Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bientôt les Internets censurer par Google ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Sam 25 Nov 2017 - 4:57

Bonjour les amis I love you
Bientôt les internets censurer par Google ? C'est ce qui se prépare tout doucement, déjà la Russie subit une censure de ses organes de presses et ce sont les site alternatifs qui risque de subir le même sort, la liberté qui était l'esprit même des internets risque de disparaître ce sera la fin d'une époque, d'un esprit, d'une façon de vivre, pour plonger encore un peu plus dans un monde sclérosé, surveillé et répressif. Le libéralisme, le capitalisme, l'ultralibéralisme, c'est la droite dure. C'est le monde des nantis qui prime sur le bon peuple qui de moins en moins aura droit de citer, il devra obéir pour pouvoir garder de simple petits "privilèges".
Akasha.


Le PDG de Google Eric Schmidt assume la censure à venir !

Citation :
Sans commentaire...



C’était à peine en mars 2017 – on voit ce qu’il est advenu à peine 8 mois plus tard...

Google veut réduire la visibilité de la propagande russe, la Russie menace de représailles

Citation :
À ce stade, je n’ai même plus le courage de commenter trop longuement.

Voilà ne tous cas ce que je présentais de notre avenir : la censure molle.

Les “Décodintox” notent les mauvaises sources, et Google va, non pas faire disparaître – censure trop voyante – mais les faire apparaître ne pages 3, 4 ou 5 des résultats Google, que personne ne lit jamais. Ce qui revient donc au même, avec l’avantage que la victime ne peut se plaindre (Google fait ce qu’il veut dans son algorithme -secret- et n’a aucune justification à donner)

Il y aurait bien sûr beaucoup à en dire, tant c’est stupéfiant en termes de Droit à l’information.

Mais ce n’est pas ça que je trouve le plus extraordinaire.

C’est, exactement comme les délires de la NSA, le naufrage à venir par arrogance de la puissance actuelle. Les États-Unis ont Google, Facebook, Twitter, énorme avantage planétaire. Eh bien il leur faut 10 ans pour commencer à tripatouiller les résultats et expositions des informations,.

ET DONC, ils vont inciter d’urgence Russie, Chine, Inde et compagnie à ne surtout plus utiliser leurs services et produits traficotés à leur détriment…

Des génies…

Source : Le Nouvel Obs, Thierry Noisette, 22-11-2017



Le PDG d’Alphabet, la maison mère de Google, veut faire reculer dans les classements du moteur de recherche les médias russes RT et Sputnik.

Les relations sont tendues ces derniers jours entre Google et la Russie, où le traitement accordé aux médias Russia Today (RT) et Sputnik est en cause.

Samedi 18 novembre, Eric Schmidt, le président d’Alphabet (maison mère de Google), participait, au Canada, au Halifax International Security Forum. Il y a indiqué que Google travaille à réduire l’impact des contenus trompeurs, et du matériel “transformé en arme” à des fins néfastes.
“Nous travaillons à détecter ce genre de scénario”

Schmidt a été interrogé sur la place favorable donnée aux sites russes sur les plateformes de Google, où Russia Today et Sputnik font partie des sites accessibles depuis Google Actualités, et sur leur monétisation par le programme d’annonces publicitaires de Google Adsense.

Le PDG d’Alphabet a répondu : “Nous travaillons à détecter ce genre de scénario, à déclasser [en les faisant reculer dans le classement des réponses] ce genre de sites. Il s’agit à la base de RT et de Sputnik” (le passage en question se trouve à partir de 1h38 dans cette vidéo).



Eric Schmidt a ajouté que son entreprise ne veut cependant pas bannir ces médias.

Ce n’est pas la première fois que ces deux sites proches du Kremlin sont mis en cause pour leur participation à des opérations de propagande ou de désinformation.

Fin octobre, Twitter a exclu les deux journaux de l’achat de publicités : ils ne peuvent plus passer d’annonces sponsorisées pour leurs contenus, mais restent accessibles via leurs comptes Twitter. Le réseau à l’oiseau avait cité le besoin “d’aider à protéger l’intégrité de l’expérience des utilisateurs”.

Une porte-parole de Google a indiqué à Reuters que les propos de Schmidt se réfèrent aux modifications du moteur de recherche annoncées en avril, qui incluaient la volonté de mettre en avant des pages faisant autorité et de mettre de côté les contenus de faible qualité.

“Nous défendrons nos médias”

[….] Lire la suite sur : Le Nouvel Obs, Thierry Noisette

Facebook crée un nouvel outil anti-propagande russe

Citation :
Bien sûr personne ne rappelle le manque total d’éthique démocratique de tous les médias, biaisés en faveur de Clinton…

Source : Les Echos, AFP, AFP, 23-11-2017

Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont suivi des contenus pilotés par la propagande russe.

Facebook a annoncé, mercredi, l’apparition d’une nouvelle fonction, qui sera lancée d’ici la fin de l’année. Le concept : savoir si, entre janvier 2015 et août 2016, l’on a « aimé » ou « suivi » sur le réseau social des pages ou des comptes pilotés par l’Internet Research Agency.

Cette société, liée au renseignement russe, est accusée d’avoir publié des milliers de messages pour influencer la campagne qui a mené à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

« Nous ne cessons de vouloir protéger notre plateforme et les gens qui l’utilisent des personnes mal intentionnées essayant de détruire notre démocratie », a justifié l’entreprise californienne.

150 millions d’utilisateurs concernés

Pour Facebook, « il est important que les gens comprennent comment des intervenants étrangers ont tenté de semer la division et la méfiance en utilisant Facebook avant et après l’élection américaine de 2016 », explique la firme sur son blog.


Facebook a présenté comment se configurait le nouvel outil. – Capture d’écran/Facebook

De quoi redorer un peu son blason, alors que Facebook et d’autres géants d’internet ont été récemment pointés du doigt par le Congrès américain pour avoir permis la diffusion de contenus mis en ligne par des intérêts russes. Et aussi, d’avoir tardé à réagir face à cette campagne d’influence.

Au total, environ 150 millions d’utilisateurs de Facebook et d’Instagram ont vu des contenus créés par des opérateurs russes pour influencer la présidentielle, avait affirmé le directeur juridique de Facebook, Colin Stretch, lors d’une audition parlementaire consacrée au rôle des réseaux sociaux dans la campagne.

Google, Facebook et d’autres groupes technologiques ont rejoint plusieurs médias en début de mois au sein de l’initiative « Trust Project », destinée à identifier les sources d’information fiables, dernier projet en date pour combattre le phénomène des « fake news ».

Source AFP
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 2:41

Lutte contre la désinformation : les algorithmes de Google sont désormais épaulés par des humains



Google a mis à jour son guide d'utilisation destiné aux « quality raters », une armada de plus de 10 000 personnes chargées de vérifier la pertinence des résultats du moteur de recherche. Elles peuvent désormais signaler des contenus « offensants », tels que le négationnisme et la désinformation, pour améliorer la pertinence de ses algorithmes.

Face aux critiques récurrentes et aux ratés remarqués de son moteur de recherche, Google a décidé d’en améliorer l’intelligence artificielle pour afficher des résultats plus factuels afin de lutter contre les articles de désinformation. Paul Haahr, l’un des ingénieurs de l’entreprise en charge de cette mission, tient à une différence lexicale : « Nous évitons volontairement le terme de ‘fake news’ parce qu’il est trop imprécis. Nous ciblons en revanche les informations manifestement fausses. »

Pour ce faire, le géant américain a mis à jour le guide d’utilisation destiné à son armada de plus de 10 000 « quality raters », des internautes du monde entier recrutés par l’entreprise — mais pas salariés — pour vérifier la pertinence des résultats affichés par le moteur de recherche.

Désormais, ces évaluateurs qui passent des heures à contrôler la qualité et la pertinence des résultats de recherche, peuvent signaler un résultat comme étant « offensant », afin de mieux « nourrir » l’intelligence artificielle du moteur de recherche pour la rendre plus performante.

Dans son guide, Google précise que ces résultats peuvent inclure du contenu qui « incite à la haine ou à la violence » en fonction de critères basés sur l’« ethnicité, la religion, le sexe, la nationalité ou la citoyenneté, le handicap, l’âge, l’orientation sexuelle […] » Mais Google inclut également dans sa liste noire des insultes racistes, du contenu violent ou encore des pages liées à des activités dangereuses, comme les tutoriels sur les moyens de fabriquer une bombe artisanale.



L’exemple de l’Holocauste

L’entreprise américaine prend en guise d’illustration un article du site néo-nazi Stormfront sur l’Holocauste, identifié comme un contenu offensant car il établit « un lien direct entre la négation de l’Holocauste et l’antisémitisme ». En revanche, un article sur le même sujet mais en provenance de History Channel, une source plus fiable selon Google, est considéré à sa juste valeur : comme une page factuelle et historique.

Google poursuit ainsi ses initiatives pour fournir aux utilisateurs des résultats plus fiables, après avoir fait polémique, en décembre 2016, en décidant de supprimer un article néo-nazi négationniste — déjà signé de Stormfront — qui trônait parmi les premiers résultats à la question « est-ce que l’Holocauste s’est produit ? » L’entreprise reste critiquée pour les ratés régulièrement remarqués de son moteur de recherche, comme la mise en avant de théories de suprémacistes blancs ou de ses publicités parfois frauduleuses.

Évidemment, si un internaute recherche volontairement ce genre de termes avec des mots-clé précis, il trouvera ce qu’il souhaite, notamment en tapant le nom du site qu’il a en tête. Paul Haahr souligne que cette évolution reste soumise à des évolutions et changements : « Nous verrons comment ça va se passer. Nous apprenons sur le fil. »

Source : Numerama
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:20

La fin de l’Internet ouvert et le retour à l’âge des ténèbres (Counterpunch)

Jonathan COOK



Peut-on encore douter que l’accès à un internet relativement libre et ouvert s’achève rapidement en Occident ? En Chine et dans d’autres régimes autocratiques, les dirigeants ont tout simplement détourné l’Internet à leur guise, censurant les contenus qui menacent leur pouvoir. Mais dans l’Occident "démocratique", les chose se passent différemment. L’État n’a pas besoin d’intervenir directement - il sous-traite son sale boulot aux entreprises privées.

Dès le mois prochain, le net pourrait devenir le jouet exclusif des plus grandes sociétés, décidées à tirer le plus de profit possible de la bande passante. Pendant ce temps, les outils pour nous aider à développer une pensée critique, la dissidence et la mobilisation sociale disparaîtront au fur et à mesure que « neutralité du net » deviendra un souvenir, une étape transitoire dans la « maturation » du réseau.

En décembre, la Federal Communications Commission (FCC) américaine prévoit d’abroger les règlements déjà compromis qui sont en place pour maintenir un semblant de « neutralité du Web ». Son président, Ajit Pai, et les entreprises qui sont des fournisseurs de services Internet veulent faire disparaître ces règles, à l’instar du secteur bancaire qui s’était débarrassé de la réglementation financière pour pouvoir transformer nos économies en de gigantesques bulles spéculatives.

Cela pourrait constituer le coup de grâce à la gauche et à sa capacité de faire entendre sa voix sur la place publique.

Ce sont des dirigeants politiques - aidés par les grands médias commerciaux - qui ont ouvert la voie en fomentant de manière intéressée une panique autour des "fausses nouvelles" (fake news). Les fausses nouvelles, disaient-elles, se trouvent sur Internet et non dans les pages des médias commerciaux - les mêmes médias qui nous ont vendu le mythe des Armes de destruction massive en Irak, et qui ont aussi efficacement préservé un système de parti unique à deux visages [Parti Démocrate/Républicain - NdT]. Apparemment, le public ne doit être protégé que contre les blogueurs et les sites internet.

Les géants des médias sociaux ont vite répondu. Il devient de plus en plus clair que Facebook s’immisce dans la diffusion d’informations des militants progressistes. Il ferme déjà des comptes et limite leur portée. Cette tendance ne fera que s’accélérer.

Google a modifié ses algorithmes de manière à ce que le classement des sites d’importance à gauche s’effondre. Il devient de plus en plus difficile de trouver d’autres sources d’information parce qu’elles sont activement cachées.

Google a accéléré ce processus cette semaine en "declassifiant" RT et Spoutnik, deux sites d’information russes qui offrent un contrepoids important – y compris avec leur parti-pris pro-russe - à la propagande anti-russe lancée par les médias occidentaux. Autant dire que ces deux sites seront censurés sur Internet pour la grande majorité des utilisateurs.

RT est loin d’être une source d’informations parfaite - aucun média public ou privé ne l’est - mais c’est une voix vitale pour avoir des informations en ligne. Il est devenu un refuge pour beaucoup de gens qui cherchent des alternatives, souvent beaucoup plus honnêtes, pour critiquer à la fois la politique intérieure occidentale et l’ingérence occidentale dans les contrées lointaines. Bien sûr, il a son propre programme politique, mais contrairement à l’idée que se font de nombreux progressistes occidentaux, sur une vaste éventail de sujets, il donne une image beaucoup plus exacte du monde que les médias occidentaux.

Et il y a une raison à cela. Les médias commerciaux occidentaux sont là pour confirmer les préjugés qui ont été inculqués à leurs publics tout au long de leurs vies - le principal étant que les États occidentaux agissent à juste titre comme des policiers bien intentionnés, quoique parfois maladroits, qui essaient de maintenir l’ordre dans d’autres États malveillants ou indisciplinés à travers le monde.

Les médias et la classe politique peuvent facilement puiser dans ces préjugés pour nous persuader de toutes sortes de contrevérités qui font avancer les intérêts occidentaux. Pour ne prendre qu’un seul exemple - l’Irak. On nous a dit que Saddam Hussein avait des liens avec Al-Qaïda (il n’en avait pas et ne pouvait pas en avoir), que l’Irak était doté d’armes de destruction massive (il ne l’était pas, comme les inspecteurs en désarmement de l’ONU ont essayé de nous le dire), et que les États-Unis et le Royaume-Uni voulaient promouvoir la démocratie en Irak (mais pas avant d’avoir volé son pétrole). Il y a peut-être eu de l’opposition en Occident à l’invasion de l’Irak, mais peu étaient motivés par l’idée que ces éléments du récit officiel pouvaient facilement être dénoncés comme autant de mensonges.

RT et d’autres sources d’information non occidentales en anglais fournissent un point de vue différent sur les événements importants, des angles d’analyse non obscurcies par un programme patricien occidental.

Ces sites et les sites progressistes sont progressivement réduits au silence et mis sur liste noire, nous ramenant dans les bras des propagandistes commerciaux. Peu de progressistes ont élevé la voix au nom de RT, oubliant les avertissements de l’histoire, comme le poème anti-nazie de Martin Niemoller « D’abord ils sont venus chercher les socialistes ».

Les règles actuelles de la « neutralité du réseau » jouent déjà en défaveur des progressistes et dissidents, comme le montrent clairement les développements que j’ai décrits plus haut. Mais sans ces règles, les choses vont empirer. Si les changements sont approuvés le mois prochain, les fournisseurs d’accès Internet (FAI), les sociétés qui nous connectent à Internet, seront également en mesure de décider ce que nous pouvons voir ou pas.

Une grande partie du débat a porté sur l’impact de la suppression des règles sur les entreprises commerciales en ligne. C’est pourquoi Amazon et les sites pornographiques comme Pornhub ont été à la tête de l’opposition. Mais cela éclipse la menace la plus importante qui pèse sur les sites progressistes et les principes de la liberté d’expression déjà très vacillantes.

Les FAI seront beaucoup plus libres de déterminer le contenu que nous pourrons voir en ligne. Ils pourront ralentir les vitesses d’accès aux sites "non rentables", ce qui est le cas par définition pour les sites militants. Mais ils pourront aussi imposer une censure à la chinoise, soit de leur propre initiative, soit sous la pression politique. Le fait que cela puisse être justifié par des motifs commerciaux, et non politiques, ne changera pas grand-chose.

Ceux qui cherchent à trouver de vraies informations pourront trouver des solutions de rechange. Mais c’est une maigre consolation. La grande majorité des gens utiliseront les services offerts et ignoreront le reste.

S’il faut trop de temps pour accéder à un site Web, ils cliqueront ailleurs. Si une recherche Google ne leur montre que les résultats approuvés par les entreprises commerciales, ils liront ce qui est proposé. Si leur fil Facebook refuse de leur fournir du contenu « non rentable » ou « faux », ils n’en seront pas plus contrariés. Contrairement à tous ceux qui se demandent ce que l’avenir nous réserve.

Jonathan Cook

Traduction "ce qui devait arriver arrive ?" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source »»
https://www.counterpunch.org/2017/11/24/from-an-open-internet-back-to-...

URL de cet article 32608
https://www.legrandsoir.info/la-fin-de-l-internet-ouvert-et-le-retour-a-l-age-des-tenebres-counterpunch.html
 
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 3730
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 47

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:33

Citation :
Bientôt les Internets censurer par Google ?

[humour] eh beh merde alors , ^^ils^^ va censurer TOUTES les internets ?

et moi qui croyais qu'il y avait que l'internet ,,,, [/humour]
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:39

OSIRIS a écrit:
Citation :
Bientôt les Internets censurer par Google ?  

[humour]  eh beh merde alors , ^^ils^^ va censurer TOUTES les internets ?  

et moi qui croyais qu'il y avait que l'internet ,,,,   [/humour]

lol!

Ben c'est parce que je veux me mettre à la page que j'ai plutôt utiliser le terme "les internets" que l'internet, enfin à la page, ça remonte tout de même à 2014 déjà Very Happy

- Frédéric Martel : "Ne dites plus Internet, mais les internets !"
#Tech24, l'émission high-tech de France 24 dont Le Point.fr est partenaire, a rencontré l'auteur de "Smart". Un tour du monde rafraîchissant qui balaie beaucoup d'idée reçues.

Et c'est plutôt une bonne nouvelle, car si j'ai bien compris l'article (et je pense que oui^^), on ne peux plus parler d'un internet globalisé et facilement contrôlable, ce qui dans un sens met leur plans de contrôle à mal.
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Mer 10 Jan 2018 - 19:42

Google renforce la mise sur liste noire des sites Web et des journalistes de gauche, par Andre Damon

Source : World Socialist Web Site, Andre Damon, 21-10-2017



Dans une expansion généralisée de ses mesures visant à censurer Internet, Google a supprimé les principaux sites Web et journalistes de gauche de sa plate-forme d’agrégation d’articles d’informations, Google News.

Au moment de la publication de cet article, une recherche pour « World Socialist Web Site » sur news.google.com ne renvoyait pas un seul article publié sur le WSWS. Une recherche du titre exact de l’un des articles publiés pendant cette période ne donne par ailleurs aucun résultat.

Au cours des sept derniers jours, news.google.com n’a redirigé que 53 personnes vers le World Socialist Web Site, ce qui représente une baisse de 92 pour cent pour la moyenne hebdomadaire par rapport aux plus de 650 au cours de la dernière année.



Une recherche par Google News pour un article de l’édition du WSWS du jeudi ne renvoie aucun résultat

Le journaliste et auteur Chris Hedges, titulaire du prix Pulitzer, a informé le WSWS mercredi que ses articles avaient cessé d’apparaître sur Google News. Hedges a déclaré que le changement est survenu après la publication de son entretien [en anglais] avec le World Socialist Web Site dans lequel il a dénoncé la censure par Google des sites de gauche.

« Quelque temps après avoir accordé cet entretien, ils m’ont mis sur liste noire », a déclaré Hedges. « Si vous allez dans Google News et tapez mon nom, il y a six articles, dont aucun n’a un rapport avec moi. »

Une recherche sur Chris Hedges par le biais de Google News ne renvoie aucun résultat pertinent

« J’écris constamment. Auparavant, Google News a listé mes articles pour Truthdig et mes contributions à Common Dreams et Alternet, ainsi que des références à mes livres », a déclaré Hedges. « Mais maintenant tout s’est volatilisé. Et je suis certain que c’est parce que je me suis prononcé contre la censure par Google. »

Google semble avoir conservé une version plus ancienne de son système d’agrégation de nouvelles disponible en ligne, accessible en se rendant sur google.com et en cliquant sur le lien news sous la barre de recherche. Cette version d’agrégation de nouvelles, qui semble être en voie de disparition, répertorie 254 000 résultats pour la recherche « World Socialist Web Site ».

De même, une recherche pour « Chris Hedges » renvoie 89 600 entrées.

Les changements apportés à Google News marquent une nouvelle étape dans une campagne systématique de censure et de mise sur liste noire qui a débuté au moins depuis avril, lorsque Ben Gomes, vice-président chargé de l’ingénierie, a déclaré que Google cherchait à promouvoir des médias « fiables » par rapport aux sources de nouvelles « alternatives ».

Depuis lors, treize principaux sites web de gauche ont vu un effondrement de 55 pour cent de leur fréquentation via le moteur de recherche de Google, de même pour le World Socialist Web Site qui a connu une chute de 74 pour cent de sa fréquentation depuis le moteur de recherche.

« Rien que du point de vue d’un journaliste, c’est terrifiant », a déclaré Hedges. « Ceux qui essaient toujours de faire du journalisme, ce sont eux qui en pâtissent ; en particulier les journalistes qui tentent de s’attaquer aux problèmes de pouvoir et de l’intégration entre les grandes entreprises et l’État. »

« Cela montre non seulement comment l’état est en faillite, mais aussi combien il est effrayé », a déclaré Hedges.

« Google développe des méthodes de plus en plus intensive de ciblage visant à bloquer toutes les voix critiques dissidentes », a déclaré David North, le président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site.

« C’est une attaque sans précédent contre la liberté d’expression. Dans l’histoire des États-Unis, la censure à cette échelle n’a jamais été imposée en dehors de la guerre », a-t-il ajouté, soulignant le blocage des publications trotskystes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Hedges a noté le précédent de la répression politique pendant la Première Guerre mondiale. « Au nom de la sécurité nationale, pendant toute la durée de la guerre, The Masses, un journal de gauche anti-guerre a été privé de publication. »

L’intensification de la répression par Google contre les sites de gauche a lieu dans le contexte d’une forte accélération de la campagne anti-russe menée par les démocrates du Congrès, ainsi que des sections du Parti républicain, des agences de renseignement américaines et les principaux médias.

Jeudi, les sénateurs du Parti démocrate Mark Warner et Amy Klobuchar ont présenté le premier texte législatif issu de la campagne entourant l’affirmation selon laquelle la Russie cherchait à « se mêler » de l’élection de 2016 en « semant des divisions » au sein de la société américaine, une théorie du complot non-étayée visant à créer une justification pour la censure d’Internet.

Un résumé du projet de loi obtenu par Axios voudrait que « les plateformes en ligne déploient des efforts raisonnables pour s’assurer que les personnes et entités étrangères n’achètent pas d’annonces politiques afin d’influencer l’électorat américain » et pour maintenir une base de données des publicités politiques prétendument achetées par des étrangers.

Dans ses remarques annonçant le projet de loi, Warner a précisé que son but était de l’utiliser comme point de départ pour des restrictions plus agressives sur la liberté d’expression sur Internet. « Ce que nous voulons essayer de faire est de commencer par une touche légère », a déclaré Warner.

Commentant le caractère pas à pas du régime de censure créé aux États-Unis, M. Hedges a déclaré : « Si vous regardez un système totalitaire, leur attaque contre la presse se fait pas à pas. Ainsi, même dans l’Allemagne nazie, quand Hitler prenait le pouvoir, il interdisait les publications des sociaux-démocrates pendant une semaine et les laissait par la suite de réapparaître. Il ne fermait pas l’ensemble d’un seul coup. »

« Google est impliqué dans une conspiration ouvertement politique, en coordination avec le gouvernement », a déclaré North. « Un logiciel secret de censure a été créé et dirigé contre les opposants à la politique étrangère américaine. C’est une attaque illégale contre les droits protégés par la Constitution. »

Hedges a ajouté : « Je peux vous dire, après avoir vécu sous, et avoir écrit sur, des régimes despotiques, je pense que nous devons tirer toutes les sonnettes d’alarmes pendant que nous en avons encore l’occasion, parce qu’ils ne vont pas s’arrêter. »

(Article paru en anglais le 20 octobre 2017)

Source : World Socialist Web Site, Andre Damon, 21-10-2017

Censure et chaussettes roses

Source : Le Monde diplomatique, Pierre Rimbert, 01-01-2018


L’un, Google, prétend « organiser l’information du monde et la rendre universellement accessible et utile ». L’autre, Facebook, veut « rapprocher le monde » en connectant les gens. Chaque jour, plus d’un milliard de personnes utilisent ces services comme s’ils échappaient aux pesanteurs politiques avec autant d’agilité que leurs maisons mères esquivent leurs obligations fiscales. Générés par de froids algorithmes, les résultats d’une requête ou la sélection du fil d’actualité nous paraissent aller de soi : déformés par la publicité, certes, mais imperméables à l’idéologie. On n’accuserait pas un tuyau de gauchisme ou d’atlantisme. On devrait.

Le 18 novembre dernier, lors d’un forum international sur la sécurité, M. Eric Schmidt, alors président exécutif d’Alphabet, la société qui contrôle Google, répond à un utilisateur allemand indigné de recevoir sur son smartphone trop d’alertes Google en provenance de l’agence publique russe Sputnik : « Nous travaillons sur la détection et le déréférencement de ce genre de sites, je pense à RT et à Sputnik. Nous sommes bien conscients de ce qu’ils font — on en a beaucoup parlé — et nous essayons d’élaborer un système pour empêcher cela . » Avec sa cravate fuchsia et ses chaussettes assorties, M. Schmidt vient tranquillement d’annoncer que le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde truquerait désormais ses résultats au détriment de certains médias suspects de véhiculer des fake news (« fausses nouvelles »). Pas n’importe lesquels : les seuls ouvertement visés figurent dans le collimateur du ministère de la défense américain, dont M. Schmidt est par ailleurs conseiller. Sous pression depuis l’élection présidentielle de 2016, Facebook et Twitter pourchassent les publicités achetées par des comptes associés au Kremlin, tandis que Google s’emploie à renvoyer dans les profondeurs du classement les résultats trop proches des vues de Moscou.

Mais comment séparer automatiquement le bon grain de l’ivraie ? « Dans un communiqué publié le 25 avril, M. Ben Gomes, vice-président de l’ingénierie de Google, a déclaré que la nouvelle version du moteur de recherche rétrograderait les sites “offensants”, et ferait remonter plus de “contenus faisant autorité” », écrivent Andre Damon et David North, du World Socialist Web Site (wsws.org, 2 août 2017). Aidé d’une société d’analyse de référencement, ce site trotskiste a mesuré les effets du nouvel algorithme qui, par défaut, présuppose les médias dominants fiables et la presse alternative louche. « On observe une perte importante de lectorat des sites socialistes, antiguerre et progressistes au cours des trois derniers mois, avec une diminution cumulée de 45 % du trafic en provenance de Google. » Entre mai et juillet 2017, les visites de wsws.org issues de Google ont chuté de 67 %, celles du réseau Alternet.org de 63 %. La plate-forme audiovisuelle Democracynow.org enregistre un plongeon de 36 % ; Counterpunch.org, de 21 % ; et Theintercept.com, de 19 %. « Dans la bataille contre les “fake news”, alerte l’association américaine Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR) (1), une grande partie des reportages les plus indépendants et les plus précis sont en train de disparaître des résultats des recherches effectuées dans Google . » Tuer le pluralisme au nom de l’information ?

Pierre Rimbert

(1) Robin Andersen, « Backlash against Russian “fake news” is shutting down debate for real », Fair.org, 29 novembre 2017, dont le présent article reprend plusieurs éléments.

Source : Le Monde diplomatique, Pierre Rimbert, 01-01-2018

P.S. Google a par la suite démentii les propos de son PDG (sic.)
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4779
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 45
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Mer 17 Jan 2018 - 19:57

Bonsoir,
Depuis quelques années comme vous l'aurez très certainement aussi constater, le pouvoir "la globalisation mondiale", a décider de reprendre les choses en main et de créer de nouvelles lois et mesures liberticides. ce n'est pas tant que ce soit réellement nouveau, mais on peut vraiment constater qu'ils sont passer à un stade supérieur sans doute de peur de se faire rattraper par les nouvelles technologie bien plus accessible aux quidams et qui permet des actions bien plus efficace, un exemple simple, les Anonymous, même si certains pensent qu'ils seraient une sorte d’épouvantail aux services des globalistes. Il n'empêche que ce genre d'actions est à la portée de tous, sans compter que de simples sites, blogs ou forum fini par représenter une menace sérieuse  contre l'establishment. D'où toutes ses nouvelles mesures assurée par les gouvernements du monde entier qui semblent agir en synergie. Le pire c'est que peu semble réagir, les médias n'en parlons pas ce sont devenus les chiens de gardes du pouvoir, mais aucunes personnalités semblent oser se mouiller et ne donnent aucune voies. Il me semble que nous allons devoir se résigner à assister à la fin d'une époque (silence).
Orné



La censure et le silence des agneaux de la bergerie atlantiste….



Avec la nouvelle initiative de Macron, qui est venue renforcer la censure sur Internet, nous sommes tenus désormais de savoir que quiconque voudrait protester, devra se taire ou aller en prison après sanctions financières importantes à l’appui!

Nous sommes donc priés de subir la censure d’Internet, que cela nous plaise ou nous déplaise! Ajoutons que la censure a été décrétée pour « le bien de l’homme » infantilisé!

Pourtant, ne serait-ce pas plutôt la pratique du mensonge, de la désinformation, de la manipulation de l’opinion publique, par les médias au service du Pouvoir et du CAC 40, qui est à l’origine de la crise économique de la presse et des médias « officiels » dans leur ensemble?

Les journalistes ont été placés sous la houlette du gourou ultra libéral de la bien-pensance. La liberté d’opinions a donc disparu par le fait même et quasi l’ensemble des médias est passé dans les mains du CAC40. L’argent domine tout et contrôle tout, il veille en permanence sur son business et se moque éperdument de la réalité, de la factualité comme de l’historicité réelle, comme du droit des peuples à être effectivement informés afin qu’ils puissent faire leurs choix de vie en connaissance de causes… Nous avons perdu notre liberté d’expression, liberté de penser et liberté de la pensée!


En France, la loi de 1881 et les suivantes qui ont le même objet, permettaient déjà de traquer la diffamation et le mensonge! La loi prévoyait déjà la poursuite pour « propagation de fausses nouvelles »! De plus, il est bon de se rappeler que cette loi avait été votée pour limiter la liberté de la presse, dans le pays des « droits de l’Homme »… Cette loi avait été crapuleusement conçue pour criminaliser les propos de la Commune de Paris ! Qu’est-ce que Macron veut crapuleusement imposer de plus ? Que reste-t-il de plus à faire, à part de continuer à brandir niaisement son « petit livre rouge du mensonge déguisé en vérité » ?!

En réalité, nous découvrons dans l’initiative crapuleuse de Macron, que « la fausse nouvelle », ne s’avère être grave que si elle concerne de près ou de loin un homme politique ultra libéral, bien entendu, et plus encore si cet homme politique ultra libéral et néo conservateur est le président de la République française, même si celui-ci, comme c’est le cas de Macron, a été élu par une minorité de Français! (Cf., les chiffres des élections, abstentions et les perversions du système électoral français, in article de JYJézéquel :

http://www.mondialisation.ca/le-resultat-final-des-fausses-elections-presidentielles-francaises/5589120)

Non seulement la censure est devenue crapuleuse, mais elle indique le niveau de mépris que cet homme peut avoir pour les Français. Les Français s’en rendent-ils compte, ou sont-ils déjà anesthésiés par la propagande au point d’être disposés à être lobotomisés sans résistance pour l’avènement triomphale de la pensée unique?

Attaquer la liberté sur Internet veut dire l’obligation faite à tous de rejoindre le flux ultra libéral et néo conservateur de la secte atlantiste. La secte ultra libérale et néo conservatrice ne peut pas laisser le Web vivre sa vie, car elle ne peut tolérer qu’un tel instrument de liberté puisse mettre sa gouvernance exclusive en danger du fait de n’être pas enchaîné, contrôlé, maitrisé, censuré, limité, inquisitorialisé…

La liberté est une menace mortelle pour le libéralisme qui est un fascisme; elle est une menace mortelle pour la doctrine sectaire de ce système; elle est une menace mortelle pour l’asservissement des peuples à la finance mondialisée, néocoloniale! Les médias pervers au service de cette perversion ont enterré la liberté d’expression. Internet est venu les détrôner et les jeter au bas de leurs « chaires de vérité » devenues les chaires du mensonge permanent ! Puis, les sans scrupules dominants ont déclaré que les sites d’information devaient être « associés obligatoirement à de grands médias », « officiels », ceux qui ne disent que la vérité par essence, par nature, par droit divin, par « révélation », par statut doctrinal, au nom d’une Constitution du sectarisme! Les croisades de limitation de la liberté sur le Net ont éclatées, prêchées par des illuminés fanatiques, prônant les « decodex » et autres sornettes de ce genre, prenant les gens pour de parfaits idiots et allant jusqu’à la menace de l’enfer éternel pour tous les insoumis. Les menaces n’ayant eu aucun effet jusqu’à présent, car il n’y avait plus grand monde pour croire en la possibilité d’un « enfer éternel », les gros industriels du Web ont alors imaginé, dans leurs ateliers de la perversion, comment ils pourraient parvenir à limiter l’accès aux réseaux performants, pour tout individu ou groupe d’individus qui ne serait pas membre de la secte, c’est à dire, partenaire « convenable » et – comble de plaisanterie de mauvais goût – capable de payer grassement sa privation de liberté, comme si cela devenait un privilège!

Macron fait donc partie de ces sans scrupules qui nous privent de notre liberté en nous disant qu’ils nous font un cadeau, pour notre bien… Le débat et l’information digne de ce nom ont disparu de France. Macron pense, comme tout bon sectaire, que la personne humaine adulte et responsable doit être impérativement infantilisée; qu’elle ne peut pas faire elle-même le tri sélectif devant la poubelle, verte, jaune, bleu ou rouge. Il pense que c’est lui qui est habilité à faire le tri pour nous les citoyens « lambda » et donc à décider pour nous ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, ce qui est bien et ce qui est mauvais! C’est donc une nouvelle religion, une doctrine sectaire, un mépris spectaculaire pour le peuple, la « colonie pénitentiaire de Kafka », un monde « orwellien » radicalisé et un délire de toute puissance pour quelqu’un qui s’est fait dieu à la place de dieu!

Depuis déjà longtemps, les médias courants étaient devenus des clones de la « bien pensance », puisque ces médias étaient en grande partie financés par les subventions de l’État. La logique de la pensée unique allait fatalement s’imposer à tous ces médias et Macron pouvait récolter le gros lot dans ses filets de campagne électorale et régner en maître absolu sur le monde de « l’information » devenu le monde de la désinformation et de la manipulation.

La CIA ayant inventé le concept de « complotisme », pour protéger avantageusement ses crimes incessants, les « grands médias », aux ordres des esclavagistes ultra libéraux et néo conservateurs fascistes, dont la CIA est la Gestapo attitrée, allaient se mettre en bandes organisées (par exemple, Le Monde/Libération), pour désigner les « complotistes », les « non alignés », les « subversifs du système », les « insoumis », les « mal pensants », en un mot, tous ceux qui ne détenaient pas les « bonnes informations ». Tout interlocuteur trop bien informé pouvait être ainsi facilement discrédité par cet instrument mafieux d’arnaque ou de guerre de la perversion nommée doctrine de la lutte contre le « complotisme »… Dans le même ordre d’idée, l’accusation parfaitement arbitraire « d’antisémitisme » allait faire aussi partie des moyens de la guerre de la désinformation perversion pour réduire au silence tout individu qui oserait proclamer des vérités dérangeantes, non conformes au formatage de « post-vérité » seul autorisé par la secte atlantiste.

Aux temps mémorables des grandes « chasses aux sorcières », il y avait aussi des imbéciles heureux qui se complaisaient à dénoncer comme « sorcières », les femmes trop jolies, trop belles, trop sulfureuses, trop intelligentes, trop efficaces, inaccessibles pour eux. C’était la façon la plus simple d’éprouver le plaisir malsain de les voir arrêtées, martyrisées, souffrir et mourir sur les bûchers de la jalousie et de la psycho pathologie religieuse. Aujourd’hui, les mêmes imbéciles heureux, provenant de la cuvée Macron et complices, agissent à partir de la même intentionnalité. Les « complices », sont tous ces abusés, naïfs, arrivistes, ou démunis de cervelle, incapables de raisonner ou au contraire carrément volontaires pour un cynisme assumé de la perversion! Il y a, parmi ces gens là, ceux qui constituent la bande des auxiliaires de la mafia dominante, qui faute de n’avoir rien d’autre à faire pour exister, se complaît dans la chasse aux « complotistes »…

Ainsi, des textes parfaitement documentés, des images authentiques, des réflexions de valeur, sont purement et simplement refusés à l’édition parce que jugés « inacceptables au politiquement correct », inacceptables à la « pensée unique » dominante de la secte atlantiste ! Des conférences, débats, confrontations, rassemblements, échanges, documentaires ont été supprimés en France par la censure implicite et explicite de la secte atlantiste veillant sur son pouvoir absolu de gardienne de la pensée unique et de dresseuse patentée des peuples à « l’amour de leur soumission » ou promotrice de « la fabrication du consentement »…

A partir de 2012, lorsque la guerre a éclaté en Syrie, il est devenu impossible en France de s’exprimer sur cette guerre. Dès que quelqu’un voulait communiquer avec le peuple sur la question, réunir un public dans une salle pour une information réelle, les menaces pleuvaient aussitôt de toute part sur les organisateurs « terrorisés » qui annulaient les colloques ou conférences pourtant nécessaires sur le sujet. Je le sais, puisque je l’ai vécu moi-même, à la suite de la publication de mon livre sur « Le djihad et le management de la terreur ». L’État français et ses bandes de mafieux assermentés ont organisé un authentique « terrorisme » médiatique chargé de tuer la vérité, toute velléité de savoir, et toute prétention à vouloir penser librement sur cette question majeure…

Pourquoi est-il impossible de s’exprimer en France sur la situation syrienne, sur la politique étrangère de Hollande et de Macron aujourd’hui? Qui se pose cette question honnêtement?

La réponse est pourtant simple. Parce que l’État français est un vassal des États-Unis; parce que l’État français, sans l’avis de personne, a formé, encadré, ravitaillé, financé et appuyé des terroristes « djihadistes » pour massacrer le peuple syrien dans le but de renverser Bachar El Assad et de s’emparer de ce pays pour l’aligner et le forcer à entrer dans la secte atlantiste. Parce que l’État français est un authentique criminel de guerre et génocidaire qui doit comparaître devant le TPI. Voilà pourquoi il est devenu impossible de faire passer la moindre information sur ce sujet en France.

Ce mensonge triomphant est révoltant pour la conscience éveillée des personnes qui se voient ouvertement méprisées par ce Pouvoir de pervers et de criminels leur imposant sa dictature de la pensée, uniquement parce qu’il tient à garder les coudées franches pour continuer à contrôler, en les dominant, des peuples transformés en moutons bêlant au rythme de la propagande…

Le journaliste de renom Jean-Loup Izambert a été censuré, pourquoi ? Qui sont les Éditeurs courageux qui ont malgré tout accepté de publier son formidable travail d’enquête? Que chacun s’interroge sur ces questions.

Lorsque Paul Moreira a voulu publier son documentaire, dont la qualité est exceptionnelle, sur ce qui se passe vraiment en Ukraine, (voir le documentaire : Ukraine, « Les masques de la Révolution », sur https://vimeo.com/jay4louise/Videos), les inquisiteurs du journalisme kapo ont hurlé avec les loups et déclaré Paul Moreira ne faisant plus partie des « gens sérieux », car devenu tout à coup un « complotiste »… etc. Il a été censuré. Qui sont les inconscients qui osent encore dire que cette société n’est pas dégénérée, pervertie, le mensonge incarné, tout ce qu’il y a de plus pervers et de plus détestable? La réponse me semble évidente : ou bien ce sont ceux qui sont comme elle, dégénérés, pervers, menteurs, et détestables, ou bien ce sont les idiots, les sans cervelle, les naïfs, les psychiquement fragiles, les moutons, les dressés, les dépersonnalisés…

C’est la même chose qui s’est passée pour ce fameux historien philosophe Éric Hobsbawm qui a été censuré pour son livre « L’âge des extrêmes » ! Heureusement pour nous que « Le Monde Diplomatique » et un éditeur Belge ont couru le risque de le publier !

Même histoire avec Guy Mettan qui a été médiatiquement assassiné par Christophe Deloire, un agent de la Gestapo journalistique, lorsque Mettan a voulu organiser à Genève, un débat sur le véritable rôle des « casques blancs » en Syrie. On ne touche pas à l’organisation criminelle des États membres de la secte atlantiste…

Natacha Polony s’est faite virer de partout, périodiques, télévisions, radios, car elle a été déclarée, non conforme au statut de respectabilité, n’ayant pas sa place autour de la table du journalisme officiel. Elle a osé se montrer en compagnie de « La France des insoumis » ! Elle est aujourd’hui la présidente du « Comité Orwell » et se bat contre la police de la pensée. Bien entendu il y a des larbins du système, comme Laurent Joffrin, qui se pensent bien inspirés pour casser celle qui a osé organiser une dissidence, en soulignant les tares de ce milieu devenu misérable… Mais, des Laurent Joffrin n’intéressent plus personne aujourd’hui, à part les moutons du troupeau qui bêlent en chœur leur inconscience et qui entrent dans « le silence des agneaux » au moment d’être menés docilement par les loups à l’abattoir… Le troupeau s’amenuise chaque jour un peu plus et bientôt les loups du journalisme kapo au service de la censure, n’auront plus rien à se mettre sous la dent…

Lorsque RT-TV France a voulu s’installer dans l’hexagone, l’État français et ses assassins de service ont tout fait pour mettre des bâtons dans les roues de la chaîne Russia Today. Mais aujourd’hui RT-TV France diffuse enfin, après un combat acharné contre la censure et les accusations mensongères d’un fanatisme révélateur de la pathologie au pouvoir.

Qui n’a pas entendu parler de la disparition du média « Afrique Asie »? La qualité et le niveau supérieur de ce média au service de l’information et non pas au service de la censure, ont été détruits par l’État terroriste français qui a, de manière tout à fait crapuleuse, commandité un contrôle fiscal contre ce journal militant. En pratiquant le racket, pourtant condamné par la loi, l’État étant au-dessus des lois, n’a de comptes à rendre à personne et peut tuer qui il veut, quand il veut, où il veut. Majed Nehme, le directeur héro de ce journal a été « journalistiquement » tué par l’État français, content de son coup! Voilà une gigantesque censure de plus : celui qui ne dit pas le mensonge que le Pouvoir veut entendre, est exécuté sans scrupule.

Qui ne connaît pas encore la brillante historienne Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII ? Elle est devenue « l’ennemi Numéro 1 » du mensonge institutionnalisé ! Étant donné qu’il est impossible de la mener en bateau, tant est redoutable sa force de frappe documentée, la solution a été trouvée la concernant : l’annulation pure et simple de tous les débats publics lorsqu’elle doit être présente, car la vérité est trop bien défendue par cette femme historienne qu’il est impossible de recaler! Combien de Français savent cela? Que disent tous les moutons bien dressés, lorsqu’ils découvrent la figure de cette historienne exceptionnelle, censurée à mort dans tous les medias de France et de Navarre?

Quant aux « lanceurs d’alerte », il est certain que, repérés et identifiés, leur vie devient tout « naturellement » précaire ! Ajoutons que cinq lanceurs d’alerte en pleine forme et encore jeunes, parfois même très jeunes, sont morts ces dernières années, de façon tout à fait mystérieuse : tous déclarés « suicidés », alors que rien ne pouvait venir conforter ces allégations. Ce fut le cas de James Dolan en 2013, 36 ans ; de Serena Shim en 2014 tuée dans un accident de voiture, étrange: la jeune journaliste avait des renseignements précis sur le soutien turc à Daech, 29 ans ; Michael Ruppert en 2014, 63 ans ; Udo Ulfkotte en 2017, 56 ans ; David Kelly en 2003, 59 ans…

La censure règne sévèrement sur tout l’Occident dit « libre et démocratique ». La société est noyée dans le mensonge permanent ; elle vit dans ce bain ; elle respire cet air malsain ; elle dévore cette alimentation toxique ; elle ne peut plus faire un discernement entre le vrai et le faux, car elle n’aura bientôt plus aucun moyen de comparer ce qu’on lui enfonce dans la tête à coup de propagande, avec d’autres versions de la réalité. Cette société est donc la bergerie atlantiste dans laquelle la censure et le mensonge au service des États transformés en traders de la haute finance, ont conduit les peuples à la dépossession de leurs libertés fondamentales et au « silence des agneaux » conduits à l’abattoir.

Jean-Yves Jézéquel pour Mondialisation
La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright ©️ Jean-Yves Jézéquel, Mondialisation.ca, 2018
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 3730
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 47

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 12:19

La censure il y a partout déjà sur les forums et blogs dite alternatif,  donc pourquoi se plaindre de Google ?

c'est comme les insultes autoriser et même proliférer par la modération de certains blogs et forums qui ensuite sanction celui qui retourne la même manque de respecte envers les coupable.

Si tu veut pas la censure tu auraient du créer une forum ailleurs que sur la "clear web" comme moi. personne censure sur mon forum , même si quelqu'un "debunk" une information que Je partage, ou démontre une erreur sur une article que Je partage. Je ne ban personne et ne supprime pas leurs commentaires parce que Je ne force pas MON opinion , c'est la définition même de "free speech". Je ne ban pas mes membres et ensuite copie colle leur réponses sur d'autre blogs pour tentez de montre que "Je sais toute".

Mes expériences sur la "clear web" , que Je partage sur mon forum (capture d’écran a l'appuie)  depuis une dizaine d’années, montre clairement les sites blogs et forums qui impose leur vérité en effacent les preuves de leurs erreurs pour avoir la dernière mot et imposer LEUR vérité. Quand une membre corrige MES erreurs Je le remercie, peut importe mon idéologie politique ou religieux.

Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 12:46

Osiris,

Une fois de plus tu profites du sujet pour dévier ce dernier pour te plaindre et te poser en victime. Ce que tu parles n'a rien avoir avec le sujet, ici on parle de gouvernement qui se substitues des organismes pour poser sa censure et diriger des lieux démocratiques. Et revenir au temps ou Goebbels avait crée un bureau de la vérité. Ce n'est pas le rôle de la politique de décider ce qui est vrai ou pas et de s’immiscer ainsi dans les médias pour acquiescer la véracité de l'info donnée.

Par-contre que ce soit un site alternatif ou mainstream il y a une modération cela n'a rien avoir avec de la censure.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 3730
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 47

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 13:23

akasha

Ce n'est pas le rôle de la modération d'une forum ou blog de décider ce qui est vrai ou pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 13:26

OSIRIS a écrit:
akasha

Ce n'est pas le rôle de la modération d'une forum ou blog de décider ce qui est vrai ou pas non plus.

Je n'ai pas prétendu le contraire non plus. Ce sont les comportements déplacés qui sont modéré, pas les arguments.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 3730
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 47

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 14:49

@akasha
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 5050
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 33

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Lun 22 Jan 2018 - 15:11

Osiris ;
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Bientôt les Internets censurer par Google ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Du nouveau sur Google Earth !!!
» MODE D'EMPLOI SIMPLIFIE DE GOOGLE (2e partie)
» Affichage des lieux sur Google Earth
» Andréanne A. "Je veux présenter un premier disque au public bientôt"
» creation d'un Groupe Google

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Censure-