Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Archi

avatar

Masculin Capricorne Chèvre
Messages : 309
Date d'inscription : 27/03/2017
Age : 38

MessageSujet: Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres   Mar 18 Juil 2017 - 8:09

Voici trois articles portant sur la vie extra-terrestre avec pour idée centrale l'atteinte de la singularité technologique.
C'est un peu long mais ce sont des réflexions qui valent le coup selon moi.




1. Nous ne déchiffrerons jamais le langage des extraterrestres


Il existe environ 170 milliards de galaxies dans l'univers connu - et à mesure que la technologie de nos télescopes progresse, nous finirons sans doute par découvrir un trillion de galaxies. Chaque galaxie, à l'instar de la nôtre, peut contenir plus de 200 milliards de planètes et d'étoiles. Inévitablement, certains de ces mondes célestes sont susceptibles d'héberger des formes de vie intelligentes. En vérité, selon certains astronomes parmi les plus brillants, la question n'est pas de savoir si les extraterrestres existent, mais plutôt combien de millions d'espèces extraterrestres intelligentes peuplent notre univers.

Dès lors, s'il existe autant de formes de vie développées, il convient de se demander : pourquoi n'avons-nous eu aucun contact avec eux ? Ce problème bien connu porte le nom de paradoxe de Fermi.

Il existe au moins une dizaine de réponses pertinentes au paradoxe de Fermi, mais peu d'entre elles se penchent sur la question de la communication avec les civilisations extraterrestres - pourtant nécessaire si nous souhaitons entrer en contact avec eux. Et à ma connaissance, personne ne s'est demandé ce qu'il advenait d'un langage (extraterrestre, en l'occurrence) en cas d'accélération rapide de l'intelligence d'une espèce, ce qui là encore est nécessaire pour que l'espèce en question soit suffisamment évoluée pour entrer en contact avec nous.

Les êtres humains modernes - et, sans doute, les autres espèces intelligentes - sont globalement aujourd'hui dans un état de croissance technologique et évolutive exponentiel. Cette croissance ne reflète peut-être pas tout à fait la loi de Moore (selon laquelle la vitesse des microprocesseurs double tous les 24 mois environ), mais elle n'en est probablement pas loin.

La croissance technologique nous mène vers un unique but : la Singularité, un état existentiel si avancé que nous ne pouvons que le nommer sans véritablement pouvoir le décrire. C'est un état qui dépasse l'entendement de nos pauvres cerveaux - un état où les progrès réalisés en une seule minute pourraient excéder ceux de l'ensemble de l'histoire humaine. Et tous les extraterrestres intelligents finissent par atteindre la Singularité.

Sachant cela, n'imaginez pas les extraterrestres comme des monstres verdâtres et gluants, tels qu'ils sont souvent représentés dans les films hollywoodiens. Une espèce extraterrestre qui n'aurait que 100 ans d'avance sur les Hommes du 21ème siècle aurait sans doute abandonné le concept même de corps biologique, jugé précaire et trop primitif. Les extraterrestres les plus avancés se sont très certainement déjà liés à des machines et se sont transformés en flux de données, pour répondre au mieux à leurs besoins d'être supra intelligents.

Une fois la Singularité atteinte et dépassée, les espèces extraterrestres découvrent sans doute rapidement des moyens de modifier et de contrôler les atomes, développant ainsi la capacité de prendre n'importe quelle forme au sein de l'univers. Autrement dit, ils peuvent déjà se trouver absolument n'importe où, et même partout à la fois.

Mais le point crucial ici, ce sont ces fameuses 100 années d'évolution supplémentaires. Dans notre cas, cela nous amènerait au début du 22ème siècle. Je baptise cette période "Fenêtre de Jethro", du nom du protagoniste de mon roman futuriste The Transhumanist Wager, car il s'agit d'une période extraordinairement importante : celle qui nous amène de ce que nous sommes aujourd'hui (une ère qui a débuté avec l'invention du microprocesseur) jusqu'au point où nous atteignons la Singularité.

Voici la réponse la plus triste au paradoxe de Fermi : nous n'avons jamais rencontré d'autres formes de vie intelligentes tout simplement parce que le langage et les autres modes de communication évoluent tellement vite pour les espèces qui ont atteint la Singularité qu'en à peine une minute, une civilisation tout entière peut totalement se transformer et devenir inintelligible. Dans un univers en expansion vieux d'au moins 13,6 milliards d'années, cette transformation peut être sans fin. Concrètement, cela signifie que nous n'aurons sans doute jamais plus de quelques secondes pour comprendre ou même simplement remarquer nos millions de voisins. La nature de notre univers - et la nature même de la communication dans un univers où l'intelligence croît de façon exponentielle - ne peut que nous conduire à la solitude éternelle.

Le seul moment où nous avons une chance de découvrir d'autre formes de vie intelligentes, c'est cette période de 100 ans environ qu'est la Fenêtre de Jethro, et pour ce faire il faudrait un miracle : qu'une autre espèce au même stade d'évolution, à cet instant précis, soit également en train de chercher à nous rencontrer. Étant donnée la taille incommensurable et l'âge de notre univers, même s'il existe des millions d'espèces extraterrestres, nous ne les trouverons jamais. Nous ne les connaîtrons jamais. C'est une certitude mathématique, et la plus triste qui soit.




2. Le cosmos est sans doute peuplé de robots superintelligents


Si, et quand, nous finissons par rencontrer des extraterrestres, ils ne ressembleront probablement pas à des petits hommes verts ou à des insectes humanoïdes. À vrai dire, il y a de fortes chances qu'ils ne soient même pas des créatures biologiques, mais plutôt des robots très évolués dont l'intelligence dépassera la nôtre de manière incommensurable. Alors que des légions de philosophes, de chercheurs et autres futuristes ont prophétisé l'avènement de l'intelligence artificielle et l'imminence de la singularité, la plupart d'entre eux ont limité le champ de leurs prédictions à la Terre. Bien moins nombreux sont les penseurs – en dehors du champ spécifique de la science-fiction – qui ont envisagé l'idée que l'intelligence artificielle soit déjà bien présente, tout autour de nous, et ce depuis la nuit des temps.

Susan Schneider, qui enseigne la philosophie à l'université du Connecticut, est de ceux-là. Elle et une poignée d'astronomes, parmi lesquels Seth Shostak, directeur du programme SETI (« Search for Extraterrestrial Intelligence ») de la NASA, ainsi que les astrobiologistes Paul Davies et Stephen Dick, sont convaincus que la forme d'intelligence dominante dans le cosmos est probablement artificielle. Dans son article « Alien Minds », Schneider explique pourquoi les formes de vie extraterrestres ont de fortes chances d'être synthétiques, et comment de telles créatures sont susceptibles de penser.


« La plupart des gens se représentent les aliens comme des créatures biologiques, mais cela n'a presque aucun sens si l'on prend en compte l'échelle du temps, m'a expliqué Seth Shostak. J'ai parié une bière avec des dizaines d'astronomes que si nous finissions par capter un signal émis par des extraterrestres, nous tomberons sur une forme de vie artificielle. »

Alors que nous ne cessons de découvrir des planètes potentiellement habitables un peu partout dans la galaxie, il devient de plus en plus difficile de croire que nous sommes seuls dans l'univers. Et si (et quand) nous finirons par rencontrer d'autres formes de vie intelligentes, nous voudrons communiquer avec elles, ce qui suppose que nous ayons les moyens de les comprendre. Mais pour une large majorité d'astrobiologistes qui étudient des formes de vie unicellulaires, il n'y a pas lieu de s'intéresser dès aujourd'hui à la question de l'intelligence extraterrestre.

« Si vous me demandiez de réunir un panel de types qui ont beaucoup réfléchi sur cette question, je serais bien embêté, avoue Shostak. Certains d'entre eux imaginent des stratégies de communication, bien sûr. Mais bien peu de chercheurs s'intéressent à la nature même de l'intelligence extraterrestre. »

L'article de Schneider est l'un des tout premiers articles consacrés à cette question.

« Toutes leurs facultés cognitives – comment leurs cerveaux reçoivent et traitent les informations, leurs objectifs, leurs motivations – risquent de n'avoir pas grand-chose à voir avec les nôtres, me dit Schneider. Il faut que les astrobiologistes envisagent des processus cognitifs totalement différents. »

Il est donc question de superintelligence artificielle.

« Il est important de faire la distinction avec la simple "intelligence artificielle", explique Schneider. Je ne suis pas en train de dire que nous allons croiser des processeurs IBM flottant dans l'espace. A priori, cette intelligence sera bien plus avancée que tout ce que peut comprendre l'esprit humain. »

C'est, essentiellement, une histoire d'échelles temporelles. Déjà, quand il est question d'intelligence extraterrestre, on a affaire à ce que Schneider appelle « l'observation de fenêtre réduite », c'est-à-dire la notion selon laquelle une société capable de transmettre des signaux radio à travers l'espace est vraisemblablement toute proche de pouvoir révolutionner sa propre biologie. C'est une variante de l'idée avancée par Ray Kurzweil selon laquelle le futur post-biologique de l'humanité est à portée de main.

« Dès qu'une civilisation invente la radio, elle est à cinquante ans d'inventer les ordinateurs, puis probablement à cinquante ou cent ans d'inventer l'intelligence artificielle, estime Shostak. À ce stade, avoir encore des cerveaux mous et fragiles, c'est déjà totalement dépassé. »

Schneider estime que notre propre singularité est toute proche. Un jour, prédit-elle, nous ne nous contenterons pas d'améliorer nos esprits grâce à la technologie ; nous abandonnerons carrément nos enveloppes de chair pour du matériel synthétique.

Il est possible que, d'ici à ce que l'on rencontre d'autres formes d'intelligence, la plupart des humains aient déjà beaucoup amélioré leurs propres cerveaux », estime Schneider.

Ce qui nous amène à un autre argument avancé par Schneider : la plupart des civilisations existant dans le cosmos sont probablement bien plus anciennes que la nôtre, de plusieurs millions d'années. En tout cas, c'est ce que pensent les astronomes qui cogitent à ce sujet.

« Le raisonnement est assez simple, assure Shostak. Partons du principe que si nous interceptons un signal, il a forcément été émis par une civilisation au moins aussi évoluée que la nôtre. Disons ensuite, en prenant une fourchette basse, qu'une civilisation donnée utilise la radio pendant environ 10.000 ans. D'un point de vue strictement probabiliste, nous avons de très fortes chances de tomber sur une société bien plus ancienne que la nôtre. »

De quoi nous inciter à une certaine humilité. Mais en dépit de leur intelligence supérieure, nos voisins interstellaires pourraient manquer d'un aspect fondamental des facultés cognitives : la conscience.

Cela peut paraître étrange, mais comme l'écrit Schneider, on ne sait pas encore vraiment si l'intelligence artificielle est capable d'avoir une conscience d'elle-même. Pour le dire simplement, on sait très peu de choses de ce qui fonde la conscience sur le plan neurologique ; il est presque impossible de prédire ce qui permettrait de la reproduire artificiellement.

« Pour moi, il n'y a aucune raison de croire qu'une superintelligence artificielle ne pourrait pas être dotée d'une conscience, mais il faut tenir compte de cette possibilité », affirme Schneider.

Quoi qu'il en soit, elle pense que l'idée selon laquelle la vie artificielle ne peut pas être consciente perd du terrain.

« Je crois que le cerveau fonctionne comme un ordinateur. D'ailleurs, on a déjà des théories informatiques qui décrivent certains aspects de la conscience, y compris la mémoire active et l'attention, dit-elle. Dès lors, je ne vois pas en quoi le silicone serait moins propice que le carbone à l'émergence d'une forme d'expérience de la réalité. »

J'espère qu'elle a raison. D'une certaine façon, l'idée d'une galaxie peuplée de superordinateurs froids et sans âme est bien plus flippante que celle de machines conscientes et introspectives à la WALL-E, ou de Q cassants et sardoniques.

« C'est très effrayant », acquiesce Schneider. Elle qui a beaucoup écrit sur le sujet invite les humains à bien réfléchir aux conséquences potentielles de l'amélioration cognitive.

Le concept de superintelligence artificielle extraterrestre relève pour l'heure de la spéculation. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'il ne faille pas s'y pencher. En considérant l'existence d'autres formes d'intelligence extraterrestre, on élargit aussi le champ de nos recherches et on maximise nos chances d'identifier la vie dans le cosmos. « Jusqu'ici, nous avons braqué nos télescopes et nos antennes vers des étoiles susceptibles d'abriter des planètes possédant une atmosphère respirable, des océans etc., m'explique Shostak. Mais si la forme d'intelligence dominante dans le cosmos est artificielle, alors pourquoi aurait-elle besoin de vivre sur une planète possédant des océans ? »

« Tout ce dont ces formes de vie artificielles auraient besoin, c'est de matériaux bruts, poursuit-il. Elles sont peut-être au fin fond de l'espace, tournant autour d'une étoile, ou se nourrissant de l'énergie d'un trou noir au centre de la galaxie. » (On retrouve cette dernière idée dans un certain nombre de romans de science-fiction, notamment des œuvres de Greg Bear et Gregory Benford).

Autrement dit, ces formes de vie pourraient être littéralement partout.

Ce qui soulève une dernière question : comment ces aliens superintelligents nous voient-ils ? Nos cousins cosmiques nous voient-ils seulement comme une forme de biocarburant bien pratique, comme dans Matrix ? À moins qu'ils ne nous étudient de loin, s'en tenant à une doctrine de non-interférence à la Star Trek… Schneider doute de ces deux options. À vrai dire, selon elle, ces extraterrestres superintelligents se foutent bien de notre existence.

« S'ils s'intéressaient à nous, nous ne serions probablement plus là, dit-elle. Mon intuition, c'est que leurs buts et leurs motivations diffèrent tellement des nôtres qu'ils n'essaieront même pas de nous contacter. »

Un discours radicalement opposé à celui de Stephen Hawking, selon qui ces extraterrestres intelligents seraient des nomades, cherchant à épuiser les ressources des planètes qu'ils croisent, ce qui signifierait donc qu'entrer en contact avec des aliens nous mènerait certainement à notre perte.

« Je suis d'accord avec Susan quand elle dit qu'ils ne s'intéressent sans doute pas du tout à nous, sourit Shostak. Nous sommes trop simplets, pas assez intéressants. Vous ne passez pas votre temps à discuter avec votre poisson rouge. Et en même temps, vous n'avez pas envie de le tuer non plus. »

Autrement dit, si nous voulons rencontrer nos homologues galactiques, nous allons sans doute devoir continuer à les chercher. Cela prendra peut-être des milliers voire des millions d'années, mais d'ici là, peut-être que nous aurons suffisamment augmenté notre propre intelligence pour être au niveau. En tout cas, pour l'instant, réjouissons-nous : il y a peu de chances que des robots extraterrestres tentent de nous exterminer pour s'accaparer nos ressources.




3. Nous ne trouvons pas d'extraterrestres car ils sont bien trop evolués pour nous


Au cours d'un voyage aux îles Samoa, il y a de nombreuses années, je rencontrai un jeune doctorant de l'université de Harvard qui travaillait sur les fourmis. Il m'invita à le suivre dans la jungle, à la recherche des insectes. Il m'expliqua que son objectif était de découvrir une nouvelle espèce de fourmis, dans l'espoir qu'on lui donne son nom.

À chaque fois que je regarde les étoiles, la nuit, en méditant sur l'immensité du cosmos, je repense à ce jeune homme, à genoux dans la jungle avec sa loupe, parcourant le sol. Je repense à lui, car je crois à l'existence des extraterrestres – et je me suis souvent demandé s'ils ne faisaient pas la même chose avec nous.

Croire aux extraterrestres – ou à des formes intelligences artificielles extrêmement avancées existant ailleurs dans l'univers – est très à la mode depuis une dizaine d'années. Il est également très hype d'évoquer le paradoxe de Fermi, selon lequel l'univers est immensément grand – des milliards de milliards de galaxies qui contiennent, chacune, jusqu'à 500 milliards d'étoiles et de planètes – et qu'il suffirait qu'une infime fraction de ces planètes soit habitable pour que la vie y ait émergé.

Quelle que soit votre opinion sur le sujet, statistiquement, tout indique non seulement que les extraterrestres existent, mais qu'en plus il en existe probablement des milliards d'espèces différentes. Le paradoxe de Fermi pose alors la question suivante : pourquoi n'avons-nous découvert aucune de ces innombrables civilisations ? Et pourquoi eux ne nous ont-ils pas trouvés ?

La page Wikipédia consacrée au paradoxe de Fermi propose des dizaines de réponses à cette question, qui vont de « il est trop coûteux d'explorer physiquement une galaxie » à « les civilisations intelligentes sont trop éloignées les unes des autres dans l'espace et dans le temps », en passant par « c'est l'essence même de la vie de s'autodétruire. »

Étant donné que notre planète a 4,5 milliards d'années, dans un univers dont les experts pensent qu'il est né il y a 14 milliards d'années, il y a de fortes chances que la plupart des extraterrestres soient nettement plus intelligents que nous. Après tout, toutes les formes d'intelligence ne se valent pas. Il y a l'intelligence des fourmis, et celle des humains. Et puis il y a l'intelligence hypothétique des extraterrestres – qui ont probablement dépassé la singularité.

La singularité, explique David Kelley, co-fondateur de Wired, est le point auquel « tous les changements survenus au cours des millions d'années précédents seront supplantés par les changements qui surviendront en cinq minutes. »

Si Kelley voit juste – et c'est mon opinion – et que la singularité accélère de façon exponentielle la vitesse à laquelle les choses évoluent, alors la plupart des espèces extraterrestres seront probablement des milliards de fois plus intelligentes que nous.

Mettez-vous à la place de ces extraterrestres intelligents pour mieux saisir ce que cela signifie. Si vous étiez des milliards de fois plus intelligent qu'un homme, pensez-vous que vous prêteriez la moindre attention à la race humaine ? Et si c'était le cas, auriez-vous vraiment de l'intérêt pour elle ? Après tout, prêtez-vous attention aux quelque cent mille milliards de microbes qui peuplent votre corps ? Non, sauf s'ils vous causent des problèmes de santé, comme E. coli. Mais c'est un autre sujet.

Notre vision des extraterrestres est très perturbée par Hollywood. Les films et la télévision nous ont conduits à imaginer les extraterrestres comme des créatures vertes et vaguement gluantes qui se promènent à bord de soucoupes volantes. C'est absurde. Si les extraterrestres devaient avoir ne serait-ce que 250 années d'évolution d'avance sur nous, il est presque certain qu'ils ne seraient déjà plus des êtres physiquement fixes – au moins sur le plan moléculaire. Ils ne seraient pas non plus des formes d'intelligence artificielle vivant dans des machines, ce que deviendront les humains d'ici la fin du siècle selon moi. Devenir une sorte de machine intelligente n'est que l'une des phases transitoires de l'évolution – et les humains ne s'y attarderont sans doute pas plus de quelques décennies.

Une intelligence véritablement avancée sera sans doute intelligente à l'échelle atomique, et sans doute même à des échelles bien inférieures. Les extraterrestres évolueront jusqu'à devenir de l'énergie pure et consciente – et peut-être même au-delà de ça. Ils ont sans doute déjà réalisé depuis longtemps que la biologie et les 1 et 0 qui animent les machines sont bien trop rudimentaires pour être véritablement fonctionnels. Une intelligence véritablement avancée ressemblera à un pur esprit, et se rapprochera de l'idée que beaucoup de gens se font des fantômes.

Sur une échelle de temps assez longue, chaque espèce biologique finira par se transformer en machines, puis en une énergie intelligente douée de conscience. Une forme de vie aussi brillante pourrait bien être alors capable de parcourir des millions d'années lumière en un instant, prenant la forme de son choix.

La clé, pour devenir la forme de vie la plus intelligente et la meilleure qui soit, c'est de devenir et de contrôler les meilleurs éléments présents dans l'univers – ceux qui nous mènent vers ce but, et qui nous accroissent en particulier notre pouvoir sur la nature. Tout le reste est superflu.

Toute forme d'intelligence présente dans l'univers, tout comme la matière et l'énergie, obéit à certaines lois – basées sur celles de la physique. Nous sommes confrontés à ces lois jusqu'à ce que nous les comprenions, et que nous les utilisions de la meilleure manière qui soit. C'est ce que l'on appelle l'évolution. Et l'univers ne veut rien tant que de voir la vie s'éveiller et évoluer, comme le souligne le physicien du MIT Jeremy England dans un article intitulé A New Physics Theory of Life.

Mais revenons à mon ami qui traquait les fourmis aux îles Samoa. On pourrait penser que la différence d'intelligence entre lui et ses fourmis est à peu près la même qu'entre les humains et les extraterrestres les plus avancés. Hélas, ce n'est pas le cas. Pas du tout, même.

En vertu de l'accélération de l'intelligence, l'écart qui nous sépare d'une espèce n'ayant que 100 ans d'évolution supplémentaires pourrait bien être un milliard de fois plus grand que celui qui nous sépare d'une fourmi. Imaginez donc ce que cela pourrait donner avec un milliard d'années d'évolution supplémentaires. Il n'y a aucune comparaison possible.

Le nœud du problème entre les extraterrestres et les humains, c'est que nous ne les entendons et ne les voyons pas car nous n'avons aucun moyen de comprendre leur langage. Cela dépasse tout simplement notre entendement et nos capacités physiques. Des millions de singularités se sont déjà produites, mais nous ne sommes guère différents de ces bactéries qui se déplacent dans notre corps sans la moindre conscience de ce qu'elles font.

La bonne nouvelle, en revanche, c'est que nous sommes sur le point d'entrer en contact avec les meilleurs d'entre eux. Ou plutôt, ils sont sur le point de nous donner une leçon. Pourquoi ? L'univers est précieux, et d'ici une centaine d'années, les humains seront sans doute capables de conduire des expériences dans le domaine de la physique qui pourraient bien détruire l'univers tout entier – en construisant par exemple des accélérateurs de particules qui amèneraient la particule de Dieu à absorber l'ensemble du cosmos.

Tels un propriétaire acariâtre venant frapper à la porte, les extraterrestres entreront en contact avec nous pour nous dire ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire de notre univers. Toc, toc.






Source: motherboard.vice
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 4717
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres   Mer 19 Juil 2017 - 0:34

Bonsoir  Very Happy
Superbe article avec des raisonnements supers intelligents qui en appellent d'autres.
Pour le fait que certains réfutent qu'on soient visité ils invoquent le fait que de trouver une planète c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais bon cet argument tient de moins en moins la route vu que avec nos propres technologies limitées on en trouvent de plus en plus des planète théoriquement habitable, donc il est raisonable de penser que des civilisations bien plus avancée ne devraient pas leur poser ce genre de problème.

Autre soucis invoqué, la distance et la vitesse ; http://claudelafleur.qc.ca/Annee-lumiere.html Là aussi une fois de plus le problème est pensé par delà le prisme de nos connaissances et technologie. Le physicien Minkowski a lui sans doute trouvé la réponse, l'espace temps qui réduit considérablement les distance entre deux points. Cet espace temps comprends des raccourcis évoqué par  Ludwig Flamm ou encore Nathan Rosen, appelé "trou de ver",




Une telle théorie rend le champ du possible, réel.

Selon moi cela fait bien longtemps que nous sommes visité et des accords secrets existent déjà mais de par la nature de l'homme ce n'est pas avec les plus évolué, ni même les plus attentionné... Comme évoqué dans l'article les plus évolués n'ont qu'une envie c'est ce tenir loin de nous, dans l'incapacité de nouer des échange de par un trop grand fossé autant technologique que psychique nous séparant. Mais cela ne les empêche pas de tenir un œil sur nous.

N'oublions pas qu'il y a eut une recrudescence d'observation de Ovnis après les premiers essais de bombes nucléaire et leur utilisations. On peut aussi souvent les observer après des catastrophes naturelles, tsunami, tremblements de terres,.. ou l'irruption d'un volcan, est-ce un hasard ? J ne le pense pas.



Ovni aperçut au Chili après un tremblement de terre


Ovni volcan Popocatépetl Octobre 2012


Je suis assez d'accord aussi pour penser que le niveau spirituel dans lequel on se trouve actuellement est un frein aussi pour une réelle divulgation, mais encore une fois rien ne les empêchent d'entrer en contact de façon individuelle avec les plus avancé d'entre-nous pour de un préparer le terrain le jour où ils viendront, de deux pour nous aider personnellement à notre propre évolution. pour ce faire, il y a la clairaudience, clairvoyance, les rêves lucides ou les voyages astraux.

Je pense aussi qu'ils peuvent se déplacer en utilisant la technique qu'on appelle ici sur terre la Merkabah. Ou comme invoqué dans l'article avec l'aide de humanoïdes.




La grande partie des humains dominé par leur préoccupations bassement matériel sont déconnecté de leur spiritualité et de ce fait des autres entités, ce qui les coupent de la réalité et de la vérité et met en danger sa propre subsistance, il existe un karma globale dont sont contentieux nourris de basses énergie finira par imploser. Voilà encore l'une des raisons pour laquelle nos visiteur garde un œil sur nous, une planète qui disparait avec toute sa civilisation met en danger l'équilibre générale du cosmos. ...  

Texte et recherche par Akasha.
Revenir en haut Aller en bas
Archi

avatar

Masculin Capricorne Chèvre
Messages : 309
Date d'inscription : 27/03/2017
Age : 38

MessageSujet: Re: Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres   Mer 19 Juil 2017 - 7:23

akasha a écrit:

Selon moi cela fait bien longtemps que nous sommes visité et des accords secrets existent déjà.

Je te conseille si tu n'as pas déjà lu alors le livre de William Milton Cooper : https://fr.scribd.com/doc/555912/Le-Gouvernement-Secret-William-Milton-Cooper

akasha a écrit:

N'oublions pas qu'il y a eut une recrudescence d'observation de Ovnis après les premiers essais de bombes nucléaire et leur utilisations. On peut aussi souvent les observer après des catastrophes naturelles, tsunami, tremblements de terres,.. ou l'irruption d'un volcan, est-ce un hasard ? J ne le pense pas.

Il y a peut-être une autre explication pour ça.

akasha a écrit:

Voilà encore l'une des raisons pour laquelle nos visiteur garde un œil sur nous, une planète qui disparait avec toute sa civilisation met en danger l'équilibre générale du cosmos. ...  

Je parierais pas là-dessus.
Est-ce que la mort d'une seule cellule met en péril ton corps entier?
Est-ce que la mort d'une fourmi condamne toute la fourmilière?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réflexions sur la singularité et les extra-terrestres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les extra terrestres
» relation "extra" conjugale
» Feuilletés apero très rapide et très simple mais extra!!
» 2ne1 (K-pop) Juste parce qu'elles sont extra!
» Collection avril 2012 - Extra Dimension ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Vie extraterrestre :: Ufologie :: Ovnis : vagues & apparitions ( 1er type )-