Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...
Planète Révélations
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Planète Révélations


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -23%
Niveau Laser Croix vert 30 m – charge USB ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
artifix

artifix

Masculin Cancer Singe
Messages : 949
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 40

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeMar 1 Sep 2020 - 9:22

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes





Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Cdc_we10






Selon les Centers for Disease Control (CDC), parmi tous les décès qui ont été étiquetés comme des décès COVID-19 aux États-Unis jusqu’à présent, pour 6 % d’entre eux «COVID-19 était la seule cause mentionnée» et pour 94 % des décès, il y avait d’autres causes et conditions en plus de COVID-19. Le CDC déclare que «pour les décès dont les conditions ou les causes s’ajoutent à COVID-19, il y avait en moyenne 2,6 conditions ou causes supplémentaires par décès».



Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que pour la majorité des décès qui ont été attribués à COVID-19, le nouveau virus peut ne pas avoir été la cause du décès, il peut avoir contribué aux décès, ou du moins il est soupçonné de l’avoir fait, mais cela reste flou car aucune déclaration n’est donnée. Cela ne signifie pas que ces 94% ne sont pas morts de COVID19 ou que le COVID19 n’a pas contribué à leur décès. Il est bien connu que les personnes souffrant de comorbidités sont beaucoup plus sensibles et les statistiques du CDC vont dans ce sens.

Il y a également eu de nombreuses déclarations sur Internet selon lesquelles des personnes décédées dans des accidents de voiture ou d’autres causes ont été marquées comme étant décédées du Covid19 si leur test était positif, mais je n’ai pas pu étayer cette information.

Nous l’avons constaté dès le début de la pandémie. Par exemple, une étude publiée en Italie montre que 99 % des personnes qui étaient mortes jusqu’à présent du COVID 19 au moment de l’étude avaient des conditions médicales antérieures qui les rendaient plus susceptibles de mourir.

Il est important de noter que c’est quelque chose de nouveau, par exemple, nous ne voyons pas les personnes qui meurent d’une crise cardiaque testées pour voir si elles ont la grippe. Ce qui se passe ici, c’est que si une personne meurt d’une crise cardiaque mais qu’elle est testée positive au COVID-19, cela est également marqué comme un décès du Covid19. On ne sait toujours pas si cette maladie a contribué à ces décès.

Les autorités sanitaires du monde entier ont fait des déclarations révélatrices qui semblent avoir souligné que certains décès qui ne sont manifestement pas dus à la maladie coeliaque, mais à autre chose, ont également été marqués comme des décès dus à la maladie coeliaque si le patient était positif. C’est un thème commun à toute la pandémie.

Par exemple, le Dr Ngozi Ezike, directeur du département de la santé publique de l’Illinois, a récemment déclaré que, même s’il est clair que l’un d’entre eux est mort d’une autre cause, son décès sera tout de même considéré comme un décès dû au COVID19.




Si vous étiez à la maison de retraite et qu’on vous avait déjà donné quelques semaines à vivre et qu’ensuite on vous a également diagnostiqué comme ayant une COVID, cela serait compté comme un décès COVID, bien que si vous êtes mort d’une cause alternative évidente, cela est toujours inscrit comme un décès COVID. Ainsi, toute personne dont le décès est répertorié comme un décès COVID ne signifie pas que c’est la cause du décès, mais qu’elle avait une COVID au moment du décès.
source : https://www.youtube.com/watch?v=H5FdnrRR2iY&feature=youtu.be



Un autre exemple nous vient de Toronto, Ontario, Canada. Le service de santé publique de Toronto a tweeté fin juin que «les personnes qui sont mortes avec COVID-19, mais pas à cause de COVID-19, sont incluses dans le décompte des cas de décès par COVID-19 à Toronto».  source : https://twitter.com/topublichealth/status/1275888390060285967?lang=en




Le ministère de la santé publique et de l’environnement du Colorado a annoncé un changement dans la façon dont il comptabilise les décès dus aux coronavirus, après avoir reçu des plaintes pour avoir gonflé les chiffres. Le représentant Mark Baisley, a demandé au 18e procureur judiciaire George Brauchler d’enquêter pour savoir si le ministère de la santé publique et de l’environnement du Colorado (CDPHE) avait enfreint la loi en classant plusieurs décès dans un établissement pour personnes âgées du Centenaire comme des décès dus à des coronavirus alors qu’ils n’en étaient pas réellement la conséquence. En conséquence, un changement dans la façon de classer les décès a eu lieu.

Vittorio Sgarbi, politicien italien, maire de Sutri, a fait un discours émouvant lors d’une audience le 24 avril où il a souligné que le nombre de décès en Italie dus au COVID-19 est complètement faux et que l’on ment à la population. Il a déclaré qu’il pensait que les gouvernements faisaient cela pour exercer un plus grand contrôle sur la population. Ce sentiment fait écho à la pensée de nombreuses personnes notables, comme le Dr Ron Paul par exemple, et aussi le dénonciateur de la NSA, Edward Snowden.

Il est également important de mentionner les recherches et les opinions de nombreux experts de la santé qui ont souligné que le taux de létalité de COVID-19 est très similaire à celui d’une grippe grave. Par exemple, Ronald B. Brown, docteur de l’Université de Waterloo en Ontario, au Canada, déclare, sur la base de ses recherches, que le taux de létalité du coronavirus qui nous a été donné représente «la pire erreur de calcul de l’histoire de l’humanité».

Le Dr Brown a ajouté que les documents des CDC et de l’OMS montrent que le taux de létalité de la grippe était similaire à celui du coronavirus, ce qui implique que les mesures de confinement étaient inutiles. Son document se demande pourquoi la saison grippale 2017-2018 aux États-Unis n’a pas «reçu la même couverture médiatique intensive que COVID-19».

Les médecins pour le consentement éclairé (Physicians for Informed Consent, PIC) ont récemment publié un rapport intitulé «Les médecins pour le consentement éclairé (Physicians for Informed Consent, PIC) comparent COVID-19 aux périodes de grippe saisonnière et pandémique précédentes». Selon eux, le taux d’infection/de mortalité de COVID-19 est de 0,26%.

John P. A. Ioannidis, professeur de médecine et d’épidémiologie à l’université de Stanford, a déclaré que le taux de mortalité lié à l’infection est proche de 0 % pour les personnes de moins de 45 ans, expliquant que ce chiffre augmente de manière significative pour les personnes plus âgées, comme pour la plupart des autres virus respiratoires. En fait, une étude publiée il y a peu par plusieurs universitaires de la Stanford School of Medicine suggère que le COVID-19 a un taux de mortalité par infection similaire à celui de la grippe saisonnière.

Si tous les décès attribués à la COVID-19 qui n’en sont pas la conséquence sont inclus dans ces calculs, et si les taux d’infection sont beaucoup plus élevés que ne le disent les chiffres, ce qui semble être le consensus général dans la communauté scientifique, cela rendrait le taux de mortalité par infection encore plus bas que les chiffres ci-dessus.

C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles tant de médecins et de scientifiques du monde entier ont souligné dès le début que les mesures de confinement et de plus en plus de mesures totalement inutiles, nocives et n’ont pas vraiment de sens. Par exemple, plus de 500 médecins et scientifiques allemands se sont engagés en tant que représentants d’une organisation appelée «Commission d’enquête extra-parlementaire Corona» pour faire exactement cela. Vous pouvez en savoir plus sur cette histoire ici.

Le Dr Sucharit Bhakdi, spécialiste en microbiologie et l’un des chercheurs scientifiques les plus cités de l’histoire allemande, fait également partie de la commission d’enquête extra-parlementaire Corona mentionnée ci-dessus et a également exprimé la même chose, à plusieurs reprises au début de la pandémie jusqu’à aujourd’hui.



«La mise en œuvre des mesures draconiennes actuelles qui sont si restrictives des droits fondamentaux ne peut être justifiée que s’il y a lieu de craindre qu’un virus véritablement, exceptionnellement dangereux, nous menace. Existe-t-il des données scientifiquement solides pour étayer cette affirmation concernant le COVID-19 ? J’affirme que la réponse est simplement non.»
source : https://www.collective-evolution.com/2020/03/30/renowned-microbiology-specialist-on-why-he-believes-coronavirus-measures-are-draconian-video/




Pourquoi c’est important :

Ce type d’information est important parce qu’il ne s’agit que de ça, d’information. Ce qui la rend encore plus importante, c’est que les milliers de scientifiques et de médecins qui, dans le monde entier, partagent des opinions, des recherches et des données qui semblent contredire ce qui nous a été donné par des organisations comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont fortement censurés, et dans certains cas ridiculisés. Une grande partie des informations présentées dans cet article n’est jamais vraiment présentée par les grands médias, et par conséquent, les masses sont généralement diffusées avec une perception unilatérale alors que ces mêmes réseaux se contentent de ridiculiser et de qualifier de «théorie de la conspiration» toute information contraire qui menace leur récit.

Il y a beaucoup d’informations sur COVID-19, et beaucoup de choses qui prêtent à confusion et semblent se contredire. Il peut être difficile de savoir exactement ce qui se passe, mais une chose est sûre, les informations provenant de sources crédibles et distinctes des agences gouvernementales de régulation de la santé et des grandes organisations de santé ne doivent pas être censurées et ridiculisées, mais plutôt discutées et partagées de manière ouverte et transparente.

Nous vivons dans un monde où les grands intérêts dominent la politique et la science, ce qui constitue une autre raison importante pour laquelle les discussions ne devraient jamais être censurées.


Conclusion :

Cette prise de conscience publique de ce qui se passe dans les coulisses de notre monde est un processus puissant et primordial dans l’évolution globale de la conscience de l’humanité. Alors que nous exposons et éliminons un monde construit sur la séparation, les conflits et l’ego, nous nous éveillons à une conscience qui souhaite créer un monde d’unité, de connexion, et un monde où toute vie peut s’épanouir.

Comprendre ce qui se passe ici, ou du moins essayer de le faire par le biais d’un processus de réflexion critique et de questionnement, fait partie du processus. Dans un monde idéal, il y aurait une transparence totale de toutes les questions, mais aujourd’hui, nous avons un «contrôleur de faits» numérique autoritaire qui semble patrouiller sur Internet pour dire aux gens ce qui est et ce qui n’est pas au lieu de leur permettre de se faire leur propre opinion. Vous n’êtes pas stupide, et vous avez la capacité de penser par vous-même ! N’oubliez jamais cela.






source : https://exoportail.com/le-cdc-admet-enfin-que-94-des-deces-covid-19-peuvent-resulter-dautres-causes/
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

OSIRIS

Masculin Capricorne Chien
Messages : 4941
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 49

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeMer 23 Sep 2020 - 17:37

@ artifix .....

non, Je te cherche pas ,,, Jai ce page/article sur ma "marque-pages" depuis 3 jours ,



Les théoriciens du complot d'extrême droite affirment que 94% des décès par COVID-19 aux États-Unis ne comptent pas parce que ces Américains avaient des conditions sous-jacentes. C'est faux.


En août, le CDC a rapporté que 94% des Américains décédés du COVID-19 avaient des conditions sous-jacentes. Mais cela ne signifie pas que le virus n'a tué que 6%.


Le rapport hebdomadaire du CDC sur les décès dus au COVID-19 aux États-Unis décompose les décès par âge, sexe, race et comorbidités - des conditions de santé qui augmentent le risque de cas grave d'une personne.

Parce que seulement 6% des Américains décédés du COVID-19 n'avaient aucune condition préexistante, certaines personnes pensent que ce sont les seules personnes que le virus a vraiment tuées. C'est faux.

Même le président Trump a retweeté, puis supprimé, une fois une telle déclaration erronée.
Les problèmes de santé comme le diabète et les maladies cardiaques rendent le COVID-19 plus mortel. Cependant, ceux qui meurent avec des comorbidités étaient encore principalement tués par le virus.


Près de 200 000 Américains sont morts du COVID-19.

Les Centers for Disease Control and Prevention s'efforcent de suivre et d'étudier ces décès le plus en détail possible. Chaque semaine, l'agence met à jour un rapport provisoire qui compile les données de mortalité des coronavirus sur la base des certificats de décès des patients.

Le rapport décompose les décès de coronavirus américains par âge, sexe, race et lieu sur la base des informations soumises au National Center for Health Statistics. Cela comprend également les comorbidités des patients: des problèmes de santé préexistants comme le diabète ou une maladie rénale qui sont connus pour augmenter le risque d'une personne d'infection grave.

La mise à jour du 29 août de ce rapport notait que dans «6% des décès, le COVID-19 était la seule cause mentionnée», ce qui signifie qu'aucune autre condition de santé n'était «mentionnée en conjonction avec les décès».

Cela signifie que seulement 6% des 153 504 Américains décédés à cette date n'avaient aucun problème de santé sous-jacent.

Mais cette ligne a été largement mal interprétée - en fait, elle a déclenché une tempête de théorie du complot.

D'innombrables utilisateurs de médias sociaux - dont beaucoup sont associés au groupe d'extrême droite, pro-Trump sur la théorie du complot QAnon - ont suggéré que le rapport signifiait que seulement 6% des personnes recensées dans le total des décès dus aux coronavirus aux États-Unis sont réellement décédées de la maladie.

Le président Donald Trump a même retweeté une de ces affirmations le 30 août, puis l'a supprimée huit heures plus tard. Il a également mentionné la statistique de 6% dans une interview du 1er septembre avec Fox News.

Le tweet que Trump a retransmis, publié par un partisan de QAnon, a déclaré: "Cette semaine, le CDC a discrètement mis à jour le numéro de Covid pour admettre que seulement 6% de tous les 153 504 décès enregistrés sont en réalité morts de Covid. Cela représente 9210 décès. à 3 autres maladies graves et l'écrasante majorité était d'un âge très avancé. "

Mais c'est faux.

Ce n'est pas parce que les gens ont, disons, une maladie cardiaque ou l'obésité que le virus n'est pas la cause de leur décès. S'ils n'avaient pas eu COVID-19, ces personnes seraient probablement toujours en vie.

Le rapport du CDC souligne simplement à quel point le COVID-19 est dangereux pour les nombreuses personnes qui ont déjà d'autres problèmes de santé.

Dans les semaines qui ont suivi la publication du rapport avec cette ligne, Facebook , Twitter et Instagram ont signalé des publications faisant la promotion de cette idée de 6% comme de fausses informations.

Les conditions sous-jacentes augmentent le risque d'infections graves à coronavirus

Beaucoup problèmes de santé préexistants exposent les patients atteints de coronavirus à un risque plus élevé de développer des cas graves . Dans l'ensemble, les patients souffrant d'affections sous-jacentes étaient 12 fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les patients par ailleurs en bonne santé, selon les données des CDC recueillies jusqu'au 30 mai. De même, un rapport de mars de l'Institut national italien de la santé a montré qu'au début de la pandémique, 99% des patients COVID-19 qui y sont décédés avaient au moins une condition préexistante.

Le CDC a constaté que les maladies cardiaques, les maladies pulmonaires et le diabète faisaient partie des comorbidités les plus courantes lorsque le COVID-19 tue.

En effet, une étude de Wuhan, en Chine, a montré que les personnes souffrant d'hypertension artérielle étaient deux fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les patients ayant une pression artérielle normale. Des études de l'Université de Columbia et de Public Health England , quant à elles, ont révélé que les personnes obèses de plus de 60 ans sont plus susceptibles d'avoir besoin d'une ventilation ou de mourir si elles contractent le COVID-19.

Pour réfléchir à la façon dont le COVID-19 et les conditions de santé sous-jacentes interagissent, pensez au système immunitaire affaibli d'une personne diabétique comme à une casserole d'eau sur un poêle froid. S'il est laissé seul, ce pot ne débordera pas: la personne éteint la flamme du poêle en gérant son état avec de l'insuline.

Mais disons maintenant que la personne diabétique attrape le coronavirus - cela allume le poêle, car une glycémie élevée nuit à la capacité du système immunitaire à tuer les agents pathogènes envahisseurs. Une infection au COVID-19 peut également provoquer un gonflement du corps, ce qui peut entraîner une glycémie encore plus élevée. Cela compromet à son tour la réponse immunitaire du corps, ce qui permet à l'infection de s'aggraver.

Finalement, le pot pourrait déborder.

Mais si cette personne diabétique n'avait pas contracté le coronavirus, elle ne serait probablement pas morte.

C'est ce que le récent rapport de mortalité COVID-19 du CDC a montré. Il ne s'agissait en aucun cas d'une révision du décompte des décès de l'agence.

Les conditions sous-jacentes sont l'une des raisons pour lesquelles le coronavirus a frappé les Noirs américains de manière disproportionnée

Le risque accru auquel les personnes atteintes de comorbidités sont confrontées lorsqu'elles contractent le COVID-19 explique en partie pourquoi les Noirs américains sont hospitalisés et meurent du coronavirus en nombre disproportionné.

Le CDC estime que les Noirs américains âgés de 35 à 44 ans sont 10 fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 que leurs homologues blancs. Selon les données publiées par l'agence en avril, 33% des patients hospitalisés aux États-Unis atteints de coronavirus étaient des Noirs, bien que les Noirs représentent 18% de la population américaine globale.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré le coronavirus avait frappé le plus durement les communautés noires en raison de la prévalence des «conditions médicales sous-jacentes - le diabète, l'hypertension, l'obésité, l'asthme».

En effet, les comtés noirs aux États-Unis ont des taux disproportionnellement élevés de maladies sous-jacentes comme le diabète et les maladies cardiaques, a montré un rapport de mai . Ces comtés subissent également plus de pollution atmosphérique, qui est liée à l'asthme .

Ces taux supérieurs à la moyenne des problèmes de santé sous-jacents dans les communautés noires sont le produit d'une inégalité systémique.

Une étude récente a révélé que «des facteurs structurels tels que l'accès aux soins de santé, la densité des ménages, le chômage, la discrimination omniprésente et autres» sont à l'origine des disparités du COVID-19 - et certainement «pas des caractéristiques intrinsèques des communautés noires ou des facteurs au niveau individuel».

Par exemple, de nombreuses populations noires, latines et autochtones courent un risque plus élevé de contracter le COVID-19 simplement parce qu'elles sont plus susceptibles de devoir quitter leur domicile pour travailler: les personnes de couleur représentent environ la moitié des 55,2 millions de travailleurs essentiels des États-Unis. .


https://www.businessinsider.fr/us/cdc-coronavirus-death-count-underlying-conditions-2020-9
Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6405
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeJeu 24 Sep 2020 - 6:25

Oui bon, le coup de l'extrême droite, on va laisser tomber là... C'est vraiment le gros "argument" pour noyer le poisson.

C'est évident que chaque pays fausse les comptes, déjà que les tests PCR fausse les résultats. Sans compter qu'on met un peu de tout dans les décès Covid.

On ne meurt pas du Covid, mais des conséquences de celui si. Une fois en soin intensif, il n'y a plus de charge virale. Donc l'article que tu as publier, tortille un peu du cul.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

OSIRIS

Masculin Capricorne Chien
Messages : 4941
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 49

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeJeu 24 Sep 2020 - 12:35

akasha a écrit:
On ne meurt pas du Covid, mais des conséquences de celui si.

si les gens diabete, obese ou parce qu'il fume ou avec d'autres problemes de sante pre-existent n'avait pas attrapé la covid ils serrait probablement/surement toujours en vie .....

donc dire que ces gens ne sont pas morte de covid ,,, c'est inexact.....

si quelqu'un avec la sida meurt ,,, on ne dirait pas qu'il est mort d'une insuffisance de systeme immunitaire ,,, c'est la sida qui la tuer .....

si quelqu'un a une accident de route et il se fait decapité par une objet qui traverse sa pare brise ,,,,, il est mort du au decapitation , mais la raison qu'il soit decapité c'est l'accident .....

les diabete et obese et fumeurs etc sont mort a cause du covid , car sans covid ils serait toujours en vie .....

en suivent ton raisonnement , personne meurt du grippe , mais du consequences celui si .....

on ne meurt pas du cancer , mais du consequences de celui si ,,, on ne meurt pas du pneumonie , mais du consequences de celui si .....

si tu tire sur quelqu'un avec une arme a feu et il meurt ,,, c'est pas le balle qui la tué , mais la consequences de celui si ,,,, il est mort parce que le balle a traverser son coeur ou son cerveau ,,,, et son coeur s'arret ou son cerveau ne fonction plus et donc ses organes s'arret de fonctionner ,,, c'est le balle qui la tué , ou les consequences de celui si ???
Revenir en haut Aller en bas
Yulunga

Yulunga

Masculin Balance Coq
Messages : 773
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 63
Localisation : Terre de Lys - Henry V de la Croix - Bientôt.....

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeJeu 24 Sep 2020 - 21:29











C' est juste une info perso que je partage

Une personne avait une affection cardiaque sérieuse
et les médecins l'on mis dans une salle covid
cette personne n'avait pas le covid et elle a succombé
sa mort a été enregistré comme mort du covid ,
info provenant d'un ami qui connaissait la personne

Je pense personnellement que beaucoup de mort d'autres causes (Grippes,Pneumonies ?)
sont enregistrés sous covid pour faire gonfler les chiffres,
ceci est confirmé par le témoignage de plusieurs médecins !


Médecin pneumologue
« J’estime que 80 % des diagnostics de covid sont faux, surtout sur les causes de décès »


J’estime que 80 % des diagnostics de covid sont faux, surtout sur les causes de décès. J’ai moi-même rempli des certificats de décès en 2009, à l’époque du H1N1 “mort du H1N1” alors que c’étaient des cancéreux en phase terminale. J’ai honte.

https://reseauinternational.net/jestime-que-80-des-diagnostics-de-covid-sont-faux-surtout-sur-les-causes-de-deces/











Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6405
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeVen 25 Sep 2020 - 7:27

OSIRIS a écrit:
akasha a écrit:
On ne meurt pas du Covid, mais des conséquences de celui si.

si les gens diabete, obese ou parce qu'il fume ou avec d'autres problemes de sante pre-existent n'avait pas attrapé la covid ils serrait probablement/surement toujours en vie .....

donc dire que ces gens ne sont pas morte de covid ,,, c'est inexact.....

si quelqu'un avec la sida meurt ,,, on ne dirait pas qu'il est mort d'une insuffisance de systeme immunitaire ,,, c'est la sida qui la tuer .....

si quelqu'un a une accident de route et il se fait decapité par une objet qui traverse sa pare brise ,,,,, il est mort du au decapitation , mais la raison qu'il soit decapité c'est l'accident .....

les diabete et obese et fumeurs etc sont mort a cause du covid , car sans covid ils serait toujours en vie .....


Ciao bello I love you

Non ce n'est pas comparable, tes exemples ne sont pas bon, sauf pour la grippe, c'est le même principe.

Pour un cancer, si on fait une autopsie, tu retrouvera les métastases et cellules nécrosées. Le Sida, tu retrouveras le virus aussi. Et que dire de tes autres exemples, là on t'a carrément perdu Wink

Pour moi le problème est ailleurs, on ajoute des morts aux chiffre qui n'ont même pas eu le Covid.

Et pour les nouveaux cas, se sont de faux tests positifs, car le PCR détecte du ARN mort, il faut un chiffre supérieur à 35 cycles, or ils en tiennent pas compte. Dès que ça détecte ils comptabilisent !

Donc toutes ses techniques truquent les chiffres donné.

D'ailleurs on le vois bien par chez nous, les cas augmentent mais les décès à peine, et les hospitalisations augmente d'accord, mais sans commune mesures avec mars. Sans parler que là aussi ils gonflent un peu les chiffres ?
Revenir en haut Aller en bas
BlackHole

BlackHole

Masculin Scorpion Cheval
Messages : 953
Date d'inscription : 07/10/2012
Age : 53

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeVen 25 Sep 2020 - 15:47

Plop,

Citation :
Et pour les nouveaux cas, se sont de faux tests positifs, car le PCR détecte du ARN mort, il faut un chiffre supérieur à 35 cycles, or ils en tiennent pas compte. Dès que ça détecte ils comptabilisent !

Euh, non, pas du tout...

La technique utilisé pour le Covid-19 est un RT-PCR à extinction.

Il faut savoir qu'une PCR n'amplifie que de l'ADN pas de l'ARN.

RT-PCR = Retro Transcriptase Polymerisation chain réaction

C'est à dire une réaction de polymérisation en chaine suite à une transcription inverse.

On commence donc par retro transcrire de l'ARN virale issu de l'échantillon en ADNc monobrin (ADN complémentaire avec une seule chaîne, pas de double hélice). C'est ensuite cet ADNc qui est amplifié par PCR.

Sauf que cette PCR se dit à extinction, car on analyse pas directement l'ADN formé, on analyse une fluorescence. Car dans le mix de PCR on à (en plus des amorces) une amorce sonde fluorescente (lorsqu'elle forme un double brin avec l'ADN cible) qui vient se lier à une séquence d'ADN très précise.



Du coup, même à 35 cycles, si on observe cette perte de fluorescence (et que la PCR témoin est valide), c'est donc qu'il y avait de l'ADNc de base et donc de l'ARN virale. Pour les RT-PCR à sonde fluorescence, le seuil de faux positif est de 42 cycles et non 35 comme pour une PCR classique.

Pour rappel, le taux de multiplication d'une PCR est de 2^le nombre de cycle.


De plus, l'ARN tout comme l'ADN ne sont pas vivant, se sont juste des molécules organique. Néanmoins, alors que l'ADN libre est relativement stable, l'ARN libre est lui extrêmement fragile, encore plus lorsqu'il s'agit d'acide nucléique étranger au corps.

Un ADN virale libre à une durée de vie de quelques heures à quelques jours alors qu'un ARN virale libre à une durée de vie de quelques seconde à moins de 10 minutes.


Donc, si la PCR, même à 35 cycle, est positive, c'est qu'il y avait de l'ARN virale dans l’échantillon, et donc des virus dans l'organisme du patient.

La différence de sortie de cycle pour les test positif s'explique facilement par 3 points différents, la charge virale présente dans l'organisme, le temps post infection et la localisation de la réplication virale.

Entre une personne qui est infecté par une haute charge virale, à J+5 avec une localisation sinusale et une personne infecté par une faible charge virale, à J+8 avec une localisation pulmonaire ou bronchiale, la première va sortir à 5 ou 8 cycles alors que la seconde sortira à 35 ou 38 cycles.

Dans tout les cas, si le contrôle de PCR est valide, le résultat l'est tout autant.



Pour information, je suis en soutien dans un laboratoire d'analyse de biologie moléculaire réquisitionné pour les analyses Covid-19

A+

Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

OSIRIS

Masculin Capricorne Chien
Messages : 4941
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 49

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeVen 25 Sep 2020 - 17:16

yulunga a écrit:
C' est juste une info perso que je partage

Une personne avait une affection cardiaque sérieuse
et les médecins l'on mis dans une salle covid
cette personne n'avait pas le covid et elle a succombé
sa mort a été enregistré comme mort du covid ,
info provenant d'un ami qui connaissait la personne

quelqu'un qui connais quelqu'un qui connais la personne .....

Citation :
Médecin pneumologue
« J’estime que 80 % des diagnostics de covid sont faux, surtout sur les causes de décès »

et encore ce ^^temoignage^^ annonyme .....

comment savoir si la personne soit vraiement une pneumologue,,,ou meme travail dans la medicale ....


Revenir en haut Aller en bas
akasha

akasha

Féminin Taureau Buffle
Messages : 6405
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 35

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitimeSam 26 Sep 2020 - 1:58

BlackHole a écrit:
Plop,

Citation :
Et pour les nouveaux cas, se sont de faux tests positifs, car le PCR détecte du ARN mort, il faut un chiffre supérieur à 35 cycles, or ils en tiennent pas compte. Dès que ça détecte ils comptabilisent !

Euh, non, pas du tout...

La technique utilisé pour le Covid-19 est un RT-PCR à extinction.

Il faut savoir qu'une PCR n'amplifie que de l'ADN pas de l'ARN.

RT-PCR = Retro Transcriptase Polymerisation chain réaction

C'est à dire une réaction de polymérisation en chaine suite à une transcription inverse.

On commence donc par retro transcrire de l'ARN virale issu de l'échantillon en ADNc monobrin (ADN complémentaire avec une seule chaîne, pas de double hélice). C'est ensuite cet ADNc qui est amplifié par PCR.

Sauf que cette PCR se dit à extinction, car on analyse pas directement l'ADN formé, on analyse une fluorescence. Car dans le mix de PCR on à (en plus des amorces) une amorce sonde fluorescente (lorsqu'elle forme un double brin avec l'ADN cible) qui vient se lier à une séquence d'ADN très précise.



Du coup, même à 35 cycles, si on observe cette perte de fluorescence (et que la PCR témoin est valide), c'est donc qu'il y avait de l'ADNc de base et donc de l'ARN virale. Pour les RT-PCR à sonde fluorescence, le seuil de faux positif est de 42 cycles et non 35 comme pour une PCR classique.

Pour rappel, le taux de multiplication d'une PCR est de 2^le nombre de cycle.


De plus, l'ARN tout comme l'ADN ne sont pas vivant, se sont juste des molécules organique. Néanmoins, alors que l'ADN libre est relativement stable, l'ARN libre est lui extrêmement fragile, encore plus lorsqu'il s'agit d'acide nucléique étranger au corps.

Un ADN virale libre à une durée de vie de quelques heures à quelques jours alors qu'un ARN virale libre à une durée de vie de quelques seconde à moins de 10 minutes.


Donc, si la PCR, même à 35 cycle, est positive, c'est qu'il y avait de l'ARN virale dans l’échantillon, et donc des virus dans l'organisme du patient.

La différence de sortie de cycle pour les test positif s'explique facilement par 3 points différents, la charge virale présente dans l'organisme, le temps post infection et la localisation de la réplication virale.

Entre une personne qui est infecté par une haute charge virale, à J+5 avec une localisation sinusale et une personne infecté par une faible charge virale, à J+8 avec une localisation pulmonaire ou bronchiale, la première va sortir à 5 ou 8 cycles alors que la seconde sortira à 35 ou 38 cycles.

Dans tout les cas, si le contrôle de PCR est valide, le résultat l'est tout autant.



Pour information, je suis en soutien dans un laboratoire d'analyse de biologie moléculaire réquisitionné pour les analyses Covid-19

A+


Ciao bello  Very Happy

Ça fait longtemps dis donc, merci pour ta réponse, tu sembles savoir de quoi tu parles, moi pas. Je me suis appuyée sur cet article ;
COVID: La PCR nasale peut-elle mentir?

C'est le professeur Sacré, ce n'est pas le dernier des crétins non plus. Et le professeur Raoult aussi a dit la même chose.  

Un moment dans l'article il est écrit:

Citation :
Le terme PCR est trop peu expliqué. En médecine, c’est un test utilisé pour la détection de virus [2] ou de bactéries. Cette technique de biologie moléculaire est basée sur l’amplification de l’élément recherché. Dans la COVID-19, cet élément est le virus SRAS-CoV-2 et la PCR est faite à partir d’un prélèvement de cellules dans les voies respiratoires. Après le prélèvement, l’ARN viral (car le SRAS-CoV-2 est un virus ARN) est converti en ADN grâce à une enzyme, la transcriptase inverse d’où le nom complet de la technique : RT-PCR (réaction de polymérisation en chaîne par transcription inverse – Reverse Transcriptase-Polymerase Chain Reaction).

Ensuite il faut amplifier cet ADN produit pour détecter un cas positif. La machine amplifie, réplique, à la manière d’une photocopieuse agrandisseuse. La PCR peut ainsi détecter de l’ARN viral présent en quantités infimes dans le prélèvement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes Empty
MessageSujet: Re: Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes   Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Santé & environnement  :: Grippes / Virus / Lobby pharmaceutique-