Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entretien d’Élisabeth Kübler-Ross avec Pierre Jovanovic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rik



Masculin Capricorne Coq
Messages : 93
Date d'inscription : 30/11/2018
Age : 49

MessageSujet: Entretien d’Élisabeth Kübler-Ross avec Pierre Jovanovic   Jeu 27 Déc 2018 - 10:25

Entretien d’Élisabeth Kübler-Ross avec Pierre Jovanovic

Dans le bulletin précédent, nous vous avons parlé d’Élisabeth Kübler-Ross qui, après avoir accompagné plus de vingt mille mourants et avoir fait de nombreuses recherches, avait acquis des convictions spirituelles très proches du spiritisme. Aussi, en complément de l’article précédent, nous vous faisons découvrir aujourd’hui, un extrait tiré de l’excellent ouvrage de Pierre Jovanovic, Enquête sur l’existence des anges gardiens. Vous constaterez ainsi, directement par vous-même, toutes les nombreuses similitudes que l’on peut retrouver entre sa vision de la mort et de ses suites, avec celle des spirites.

- Pourquoi vous intéressez-vous tant aux anges ? Me demanda-t-elle.
- Je ne sais pas trop, mais c’est devenu une passion.
- Ne cherchez pas à prouver. Votre tâche ne consiste pas à prouver. Les gens qui ont leur quadrant spirituel ouvert trouveront leurs propres vérifications. Ceux qui n’ont rien d’ouvert diront que vous êtes fou, que vous n’êtes pas scientifique ou que vous êtes un mystique. On se moquera de vous. Vous ne convaincrez personne, strictement personne. Essayer de convaincre, c’est ce que font les religieux qui disent : « Vous irez en enfer tant que vous ne prendrez pas Jésus comme sauveur ». Si seulement ils enseignaient l’amour, la compréhension et la compassion… Ils devraient enseigner que la vie ne finit jamais, jamais, au lieu de culpabiliser les gens. Ils devraient enseigner qu’à notre mort, il nous sera tenu compte de chacune de nos pensées, de chacune de nos paroles et de chacun de nos gestes, car tout a une conséquence. Lorsque vous serez dans la lumière, vous devrez rendre compte de tout, y compris de tous vos choix. Chaque personne est entièrement responsable. Tout ce que l’Église devrait enseigner est que vous êtes responsable de tout, absolument tout.
- Après tant d’années d’exercice dans l’accompagnement des mourants et de recherche, vous croyez donc à la vie après la mort… m’aventurai-je.
- Je ne crois pas, je sais. Je sais que la vie ne s’arrête pas à la mort, c’est tout. Ce n’est pas croire en quelque chose, c’est savoir.
- Comment le savez-vous ?
- Parce que je l’ai expérimenté. Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Mais vous ne pouvez pas expliquer aux gens ce qu’il y a après et ce n’est même pas la peine d’essayer de les convaincre. Je sais, c’est tout.
- Combien de malades en phase terminale avez-vous accompagné au cours de votre carrière ?
- Je ne sais pas. Beaucoup. Peut-être vingt mille personnes. Je voyage dans le monde entier. Mais je ne tiens pas de comptes. Je vais voir les patients et je les aide à passer de l’autre côté partout dans le monde.
- Quelle est votre religion ?
- Je n’en ai pas. Dans mon cœur, cela n’a aucune importance, puisque nous sommes tous les enfants d’un seul Dieu et que nous Le retrouverons éventuellement un jour. Au début, j’étais protestante. Mais lorsque les patients ont commencé à me parler de leurs expériences, alors tout a changé.
- Et les anges dans ces expériences, qu’en pensez-vous ?
- Normal puisque tout être humain possède un ange gardien. Il faut savoir cependant qu’ils n’ont pas toujours des ailes. L’ange, c’est le compagnon. En Californie, on les appelle guides, je les appelle mes spooks, les enfants les appellent leurs compagnons de jeu, les catholiques les appellent les anges gardiens, ils ont des noms différents dans le monde entier mais tout le monde en possède un, bien que tout le monde ne discute pas avec son ange gardien.
- Vous êtes en contact avec vos anges ?
- Oui, ils m’aident, ils me guident, ils m’instruisent, ils me guérissent lorsque j’ai des problèmes de santé… Vous ne pourriez pas survivre dans ce monde sans votre ange gardien. Certaines personnes savent qu’elles en possèdent un, d’autres non. Si vous écoutez les petits enfants parler avec eux lorsqu’ils vont au lit, ils ont les plus grandes conversations. Et puis, les parents disent : « cesse de parler tout seul », « ne crois plus à ces histoires », « tu es grand maintenant », etc. Très peu de personnes ont gardé leur contact avec leur ange gardien.
- Quand avez-vous commencé à parler avec vos anges ?
- Je ne sais plus. Il y a des années de cela, sept ans environ.
- Est-ce que vous notez ce qu’ils vous disent ?
- Non, c’est là dans mon cœur, ça suffit. Vous savez, j’en suis arrivée à leur parler personnellement, comme nous bavardons en ce moment. Je leur parle pendant des heures et des heures. C’est un cadeau très rare que de les voir car ils se matérialisent parfois. Lorsqu’ils se matérialisent, ils sont comme vous et moi, solides.
- Que vous ont-ils appris ?
- Je parle avec eux depuis sept ans et je pourrai vous parler pendant sept ans sans pouvoir vous expliquer un millième de ce qu’ils m’ont appris.
- Existe-t-il une règle pour l’attribution des anges ?
- Cela dépend de votre travail et de votre mission dans la vie. Si votre travail est à haut risque, vous en avez plusieurs, mais si vous ne faites rien de spécial, vous en possédez au moins un depuis votre naissance.


https://www.cslak.fr/bibliotheque/bulletins-du-centre-journaux-trimestriels/1948-bulletin-73#entretien

Élisabeth Kübler Ross, une volonté et une énergie au service des mourants et de leurs proches

Figure de proue de la thanatalogie moderne, Élisabeth Kübler Ross est une pionnière dans l’intérêt qu’elle a porté, en tant que médecin, sur la question de l’accompagnement des mourants. Grâce à ses recherches et son investissement, elle reste une référence importante pour le malade, pour sa famille, comme pour tous les professionnels amenés à les côtoyer.
Psychiatre, professeur de médecine du comportement, maintes fois Docteur Honoris Causa, citoyenne d’honneur d’une centaine de villes à travers le monde, adulée par les uns ou dénigrée par les autres, Élisabeth Kübler Ross restait pourtant indifférente aux honneurs comme aux critiques, tant elle se sentait portée pour changer le regard sur la mort et apporter ainsi soulagement et réconfort. Elle n’a jamais eu peur de faire état de sa spiritualité, quitte à se faire rejeter par ses confrères et le monde scientifique en général qui la trouvait beaucoup trop « New Age » voire carrément folle. Son attirance pour la mort lui a même valu le surnom peu élogieux de « vautour » mais aucun de ses détracteurs n’a réussi à freiner ses ardeurs auprès des mourants et de leurs proches, car elle se sentait motivée par une force bien supérieure...
EKR, comme on l’appelle souvent, n’était pas spirite, mais elle a consacré tant de temps et d’énergie pour que la mort ne soit plus un tabou terrifiant, pour écouter des milliers et des milliers de mourants, que nous avons voulu voir ce qu’elle a pu comprendre et apprendre de tout ce formidable investissement et quels en sont les points de rapprochements ou de divergences avec le spiritisme


https://www.cslak.fr/bibliotheque/bulletins-du-centre-journaux-trimestriels/1925-bulletin-72#EKR
Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien d’Élisabeth Kübler-Ross avec Pierre Jovanovic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entretien politique normand avec Pierre ALBERTINI
» Toilettes raccordées à une fosse septique et HE
» La "Pierre de Caen"
» je vous présente mon histoire avec ma fille Inès
» Deux siécles d'histoire avec le 1er GENIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Crise Financière / Economique :: Pierre Jovanovic (Infos-Crise)-