènement des pesticides chimiques, comme le DDT.

Sans compter que cela n'enlève en rien la responsabilité des lobbyistes des pesticides, Roundup (glyphosate) en tête.

Et si les abeilles sont devenue aussi fragile et sensible à tout, c'est bien due au glyphosate et certainement pas aux produits même utilisé par les lobbyistes du bio. Ça c'est une conséquence.

Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

OSIRIS

Masculin Capricorne Chien
Messages : 4854
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 49

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 11 Fév 2019 - 10:43

akasha a écrit:
Et alors ?

Ton article le dit, ça parle des lobbyistes, car eux aussi ce sont emparé du bio.

OSIRIS a écrit:
Des pesticides organiques substitués aux néonicotinoïdes «dangereux» sont beaucoup plus toxiques pour les abeilles

https://geneticliteracyproject.org/2015/06/18/organic-pesticides-used-as-replacement-for-dangerous-neonicotinoids-found-far-more-toxic-to-bees/

akasha a écrit:
Rien avoir avec les petits producteurs qui dont du vrai bio. Faire du bio ce n'est jamais que cultiver comme on le faisait avant guerre ou avant l’avènement des pesticides chimiques, comme le DDT.

vu qu'il y a aucune etiquette sur les produits Bio qui nous dise quels pesticides Bio ont ete utilisé..... comment peut on savoir QUI utilise les pesticides BIO ,,,,, toutes les ""PETITES PRODUCTEURS"" ont la droit legallement de utiliser des ^^pesticides BIO^^ et d'avoir l'ettiquette ""BIO"".....

ils utilise pas des pesticides ""synthetique"" , ils utilise des pesticides BIO , qui sont plus nocif au abeilles que la Glysophate....


Revenir en haut Aller en bas
RedStard

RedStard

Masculin Lion Chèvre
Messages : 2357
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 41

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitimeLun 11 Fév 2019 - 11:51

Ah non on ne peut pas laissé pas ça ! je ne savais pas que Mosanto sévissait sur le Forum.  Suspect

Osiris nous expose un article de pure lobbyiste de Bayer Mosanto qui prétends que les pesticides de synthèses seraient non seulement moins nocifs que les pesticides biologiques admis dans l'industrie des aliments BIO et qu'ils seraient aussi moins cancérigènes.
Sauf qu'il existe pléthores d'études comme par exemple celui-ci :ehp.niehs ou simplement Wikipédia qui prouvent le caractère cancérigènes des pesticides synthèses les plus utilisés, de plus cet article ne peut en aucun cas faire des comparaisons de cette ordre avec les pesticides biologiques, car il n'en existe aucune étude qui prouveraient la nocivité sur l'environnement de l'industrie de l'agro-biologique ainsi que sa nature cancérigène.
De plus l'industrie massif des pesticides de synthèses (round up, Glyphosate ...) est de loin largement supérieur à celui des de l'industrie biologique et de fait ils impactent largement le fonctionnement de notre écosystème bien au delà des petits producteurs locales de BIO.


Article Répugnant de la pire espèce qui fait des conjectures et des extrapolations pour promouvoir l'industrie de l'OGM ingénieuré par Bayer Mosanto pour l'utilisation de leurs pesticides au dépends de notre santé et la viabilité de notre écosystème.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" Empty
MessageSujet: Re: "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"   "Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés" I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

"Si les abeilles disparaissent, les jours de l'homme sont comptés"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations ::  Actualités scientifiques  :: Animaux / Insectes / Nature-